MESGUICH DANIEL (1952- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Alger en 1952, installé avec sa famille à Marseille dix ans plus tard, dans des conditions matérielles difficiles, Daniel Mesguich rejoint Paris après Mai-68 et intègre le Conservatoire national supérieur d'art dramatique en 1970, après avoir débuté un cursus universitaire de philosophie. Son apprentissage intellectuel est celui d'un passionné, ouvert aux disciplines modernes telles que la psychanalyse, le structuralisme, la linguistique.

Il reçoit au Conservatoire l'enseignement d'Antoine Vitez, qui l'impressionne fortement par son exigence de pratiquer un théâtre des idées, de lier l'art et la philosophie. La première mise en scène de Daniel Mesguich, Le Château, d'après Kafka, en 1972 – où il interprète lui même le rôle de K. et dirige ses camarades du Conservatoire –, évoque Vitez sur le mode du plagiat. Mais cette première tentative est remarquée, comme le sera, pour son audace et ses partis pris inventifs, Le Prince travesti de Marivaux, créé en 1973, agaçant tout de même les réfractaires au dynamitage des normes dramatiques traditionnelles.

C'est en 1974 que Mesguich fonde sa compagnie, le Théâtre du Miroir. Il déploie dès cette époque une inlassable activité. Celle-ci se partage entre la mise en scène de théâtre ou d'opéra (Le Grand Macabre de Ligeti en 1981, Le Ring de Wagner en 1988, La Damnation de Faust de Berlioz en 2002), ses responsabilités administratives (il est directeur du Centre dramatique national - Théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis de 1986 à 1988, puis du Théâtre de la Métaphore à Lille, de 1991 à 1998) ; sa carrière de comédien de théâtre (il est Camille Desmoulins pour Robert Hossein en 1979), de télévision (il incarne Bonaparte dans une réalisation de Robert Mazoyer), de cinéma, et la pédagogie (il dirige sa propre école de 1975 à 1981 et enseigne au Conservatoire national depuis 1983), ou encore l'écriture et la traduction. De 2007 à 2013, il dirige le Conservatoire national d'art dramatique de Paris.

Nourries de références philosophiques ou psychanalytiques (Derrida, Lacan) et d'une réf [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : écrivain, metteur en scène, maître de conférences à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  MESGUICH DANIEL (1952- )  » est également traité dans :

THÉÂTRE OCCIDENTAL - L'interprétation des classiques

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 7 281 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une nouvelle idée du classicisme »  : […] La période dont nous parlons met en effet en question, au théâtre comme dans la critique littéraire, une certaine idée du classicisme fondée sur l'autorité des anciens, sur la nation, sur la conscience d'une apogée du Grand Siècle, bref, sur une idée scolaire. À travers tout ce mouvement, le Grand Siècle devenu simplement le xvii e  siècle s'en est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-l-interpretation-des-classiques/#i_98572

Pour citer l’article

David LESCOT, « MESGUICH DANIEL (1952- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-mesguich/