SAINT-MAUR CONGRÉGATION DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La nécessité d'une réorganisation de la vie monastique en France à la suite des guerres de Religion étant ressentie par tous, les moines lorrains de la congrégation de Saint-Vanne introduisirent leur réforme, à partir de 1613, dans un certain nombre de monastères du royaume. Mais l'opinion ne pouvait sans doute tolérer longtemps que des monastères français fussent soumis à des supérieurs qui n'étaient pas sujets du roi. Grâce à l'action du prieur du collège de Cluny à Paris, dom Laurent Bénard (1620), le roi Louis XIII autorisa en 1618 l'érection d'une nouvelle congrégation bénédictine française, qui se mit sous le patronage de saint Maur : on croyait alors qu'il avait fait connaître la Règle de saint Benoît en France. On pensa d'abord que tous les bénédictins de France entreraient dans la nouvelle organisation. Le cardinal de Richelieu, qui étendait partout son autorité en cumulant les titres, obtint en 1629 celui d'abbé de Cluny. Il tenta de fusionner l'ordre de Cluny et la congrégation de Saint-Maur. Sa mort, en 1642, fut bientôt suivie de la séparation souhaitée par dom Jean Tarisse, supérieur général de la congrégation de Saint-Maur.

Né en 1575, devenu prieur-curé de Cessenon (Hérault), dom Tarisse fut élu supérieur général de la congrégation en 1630 ; il resta en charge presque jusqu'à sa mort en 1648. On le tient avec raison pour le véritable fondateur de la congrégation. Une organisation souple et nuancée permit d'agréger un grand nombre — finalement cent quatre-vingt-onze abbayes et prieurés — des anciens monastères de France.

L'autorité dans la congrégation appartenait au chapitre général, qui tous les trois ans réunissait les dignitaires et les représentants des six provinces autonomes. Au cours de ce chapitre, on élisait le supérieur général, qui résidait à Saint-Germain-des-Prés, à Paris, et l'on nommait les prieurs claustraux, qui administraient les monastères. Contrairement a [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : moine bénédictin, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification


Autres références

«  SAINT-MAUR CONGRÉGATION DE  » est également traité dans :

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Sources et méthodes de l'histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 6 218 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La naissance d'une critique érudite (XVIe-XVIIIe siècles) »  : […] L'acte de naissance d'une critique des sources écrites, qui amorce l'ère des progrès, est indissociable de la critique de la Donation attribuée à Constantin ( De falso credita et ementita Constantini donatione ) que l'humaniste italien Lorenzo Valla rédige depuis la cour du roi de Sicile, Alphonse d'Aragon. Publié autour de 1440, ce texte analyse la source sur laquelle repos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-sources-et-methodes-de-l-histoire/#i_10910

MABILLON JEAN (1632-1707)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 252 mots

Moine bénédictin de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés, où il aide dom Luc d'Achery à la bibliothèque, Jean Mabillon voyage beaucoup pour prendre copie d'actes conservés dans les abbayes d'Europe. Il est amené à tirer les conclusions de ce travail en publiant le De re diplomatica , qui fonde la diplomatique ou étude des actes officiels. Au cours de ses voyages, en Suisse, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-mabillon/#i_10910

SAINT-VANNE CONGRÉGATION DE

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 474 mots

Congrégation bénédictine érigée au début du xvii e siècle en Lorraine. La crise religieuse du xvi e siècle avait considérablement ébranlé l'ordre monastique ; la transformation de la société et l'application des décrets du concile de Trente exigeaient une organisation nouvelle. En 1598, l'évêque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/congregation-de-saint-vanne/#i_10910

TOULOUSE LA DAURADE DE

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 336 mots

De ce qui fut l'un des édifices les plus originaux et les plus ornés de la Gaule chrétienne il ne reste plus que des plans, des descriptions, des collections de chapiteaux de marbre et un souvenir qui s'accroche au nom de la Daurade (la Dorée) pour évoquer un riche décor de mosaïques à fond d'or. Ce sanctuaire à plan central, peut-être construit au v e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-daurade-de-toulouse/#i_10910

Pour citer l’article

Jacques DUBOIS, « SAINT-MAUR CONGRÉGATION DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/congregation-de-saint-maur/