CONTES FOLKLORIQUES, Itzhac Leibouch PeretzFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Naïveté et ironie

Certaines Histoires débutent par des paragraphes à la première personne qui sont autant de méditations d'ordre moral. Un seul texte fait exception. Ni réflexion ni conte, « L'Héritage », qui a pour sous-titre « Au lieu de préface », est une courte élégie où sont égrenées successivement différentes images de la perte : fleur préférée arrachée à l'amour du jardinier, brebis perdue par le berger, dieu enfin que le croyant voit réduit en poussière. « Et moi, conclut l'auteur, j'ai hérité de leur douleur à tous. »

C'est donc la nostalgie d'un paradis perdu qui pousse Peretz vers le romantisme naïf reflété par bon nombre de ses Histoires. Mais le positiviste désabusé perce souvent dans les chutes. Ainsi, le rabbin de Khelm – aïeul certain de celui contre lequel s'acharnera « Le Dernier des démons » de Bashevis Singer – résiste aux tentations de l'argent et de la chair, mais perd finalement son âme « pour une pincée de tabac à priser » dans la nouvelle du même nom. Sous les apparences d'une stylisation artistique des sujets du folklore, les Histoires à la manière populaire parlent ainsi du basculement entre la nécessité de la foi et son impossibilité, le grand sujet de toute la littérature juive du xxe siècle.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : maître de conférences de langue et littérature yiddish à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  CONTES FOLKLORIQUES, Itzhac Leibouch Peretz  » est également traité dans :

PERETZ ITZHAC LEIBOUCH (1852-1915)

  • Écrit par 
  • Isaac POUGATCH
  •  • 1 102 mots

Dans le chapitre « Une fulgurante carrière »  : […] Les cinq mille pages que Peretz a laissées témoignent de la portée et de la qualité de son message. Sa nature inquiète, impatiente, le portait tout à la fois vers les réalisations concrètes, immédiates et vers la perfection. Elle ne lui a pas permis d'écrire un seul roman. Le meilleur de lui-même, il l'a livré dans ses essais, contes et nouvelles. Son immense sollicitude pour les masses juives lab […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yitzhok NIBORSKI, « CONTES FOLKLORIQUES, Itzhac Leibouch Peretz - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/contes-folkloriques/