Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CONSOMMATION Comportement du consommateur

L'unité de prise de décision

S'il est vraisemblable que, pour les produits d'achat courant (un sandwich, un café…), l'ensemble des décisions d'achat soit le fait d'une seule et même personne, pour de nombreux autres (la voiture, les vacances…), plusieurs individus concourent à l'achat et à la consommation. On parle alors d'unité de prise de décision. De nombreux travaux ont été consacrés à la compréhension de la dynamique des unités de décision, notamment dans le contexte familial. D'importance cruciale pour les décisions de ciblage des actions de marketing, ces études ont concerné l'identité des membres de l'unité de décision et la répartition des rôles entre eux, l'évolution de cette répartition en fonction des produits, des phases du processus et du temps, les variables à l'origine de ces différences et, enfin, la nature et le mode de résolution des conflits.

Décision d'achat et répartition des rôles

La nature de l'unité de décision varie d'une situation d'achat à une autre. Derrière tout achat se dessinent plusieurs rôles :

– l'initiateur, qui est à l'origine de l'idée ou ressent le besoin ;

– le prescripteur, qui influence le choix ;

– le décideur, qui effectue le choix ;

– l'acheteur, qui procède à la transaction commerciale ;

– le consommateur ou utilisateur proprement dit.

Il est difficile de connaître à l'avance l'identité de l'unité de prise de décision pour un produit ou un service spécifique ; une approche ad hoc, sur la base d’une étude de marché, est souvent nécessaire afin d'éviter de grossières erreurs de ciblage. En grande consommation, un certain nombre d'études sont disponibles qui révèlent la répartition des achats pour nombre d'articles courants. Sur cette base, on peut établir une typologie de produits selon que, dans un couple par exemple, leur achat est généralement conduit par la femme, l’homme, tantôt l'un ou l'autre, ou bien correspondent à des décisions prises en commun.

Évolution de la répartition des rôles

La nature des rôles évolue avec le temps. Grâce à leur accès facile à des informations sur Internet, beaucoup de patients tentent maintenant de participer à des décisions médicales qui les concernent. À un niveau plus général, on dit parfois que le consommateur est devenu « consom-acteur ». D'autres travaux révèlent que la répartition des rôles évolue selon la nature des décisions à prendre et les phases de l'achat.

La plupart des dépenses relèvent de décisions communes et il est souvent difficile de départager les rôles. Les femmes sont toutefois plus largement décisionnaires que les hommes pour ce qui concerne l'éducation des enfants. Concernant enfin les phases du processus d'achat, la répartition des rôles apparaît plus marquée pour la reconnaissance du problème et la recherche d'information que pour la décision proprement dite.

Le cycle de vie familiale

La notion de cycle de vie familiale associe la structure des dépenses et le mode de répartition des décisions à une phase dans l'évolution du ménage. Dans l’approche classique, six étapes sont en général considérées : 1. Jeune célibataire ne vivant plus chez ses parents. 2. Couple sans enfants. 3. Couple avec enfants en bas âge. 4. Couple avec enfants d'âge scolaire. 5. Couple sans enfants à charge. 6. Survivant (veuf ou veuve) isolé.

L'enfant et les marques

L'enfant et les marques

À chaque stade correspondent un style de vie différencié et un mode de consommation associé. Par exemple, les jeunes couples sans enfants investissent beaucoup dans les loisirs et l'équipement de la maison, tandis que la catégorie suivante, les couples avec enfants en bas âge, consacre davantage au logement, aux produits et services de santé et aux jouets. L'INSEE (Institut national[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

L'enfant et les marques

L'enfant et les marques

Autres références

  • ACHAT POUVOIR D'

    • Écrit par Stéfan LOLLIVIER
    • 5 643 mots
    • 2 médias
    La mesure du pouvoir d'achat fait intervenir les ressources, objet de la discussion précédente, mais également au dénominateur les prix des dépenses de consommation. L'outil de référence pour mesurer l'augmentation de ceux-ci est l'indice des prix à la consommation (I.P.C.). Depuis le début des années...
  • ACIER - Économie

    • Écrit par Franco MANNATO
    • 10 178 mots
    Laconsommation d'acier recouvre différentes notions plus ou moins aisées à traduire en chiffres. La consommation apparente d'acier est la somme de la production d'acier et des échanges nets d'acier (importations moins exportations). Les données exploitables sont, pour la production, les volumes de production...
  • LES ANNÉES POP 1956-1968 (exposition)

    • Écrit par Hervé VANEL
    • 1 144 mots

    En 1962, la Boutique de Ben ou The Store de Claes Oldenburg troublaient à leur manière la mince frontière qui séparait encore galerie et commerce, commerçant et artiste et, finalement, objet d'art et produit de consommation. Depuis lors, ce nouvel évangile de la consommation de masse s'est propagé...

  • ART (Aspects esthétiques) - Le beau

    • Écrit par Yves MICHAUD
    • 5 576 mots
    • 6 médias
    ...monde de l'art, mais bien, comme c'était le cas dans l'Antiquité et au Moyen Âge, de prendre en compte le monde tel qu'il est aujourd'hui produit, perçu et consommé. C'est affaire ici tout à la fois de culture, de technologie et d'économie. Avançons que ce monde est façonné par une technologie, une économie...
  • Afficher les 60 références

Voir aussi