SAINT-SULPICE COMPAGNIE DES PRÊTRES DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Société de prêtres (qu'on appelle aussi Sulpiciens) issue, au xviie siècle, de l'établissement fondé par Jean-Jacques Olier et désigné sous le nom de séminaire de Saint-Sulpice à cause de la paroisse parisienne auprès de laquelle il fonctionnait dès 1642. Cet établissement fit rapidement école : des évêques français, désireux de réformer leur clergé, font appel aux « messieurs de Saint-Sulpice ». Ainsi le cadre parisien se trouva-t-il dépassé et les directeurs de ce séminaire constituèrent-ils, selon le mot de Saint-Simon, « une manière de congrégation » apte à fournir presque partout des éducateurs de prêtres. Les premiers successeurs d'Olier, Bretonvilliers (mort en 1676) et Tronson (mort en 1700), furent les législateurs de cette nouvelle compagnie composée de prêtres séculiers disponibles pour servir en tout diocèse à la formation des clercs. Là où l'on ne dispose pas d'enseignement universitaire, les Sulpiciens se font aussi professeurs ès sciences ecclésiastiques. Dans la France du xviiie siècle, ils œuvrent dans quinze diocèses ; la mission de Montréal (1657) est sévèrement limitée sous le régime anglais (1763). Quoique d'origine parisienne et restant dirigée de Paris, la Compagnie groupa surtout des gens originaires de la province ; et si le séminaire de Saint-Sulpice se caractérisait par son recrutement aristocratique, son corps professoral était plutôt constitué par une solide bourgeoisie provinciale, dont Émery fut l'un des meilleurs représentants. La forte spiritualité, sinon la mystique, des débuts s'était nettement rationalisée et comme fondue dans le courant moralisateur du classicisme chrétien.

Paradoxalement, la dispersion de 1792 assura à la Compagnie un rayonnement beaucoup plus étendu. D'abord, Émery s'avisa que ses confrères inemployés en France pouvaient répondre à l'appel des catholiques des États-Unis : le séminaire de Baltimore (1792) allait fournir plusieurs évêques à d'immenses diocèses. Puis, dans la France concordataire, où les ordres religieux n'avaient pas encore droit d'exister et où les sociétés similaires (tels les Oratoriens, les Doctrinaires...) n'avaient pas survécu à la Révolution, les Sulpiciens reprirent progressivement une vingtaine de séminaires. Celui de Saint-Sulpice, seul à subsister à Paris au lieu des huit qui fonctionnaient en 1789, fut célèbre par le sérieux de l'éducation spirituelle et la ferveur apostolique qui y régnaient, même si le niveau intellectuel y déçut Lacordaire et Renan. On y vint de toute la France, de Pologne, d'Irlande, d'Amérique ; et nombre de diocèses français ou étrangers cherchèrent à adopter, pour leur séminaire et, par là, pour leur clergé, l'« esprit » de Saint-Sulpice. Face à ses tâches d'enseignement, Saint-Sulpice, « école normale du clergé », a-t-on dit, forme progressivement ses professeurs ; c'est en droit canonique (Carrière, Icard, Many) puis en exégèse biblique (Le Hir, Vigouroux, André Robert) qu'ils s'imposent davantage.

La Compagnie, qui n'avait jamais dépassé 140 membres sous l'Ancien Régime, s'accroît fortement au xixe siècle : des 30 confrères regroupés en 1803, on passe à 298 en 1875 et à 415 à la veille de la séparation (1904). Si la progression a continué à l'époque la plus récente, on le doit surtout au développement des communautés du Canada et des États-Unis (respectivement 160 et 157 en 1973, contre 295 pour la province de France). L'extension dans l'espace est encore plus sensible avec la prise en charge, à partir de 1930, de séminaires au Vietnam, au Japon, en Colombie, au Dahomey (aujourd'hui Bénin), en Haute-Volta (Burkina Faso), au Zaïre. La structure de la Compagnie s'est, entre-temps, modifiée : son conseil est international, les charges sont électives. L'activité des Sulpiciens s'est également adaptée ; mais, qu'ils soient adonnés à la formation initiale ou à la formation permanente, leur œuvre spécifique reste le service des prêtres.

On range souvent, mais à tort, sous le nom de sulpiciens tous les anciens élèves du séminaire de Saint-Sulpice. Quant à l'« art sulpicien », il tire son nom du quartier qui l'a commercialisé.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : sulpicien, archiviste de la Compagnie de Saint-Sulpice, ingénieur au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  SAINT-SULPICE COMPAGNIE DES PRÊTRES DE  » est également traité dans :

ÉMERY JACQUES ANDRÉ (1732-1811)

  • Écrit par 
  • Irénée NOYE
  •  • 527 mots

Né à Gex, formé au collège des jésuites de Mâcon, puis par les sulpiciens de Paris, Émery fut agrégé à la Compagnie de Saint-Sulpice en 1758 et envoyé comme professeur dans les séminaires d'Orléans puis de Lyon. Après avoir dirigé le séminaire d'Angers pendant six ans, il fut élu supérieur général de Saint-Sulpice en 1782 et s'attaqua avec succès aux abus d'indiscipline et de mondanité qui s'étaie […] Lire la suite

MONTRÉAL

  • Écrit par 
  • Annick GERMAIN, 
  • Damaris ROSE
  •  • 2 336 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des origines religieuses à l’expansion d’une économie mercantile »  : […] Le navigateur français Jacques Cartier explore l’île et, en montant sur le mont Royal, aperçoit un village d’Iroquois, mais ceux-ci n’occupent plus ces lieux lorsque Samuel de Champlain débarque en Nouvelle-France en 1603. C’est un projet missionnaire qui donne naissance à Ville-Marie, premier nom de la cité en 1642. Les Sulpiciens prennent le relais pour créer une cité catholique idéale. Le prem […] Lire la suite

OLIER JEAN-JACQUES (1608-1657)

  • Écrit par 
  • Irénée NOYE
  •  • 623 mots

Ecclésiatique français, auteur spirituel, fondateur de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice. Parisien, mais élevé à Lyon où son père était intendant royal, Jean-Jacques Olier s'était préparé à une brillante carrière ecclésiastique ; pourvu de bénéfices, reçu maître ès arts à Paris en 1627, étudiant de théologie en Sorbonne, il prit enfin au sérieux sa vocation et se mit sous la direction de V […] Lire la suite

TRONSON LOUIS (1622-1700)

  • Écrit par 
  • Émile GOICHOT
  •  • 457 mots

Né dans une famille parlementaire, prêtre en 1647, Louis Tronson entra dans la Compagnie de Saint-Sulpice, congrégation fondée par Jean-Jacques Olier, pour administrer la paroisse parisienne de ce nom et former les cadres du clergé dans les établissements créés selon les directives du concile de Trente : les séminaires. Sa vie est tout entière consacrée à l'éducation cléricale. Il assume la charge […] Lire la suite

Pour citer l’article

Irénée NOYE, « SAINT-SULPICE COMPAGNIE DES PRÊTRES DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/compagnie-des-pretres-de-saint-sulpice/