TWOMBLY CY (1928-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Retours

Après 1971, Twombly travaille davantage sur papier (dessin, collage, gravure et peinture), support associé parfois à la toile au sein de polyptyques (Goethe in Italy, 1978). C'est aux papiers que son galeriste parisien Yvon Lambert consacre un catalogue raisonné en 1979 : il demande un texte à Barthes, qui la même année a écrit sur le peintre dans le catalogue de la rétrospective du Whitney Museum of American Art et le rencontrera. Le végétal y devient un sujet de prédilection pour l'artiste, nouant avec le réel un nouveau lien que l'on va retrouver dans son œuvre sur toile (Paesaggio, 1986). Ses peintures, à l'huile ou à l'acrylique, sont le lieu d'un travail sur la matière caractérisé par une médiocrité volontaire (empâtements, coulures), présente aussi dans sa sculpture peinte en blanc à laquelle il est revenu en 1976 après dix-sept ans d'interruption.

Sans titre, 1962, C. Twombly

Photographie : Sans titre, 1962, C. Twombly

Cy Twombly, Sans titre, 1962. Huile, émail, crayon de couleur et fusain, 200 cm × 241 cm. Galleria d'Arte Moderna, Turin, Italie. 

Crédits : De Agostini/ Getty Images

Afficher

Le travail de Twombly, présenté dans les années 1980 au sein des expositions signalant le retour de la peinture à côté de celui des artistes de la trans-avant-garde internationale, va bénéficier d'un regain de faveur. À Paris, une exposition itinérante de ses œuvres organisée par Harald Szeemann s'arrête en 1988 au Musée national d'art moderne, avant que ne soit dévoilé son rideau de scène lors de l'inauguration de l'Opéra-Bastille en 1989. À New York, le Museum of Modern Art lui consacre en 1994 une rétrospective qui fait de lui un héros de la peinture américaine. Dès l'année suivante, son travail est présenté en permanence à Houston dans la Cy Twombly Gallery conçue par Renzo Piano avec le peintre, qui recevra en 2001 le lion d'or de la biennale de Venise. En 2010, il réalise The Ceiling, un décor peint au plafond de la salle des Bronzes au musée du Louvre. Une importante rétrospective lui est consacrée au Centre Georges-Pompidou (30 novembre 2016 – 24 avril 2017) après sa mort à Rome, le 5 juillet 2011.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur en histoire de l'art contemporain, professeur d'histoire de l'art à l'école régionale des Beaux-Arts de Rouen

Classification

Autres références

«  TWOMBLY CY (1928-2011)  » est également traité dans :

DESSIN CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Philippe PIGUET
  •  • 2 082 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De nouveaux supports pour le dessin »  : […] Le dessin contemporain n'est plus l'affaire exclusive d'un support, comme cela fut le cas par le passé, du parchemin fait à la main à la feuille de papier industrialisée. Celle-ci reste toutefois le matériau de prédilection des artistes avec son lot de qualités spécifiques au regard du grammage, du grain et de la fibre. L'œuvre graphique de Cy Twombly qui multiplie assemblage et collage est ainsi […] Lire la suite

Pour citer l’article

Lucile ENCREVÉ, « TWOMBLY CY - (1928-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cy-twombly/