CHARISSE CYD (1921-2008)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tulla Ellice Finklea est née le 8 mars 1921 à Amarillo, au Texas. Elle commence à étudier la danse classique dès l'âge de six ans. En 1933, au cours de vacances en Californie, elle suit des cours de perfectionnement au Fanchon and Marco Dance Studio, sur Sunset Boulevard. Adolph Bolm et Nico Charisse, qui y enseignent, insistent auprès de ses parents pour qu'elle reste en résidence. L'année suivante, Adolph Blom la présente au colonel Wassili de Basil, directeur artistique des Ballets russes de Monte-Carlo, qui, alors qu'elle n'a que quatorze ans, l'engage. Sous des pseudonymes russes, elle se produit avec la troupe aux États-Unis et, à la fin des années 1930, en Europe. À partir de 1943, après une période d'inactivité, en partie due à la maternité, elle fait ses débuts au cinéma, le temps d'une danse, sous le pseudonyme de Lily Norwood, nom de sa grand-mère maternelle. Après seulement deux films, la M.G.M., qui cherche une danseuse classique pour un ballet de Ziegfeld Follies de Vincente Minnelli (1945), la prend sous contrat. Elle porte désormais le nom d'artiste de Cyd Charisse, forgé à partir du diminutif « Sid » (pour « sis », sister), donné par son frère et orthographié à nouveau par le producteur Arthur Freed, et du patronyme de son époux, depuis 1939, Nico Charise, dont elle divorcera cependant en 1947.

Dès lors, Cyd Charisse apparaît dans l'ombre de vedettes féminines (Judy Garland, Lucille Bremer, Margaret O'Brien et Esther Williams) ou masculines (Van Johnson, Frank Sinatra et Mickey Rooney) de la firme, révélant progressivement son incomparable beauté, la magnificence de ses jambes, sa perfection technique et sa capacité à s'adapter à tout type de danse. Après avoir démontré qu'elle pouvait aussi être une actrice, en insistant auprès du studio pour qu'on ne lui confie pas que des rôles dansants, dans Tension de John Berry (1949) et East Side, West Side (Ville haute, ville basse) de Mervyn LeRoy (1949), elle accède au premier rôle féminin, dans Mark of the Renegade (Le Signe du renégat) de Hugo Fregonese (1951) et The Wild North (Au pays de la peur) d'Andrew Marton (1952). C'est alors que Gene Kelly fait d'elle sa partenaire pour deux danses mémorables du « Broadway Ballet » de Singin'in the Rain (Chantons sous la pluie) qu'il coréalise avec Stanley Donen (1952). Sa performance l'impose définitivement comme, « la plus grande danseuse cinématographique » (Ado Kyrou). De fait, elle devient la partenaire de Fred Astaire dans The Band Wagon (Tous en scène) de Vincente Minnelli (1953), puis dans Silk Stockings (La Belle de Moscou) de Rouben Mamoulian (1957). Elle se produit à nouveau avec Gene Kelly dans Brigadoon de Vincente Minnelli (1953) et It'a Always Fair Weather (Beau fixe sur New York) de Gene Kelly et Stanley Donen (1955).

Le « musical », entrant dans son déclin, Cyd Charisse, qui a atteint l'âge de la retraite pour une danseuse, s'oriente vers des rôles dramatiques parmi lesquels se distinguent la danseuse de Party Girl (Traquenard) de Nicholas Ray (1958) et l'ex-femme de Kirk Douglas dans Two Weeks in Another Town (Quinze Jours ailleurs) de Vincente Minnelli (1962). Abandonnant, en 1966, le cinéma (elle n'y fera que trois brèves réapparitions dans les années 1970 et 1980), elle se consacre dès lors à la scène, dans les domaine du « musical », du théâtre et, surtout, du cabaret, généralement avec son second mari, le chanteur Tony Martin, qu'elle a épousé en 1948. Elle décède le 17 juin 2008 des suites d'une attaque cardiaque.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, professeur d'histoire du cinéma

Classification

Pour citer l’article

Alain GAREL, « CHARISSE CYD - (1921-2008) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cyd-charisse/