CRISTAUX LIQUIDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Structure microscopique et dynamique moléculaire

Ainsi que cela apparaît dans la description des caractères généraux des cristaux liquides, les différentes phases peuvent être identifiées à partir de leurs symétries moyennes, qui sont reflétées par les propriétés macroscopiques. Il convient néanmoins de chercher une description plus détaillée (plus microscopique) de ces phases afin d'aboutir à une compréhension complète du phénomène mésomorphe.

Comme on l'a vu précédemment, la plupart des molécules sont constituées de deux ou trois noyaux benzéniques liés entre eux de façon plus ou moins rigide avec, en outre, des chaînes alkyl ou alkoxy en position para. La première idéalisation a consisté à assimiler les molécules à des bâtonnets cylindriques ou à des ellipsoïdes. Ces modèles ont conduit à une bonne description des propriétés des phases smectiques et nématiques. On essaie actuellement, à l'aide des techniques spectroscopiques habituelles, de dépasser et d'affiner ce type de description afin de savoir quelle est la conformation de la molécule dans une phase donnée, quels sont les degrés de liberté autorisés et quelle est la symétrie locale.

Les mesures aux rayons X semblent bien adaptées à l'étude des systèmes présentant une périodicité de la densité électronique moyenne sur une échelle de plusieurs nanomètres. Cette technique permettra en effet de préciser les structures en phases smectiques, la dépendance de ces structures vis-à-vis de la température, l'affectation d'un groupe spatial de symétrie à chaque phase. L'information fournie par les rayons X est néanmoins essentiellement du type statique.

La résonance paramagnétique électronique (R.P.E.) est pour sa part utilisée pour déterminer l'ordre d'orientation des molécules dans les phases nématiques. Elle permet également de déterminer l'ordre local d'une chaîne, par exemple en faisant varier la position du site paramagnétique le long de la chaîne. Il a ainsi été possible de montrer que l'ordre local diminue lorsqu'on se déplace vers le bout de la chaîne, que les molécules tournent autour de leur axe d'allongement dans toutes les phases, que la transition solide-smectique s'accompagne d'une véritable « fusion » de la chaîne.

La  résonance  magnétique  nucléaire (R.M.N.) a tout d'abord été appliquée à l'étude de l'ordre intermoléculaire et de la dynamique dans les cristaux liquides nématiques. De nombreux problèmes de dynamique des chaînes ont par la suite été traités et les résultats obtenus sont parfaitement cohérents avec ceux qui sont issus de mesures aux rayons X ou par la résonance paramagnétique électronique.

La diffusion des neutrons est, sans doute, la technique la plus sensible aux mouvements moléculaires. On est, grâce à elle, parvenu à déterminer de façon précise les divers mouvements auxquels sont soumises les molécules, en particulier dans les phases smectiques.

Les spectroscopies de vibration (infrarouge et Raman) sont enfin bien sûr largement utilisées pour identifier les espèces chimiques. Mais la diffusion Raman permet aussi d'obtenir une évaluation du paramètre d'ordre du milieu. Il est, en outre, possible de relier le spectre de diffusion Raman aux modifications de conformation moléculaire qui interviennent lorsque la température du milieu évolue. Les spectaculaires modifications qui se manifestent lors des transitions de phases peuvent être analysées par cette technique ainsi, d'ailleurs, que par celles qui ont été décrites précédemment.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Passage du solide cristallin au liquide isotrope

Passage du solide cristallin au liquide isotrope
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Nématiques et smectiques

Nématiques et smectiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Polymorphisme

Polymorphisme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Truxène et du Triphénylène : dérivés

Truxène et du Triphénylène : dérivés
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CRISTAUX LIQUIDES  » est également traité dans :

CHOLESTÉROL

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD, 
  • Jacques ROUFFY
  •  • 5 931 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La molécule de cholestérol »  : […] La structure chimique de la molécule de cholestérol (fig. 1) met en évidence, substitués sur le noyau cyclique planaire, d'une part, une chaîne hydrocarbonée hydrophobe, sur le carbone 17, d'autre part, un groupe OH polaire hydrophile sur le carbone 3 (voir la nomenclature numérique complète dans l'article stéroïdes , fig. 1). La molécule de cholestérol est une molécule amphiphile (pourvue d'aff […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Les techniques du cinéma

  • Écrit par 
  • Michel BAPTISTE, 
  • Pierre BRARD, 
  • Jean COLLET, 
  • Michel FAVREAU, 
  • Tony GAUTHIER
  •  • 17 490 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le cinéma en relief  »  : […] Ce procédé n'est pas l'apanage des parcs d'attractions. Il a été utilisé à plusieurs reprises pour des films de fiction, comme le célèbre Dial M for Murder ( Le crime était presque parfait ) d'Alfred Hitchcock (1954), mais la dimension ajoutée par le relief à un film narratif n'a pas été ressentie comme indispensable au public des salles obscures. De ce fait, les sociétés de production n'ont pas […] Lire la suite

CRISTAUX

  • Écrit par 
  • Marc AUDIER, 
  • Michel DUNEAU
  •  • 7 292 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La cristallographie »  : […] La science des cristaux naît véritablement au xviii e  siècle, lorsqu'elle se distingue de la minéralogie dont l'histoire, jalonnée par les noms d'Aristote, d'Avianne et de Georgius Agricola, est beaucoup plus longue. L'idée que toute matière, solide, liquide ou gazeuse, est faite d'unités microscopiques élémentaires remonte pourtant à Platon pour qui ces particules fondamentales n'ont que cinq fo […] Lire la suite

ÉLECTRONIQUE INDUSTRIE

  • Écrit par 
  • Michel-Henri CARPENTIER
  •  • 14 324 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Évolution des composants »  : […] Cependant, il ne suffisait pas d'avoir énoncé les grandes lois de l'électromagnétisme et d'avoir obtenu des liaisons à relativement courte distance ; il fallait disposer des organes (composants) capables, à court terme, d'émettre des puissances élevées et d'améliorer la sensibilité des récepteurs, et, à plus long terme, de manipuler et de filtrer les signaux reçus. Plusieurs découvertes essentiel […] Lire la suite

FLUIDE, physique

  • Écrit par 
  • Étienne GUYON
  •  • 1 356 mots

Dans le chapitre « Quelques types de fluides »  : […] La viscosité ne suffit pas à caractériser de nombreux systèmes fluides. Sans entrer dans le détail de systèmes dont les propriétés d'écoulement n'obéissent pas à la loi de Newton, quelques espèces fluides se dégagent. Tout d'abord, de nombreux matériaux apparaissent solides si on les sollicite assez vite et liquides dans le cas contraire. On parle de viscoélasticité pour caractériser de tels comp […] Lire la suite

FRIEDEL GEORGES (1865-1933)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 466 mots

Né à Mulhouse en 1865, le cristallographe et géologue Georges Friedel était le fils de Charles Friedel (1832-1899), chimiste de renom. Un des premiers élèves de l'École alsacienne fondée à Paris sur des principes libéraux par son père et le chimiste Philippe de Clermont, il entre à l'École polytechnique en 1885 après un passage par le lycée Louis-le-Grand. Il épouse Hélène Berger-Levrault, fille d […] Lire la suite

GENNES PIERRE-GILLES DE (1932-2007)

  • Écrit par 
  • Étienne GUYON
  •  • 2 736 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La matière molle »  : […] Un autre thème d'intérêt – les cristaux liquides – s'ouvre pour de Gennes et le conduit à mettre en place un nouveau groupe de recherche expérimentale et théorique à Orsay. Ces matériaux organiques sont constitués de molécules allongées comme des grains de riz ; ils forment des phases intermédiaires entre le cristal et le liquide isotrope. Elles avaient été décrites dans les années 1930 par Georg […] Lire la suite

GUYON ÉTIENNE (1935- )

  • Écrit par 
  • Pierre-Gilles DE GENNES
  •  • 1 206 mots

Né en 1935 à Paris, Étienne Guyon est un normalien, formé d'abord par André Guinier dans le domaine de la physique des rayons X, en 1958. Parti ensuite pour les États-Unis, il travaille brièvement avec Frederic Seitz sur les défauts dans les cristaux. Revenu à Orsay en 1962, il devient l'un des membres fondateurs du Groupe de supraconductivité (un supraconducteur est un métal qui, à basse tempéra […] Lire la suite

ISOTROPIE & ANISOTROPIE

  • Écrit par 
  • Viorel SERGIESCO
  •  • 738 mots

Au sens général du terme, une grandeur physique (macroscopique ou microscopique) est anisotrope, ou isotrope, selon qu'elle dépend ou non de la direction suivant laquelle on la mesure. Ainsi, la densité d'un corps homogène ou la fonction de distribution des vitesses à l'équilibre thermodynamique sont des grandeurs isotropes, tandis que cette même fonction de distribution en régime de transport es […] Lire la suite

MATIÈRE (physique) - États de la matière

  • Écrit par 
  • Vincent FLEURY
  •  • 5 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La richesse des états de la matière »  : […] La thermodynamique peut donc s'appliquer à des propriétés très différentes du caractère fluide ou solide d'un corps et, partant, va permettre l'exploration d'états nouveaux d'un système. Ces états constituent autant d'aspects intéressants de « manière d'être » pertinente de la matière, et le xx e  siècle verra une explosion de sujets relatifs à ces propriétés nouvelles. Sans entrer dans les détail […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henry GASPAROUX, « CRISTAUX LIQUIDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cristaux-liquides/