CONSCRIPTION MILITAIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Inscription individuelle, sur les rôles de l'armée, sans distinction de classes sociales, de tous les jeunes gens ayant atteint l'âge fixé par la loi. Pour qu'elle apparût, deux conditions étaient nécessaires : en premier lieu, au militaire subordonné à son souverain par un lien personnel quasi féodal devait se substituer le soldat citoyen, émanation armée de la nation ; en second lieu, il fallait qu'un droit individualiste supprimât les sujétions tribales, familiales ou sociales des personnes civilement responsables.

En France, la Constituante de 1789 les réalisa, mais, en matière de conscription, leurs conséquences ne furent pas immédiatement perçues. En ne se fondant pas sur un recensement des jeunes gens et en ne leur faisant pas l'obligation de servir, les levées en masse décidées par la Législative et la Convention conservaient un caractère archaïque. La conscription fut instituée, en 1798, par la loi Jourdan. L'article premier de cette loi proclamait : « Tout Français est soldat et se doit à la défense de la patrie. » Entre 1815 et 1905, des restrictions furent apportées à son principe. Elles avaient été imposées par divers groupes sociaux hostiles à l'obligation pour tous de servir.

Hors de France, le caractère révolutionnaire de la conscription (était-il prudent d'armer le peuple ?) la fit rejeter à l'origine. Après les désastres de 1806, sous l'impulsion de Scharnhorst, la Prusse comprit que son renouveau exigeait la création d'une armée de masse ; elle adopta donc la conscription et les diverses mesures sociales que celle-ci imposait (entre autres, abolition du servage, ouverture du corps des officiers). Au cours du xixe siècle, pour parer la menace que représentaient, chez leurs voisins, des armées et des réserves très importantes, la plupart des pays d'Europe instaurèrent la conscription.

Avec la Première Guerre mondiale, la conscription connut son apogée. Les États-Unis et la Grande-Bretagne qui, jusqu'alors, la refusaient furent contraints de l'instituer. En 1919, les États vainqueurs croyaient que son abolition e [...]

Mobilisation générale en France, 1914

Mobilisation générale en France, 1914

Photographie

En août 1914, dès la déclaration de guerre, les réservistes français se rendent dans les casernes pour rejoindre l'armée. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CONSCRIPTION MILITAIRE  » est également traité dans :

ARMÉE - Typologie historique

  • Écrit par 
  • Paul DEVAUTOUR, 
  • Universalis
  •  • 12 920 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Armées permanentes »  : […] Au Moyen Âge, les ordres religieux militaires occidentaux ont représenté une exception, qui se dégage de la masse féodale : tels sont les Hospitaliers, Templiers, chevaliers de Rhodes, puis de Malte, chevaliers de Saint-Jacques, chevaliers Teutoniques. Leurs troupes instruites, maintenues sur le qui-vive, sont le microcosme des armées permanentes encore à naître. L'affirmation et l'extension de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armee-typologie-historique/#i_20003

ARMÉE - Pouvoir et société

  • Écrit par 
  • Pierre DABEZIES
  •  • 16 276 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le poids des armes »  : […] Au commencement était le combat, pour lequel, qu'on le veuille ou non, l'armée est organisée. Sans doute n'est-ce pas sa seule mission, ni sa seule perspective, à l'heure notamment où tant de militaires sont voués au maintien de l'ordre, s'adonnent à des tâches scientifiques ou subalternes, gèrent des personnels sans vocation guerrière ou sont paralysés par la dissuasion. Mais le combat, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armee-pouvoir-et-societe/#i_20003

ENFANTS SOLDATS

  • Écrit par 
  • Rosalie AZAR
  •  • 3 410 mots

Dans le chapitre « Le manque d'hommes »  : […] Lorsqu'un conflit se prolonge, les hommes valides et en âge de combattre viennent à manquer. Il faut alors remplacer les soldats tués ou blessés par des jeunes gens de plus en plus éloignés de l'âge minimal requis pour combattre, en dépit de leur fragilité physique et morale, de leur inexpérience et de leur indiscipline. Ainsi, à Rome, durant la deuxième guerre punique, il fallut enrôler des jeune […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfants-soldats/#i_20003

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - Le rôle des colonies

  • Écrit par 
  • Laurent DORNEL
  •  • 5 234 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un recours massif aux soldats coloniaux »  : […] Au cours du xix e  siècle, les Européens, qui s’appuient tous sur des auxiliaires africains ou asiatiques pour mener à bien leurs conquêtes coloniales, sont réticents à utiliser ces auxiliaires dans les affaires intra-européennes. Cette unité de vue se fissure au début du x x e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-mondiale-premiere-le-role-des-colonies/#i_20003

L'ÂGE DES CASERNES (Michel Auvray) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Carole LABARRE
  •  • 951 mots

« La conscription est bel et bien morte, prête à être rangée au musée militaire, aux côtés de l'arbalète, du sabre ou de l'ost féodal. » Par ces mots, Michel Auvray prend acte de la décision radicale annoncée par Jacques Chirac le 22 février 1996, programmant la suspension du service national. Dans son ouvrage L'Âge des casernes. Histoire et mythes du service militaire , publ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-age-des-casernes/#i_20003

MERCENAIRES

  • Écrit par 
  • Pascal LE PAUTREMAT
  •  • 5 165 mots
  •  • 2 médias

Le mercenariat définit une fonction militaire ou paramilitaire assurée en contrepartie d'un salaire, comme le révèle l'origine latine du mot ( merces , salaire). Assurée par des spécialistes de la guerre, cette activité repose sur des contingents privés prêts à louer leurs services au plus offrant, sans aucune vue patriotique commune. La rémunération peut être relativement f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mercenaires/#i_20003

NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT
  • , Universalis
  •  • 8 302 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le programme de réformes »  : […] Le travail de réforme administrative du Consulat, entrepris à l'instigation de Bonaparte, devait se révéler plus durable que la Constitution. À la tête du gouvernement se trouvait le Conseil d'État , nommé et présidé par le Premier consul. C'était à la fois la source des nouvelles lois et un tribunal administratif. À la tête des départements se trouvaient les préfets qui, succédant aux intendants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ier-bonaparte/#i_20003

RÉVOLUTION & EMPIRE, armée

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BERTAUD
  •  • 8 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La conscription, du Directoire au premier Empire »  : […] Avant de disparaître, le Directoire avait voté en janvier 1798 la loi de la conscription, qu'il légua comme bien d'autres mesures au Consulat. Cette loi, présentée par Jourdan, prévoyait chaque année l'appel sous les drapeaux des jeunes gens. Tous les Français d'« âge militaire », c'est-à-dire âgés de vingt ans révolus, devaient être inscrits ensemble , c'est-à-dire conscrit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-et-empire-armee/#i_20003

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'exacerbation des conflits de l'été de 1793 »  : […] Les Montagnards s'engagent dans une nouvelle politique. Le 24 juin 1793, ils promulguent une nouvelle Constitution (dite de l'an I). Celle-ci, très démocratique et très décentralisatrice, donne un pouvoir considérable aux assemblées d'électeurs ; cependant ils en réservent l'application à la paix. Leur pouvoir est renforcé par l'entrée de Robespierre au Comité de salut public le 27 juillet. L'emb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_20003

SERVICE MILITAIRE

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 498 mots

L'expression « service militaire » n'évoque souvent que le séjour passé à la caserne, c'est-à-dire le service actif. Or celui-ci n'est qu'une partie des obligations militaires dues par les citoyens au service de l'État. Historiquement, c'est en Prusse qu'apparaît en 1733 sous sa forme institutionnelle moderne le service militaire obligatoire ; désormais, aux yeux des stratèges, la notion de servic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/service-militaire/#i_20003

Pour citer l’article

Henry DUTAILLY, « CONSCRIPTION MILITAIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/conscription-militaire/