SAINT-SULPICE COMPAGNIE DES PRÊTRES DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Société de prêtres (qu'on appelle aussi Sulpiciens) issue, au xviie siècle, de l'établissement fondé par Jean-Jacques Olier et désigné sous le nom de séminaire de Saint-Sulpice à cause de la paroisse parisienne auprès de laquelle il fonctionnait dès 1642. Cet établissement fit rapidement école : des évêques français, désireux de réformer leur clergé, font appel aux « messieurs de Saint-Sulpice ». Ainsi le cadre parisien se trouva-t-il dépassé et les directeurs de ce séminaire constituèrent-ils, selon le mot de Saint-Simon, « une manière de congrégation » apte à fournir presque partout des éducateurs de prêtres. Les premiers successeurs d'Olier, Bretonvilliers (mort en 1676) et Tronson (mort en 1700), furent les législateurs de cette nouvelle compagnie composée de prêtres séculiers disponibles pour servir en tout diocèse à la formation des clercs. Là où l'on ne dispose pas d'enseignement universitaire, les Sulpiciens se font aussi professeurs ès sciences ecclésiastiques. Dans la France du xviiie siècle, ils œuvrent dans quinze diocèses ; la mission de Montréal (1657) est sévèrement limitée sous le régime anglais (1763). Quoique d'origine parisienne et restant dirigée de Paris, la Compagnie groupa surtout des gens originaires de la province ; et si le séminaire de Saint-Sulpice se caractérisait par son recrutement aristocratique, son corps professoral était plutôt constitué par une solide bourgeoisie provinciale, dont Émery fut l'un des meilleurs représentants. La forte spiritualité, sinon la mystique, des débuts s'était nettement rationalisée et comme fondue dans le courant moralisateur du classicisme chrétien.

Paradoxalement, la dispersion de 1792 assura à la Compagnie un rayonnement beaucoup plus étendu. D'abord, Émery s'avisa que ses confrères inemployés en France pouvaient répondre à l'appel des catholiques des États-Unis : le séminaire de Baltimore (1792) allait fournir plusieurs évêques à d'immenses diocèses. Puis, dans la France concordataire, où les [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : sulpicien, archiviste de la Compagnie de Saint-Sulpice, ingénieur au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  SAINT-SULPICE COMPAGNIE DES PRÊTRES DE  » est également traité dans :

ÉMERY JACQUES ANDRÉ (1732-1811)

  • Écrit par 
  • Irénée NOYE
  •  • 527 mots

Né à Gex, formé au collège des jésuites de Mâcon, puis par les sulpiciens de Paris, Émery fut agrégé à la Compagnie de Saint-Sulpice en 1758 et envoyé comme professeur dans les séminaires d'Orléans puis de Lyon. Après avoir dirigé le séminaire d'Angers pendant six ans, il fut élu supérieur général de Saint-Sulpice en 1782 et s'attaqua avec succès aux abus d'indiscipline et de mondanité qui s'étaie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-andre-emery/#i_50924

OLIER JEAN-JACQUES (1608-1657)

  • Écrit par 
  • Irénée NOYE
  •  • 623 mots

Ecclésiatique français, auteur spirituel, fondateur de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice. Parisien, mais élevé à Lyon où son père était intendant royal, Jean-Jacques Olier s'était préparé à une brillante carrière ecclésiastique ; pourvu de bénéfices, reçu maître ès arts à Paris en 1627, étudiant de théologie en Sorbonne, il prit enfin au sérieux sa vocation et se mit sous la direction de V […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-jacques-olier/#i_50924

TRONSON LOUIS (1622-1700)

  • Écrit par 
  • Émile GOICHOT
  •  • 457 mots

Né dans une famille parlementaire, prêtre en 1647, Louis Tronson entra dans la Compagnie de Saint-Sulpice, congrégation fondée par Jean-Jacques Olier, pour administrer la paroisse parisienne de ce nom et former les cadres du clergé dans les établissements créés selon les directives du concile de Trente : les séminaires. Sa vie est tout entière consacrée à l'éducation cléricale. Il assume la charge […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-tronson/#i_50924

Pour citer l’article

Irénée NOYE, « SAINT-SULPICE COMPAGNIE DES PRÊTRES DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/compagnie-des-pretres-de-saint-sulpice/