NAGOYA CONFÉRENCE DE (2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La dixième conférence des parties (dite COP 10 – conference of the parties – dans le langage des spécialistes) des 193 États signataires de la Convention pour la diversité biologique (C.D.B.) s'est tenue à Nagoya (Japon), du 18 au 29 octobre 2010. Trois thèmes principaux étaient à l'ordre du jour : l'adoption du protocole A.P.A. (Accès et partage des avantages), le plan d'action fixant les objectifs de protection après 2010 et, enfin, la notification par la C.D.B. de la création de l'I.P.B.E.S. (Intergovernmental Platform on Biodiversity and Ecosystem Services).

Concernant le protocole A.P.A., les participants se sont enfin accordés sur le partage des bénéfices tirées par les industries pharmaceutiques et cosmétiques des pays du Nord à partir des ressources génétiques situées dans l'hémisphère Sud. Sont concernées les populations de micro-organismes, de plantes et d'animaux dans leur ensemble. Ce point était crucial pour les pays en développement qui en avaient fait dépendre leur engagement en faveur des autres décisions. Les débats sur ce thème ont bien failli faire échouer cette conférence. Avec cet accord, réclamé depuis plusieurs années par de nombreux pays en développement, la création de l'I.P.B.E.S, plate-forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les systèmes éco-systémiques, l'équivalent du G.I.E.C. (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) pour la biodiversité, semble sur la bonne voie. D'ailleurs, la soixante-cinquième session de l'assemblée générale des Nations unies a donné, le lundi 20 décembre 2010, son feu vert à la création de ce groupe international d'experts, dont la mission sera d'évaluer l'érosion des espèces et de proposer des solutions pour enrayer ce phénomène. La mise en place de l'I.P.B.E.S. est confiée au Programme des Nations unies pour l'environnement (P.N.U.E.) – comme pour la création du G.I.E.C. en 1988.

Concernant l'accord sur la protection de la biodiversité, les représentants de 190 pays, à l'exception remarquée des États-Unis qui n'ont jamais ratifié la C.D.B. lancée en 1992 lors du sommet de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  NAGOYA CONFÉRENCE DE (2010)  » est également traité dans :

NÉGOCIATIONS INTERNATIONALES SUR L'ENVIRONNEMENT - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELÉAGE
  •  • 2 604 mots

2010 Dixième conférence des 193 États signataires de la Convention sur la diversité biologique (C.D.B.), qui s'est tenue à Nagoya (Japon), du 18 au 29 octobre (appelée parfois COP 10, pour Conference of Parties, mais concernant cette fois la convention sur la diversité biologique et non pas la convention sur les changements […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/negociations-internationales-sur-l-environnement-reperes-chronologiques/#i_53588

Pour citer l’article

Jean-Paul DELÉAGE, « NAGOYA CONFÉRENCE DE (2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/conference-de-nagoya/