BRĂILOIU CONSTANTIN (1893-1958)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Constantin Brǎiloiu passa son enfance à Bucarest, où il naquit le 13 août 1893. Il se passionna très tôt pour les chants populaires roumains, qui constituèrent un fondement musical à toutes ses recherches musicologiques ultérieures. Après des études secondaires à Bucarest, Vienne et Lausanne, il étudia la composition musicale au Conservatoire de Paris, où il fut l'élève d'André Gédalge de 1912 à 1914. Il demeura en Roumanie de 1914 à 1943, déployant des activités diverses : critique, enseignement et recherches folkloriques. Il débuta comme compositeur tout en collaborant à la Tribune de Lausanne et au Luptatorul (Le Lutteur), quotidien de Bucarest fondé en 1920 par son ami Léon Algazi. Il enseigna l'histoire de la musique et l'esthétique musicale à l'Académie royale de musique et devint Rector et professeur à l'Académie de musique religieuse de Sainte-Patriarchie (1929-1935). Il fonda la Société des compositeurs roumains avec Georges Enesco en 1926 et créa en 1928 l'Institut du folklore roumain à Bucarest. Nommé conseiller culturel au ministère des Affaires étrangères en 1938, il fut envoyé en mission à Berne auprès de la légation roumaine de 1943 à 1946. En 1944, il fonda à Genève, avec Laszlo Lajtha, les Archives internationales du folklore musical. À la suite des changements politiques en Roumanie après la guerre, il émigra et s'établit à Paris, tout en continuant de travailler au musée de Genève. Il entra en 1948 au Centre national de la recherche scientifique comme chargé puis maître de recherche. Il participa à l'activité du département d'ethnologie musicale au musée de l'Homme et de l'Institut de musicologie de l'université de Paris. Il continuait d'assumer la direction de ses archives au musée de Genève, et c'est au cours d'un de ses voyages semestriels qu'il succomba d'une congestion cérébrale, à Genève, le 20 décembre 1958.

Pendant les quinze dernières années de sa vie, Brǎiloiu s'est attaché avec rigueur à dégager les règles auxquelles obéit le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire, directeur du Centre de recherches Caraïbes-Amériques

Classification

Autres références

«  BRAILOIU CONSTANTIN (1893-1958)  » est également traité dans :

ETHNOLOGIE - Ethnomusicologie

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 6 976 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'ethnomusicologie en Europe : Bartók et Brăiloiu »  : […] En Europe centrale aussi, les ethnomusicologues sont descendus sur le terrain. La collecte et la transcription de corpus propres à une aire culturelle donnée y sont intensives, mais pour des raisons fort différentes. Dès l'apparition du groupe des Cinq, notamment avec Mili Balakirev, il s'agit de préserver les sources musicales nationales. Parce qu'ils recueillent la musique paysanne et populair […] Lire la suite

Pour citer l’article

Oruno D. LARA, « BRĂILOIU CONSTANTIN - (1893-1958) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/constantin-brailoiu/