Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

COMMUNE DE PARIS, en bref

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par
Ruines de l'Hôtel de Ville de Paris - crédits : Alphonse Liebert/ Hulton Archive/ Getty Images

Ruines de l'Hôtel de Ville de Paris

En mars 1871, les Allemands vainqueurs de la guerre contre la France, font le siège de Paris. Le second Empire a été renversé et, depuis le 4 septembre 1870, la République a été proclamée. L'Assemblée élue le 8 février 1871 est toutefois à majorité monarchiste ; elle siège dans la ville royale de Versailles. La nouvelle République, dirigée par l'ambigu Adolphe Thiers, semble donc fragile. C'est dans ces conditions qu'éclate, le 18 mars 1871, une insurrection dans la capitale. La « Commune » y est proclamée, mélange d'un républicanisme radical (les communards décrètent par exemple la séparation de l'Église et de l'État, la gratuité de l'enseignement) et des différentes tendances du socialisme français (Karl Marx suit ainsi avec intérêt les événements parisiens). La Commune prend fin brutalement lors de la « semaine sanglante » du 21 au 28 mai 1871, qui voit les troupes « versaillaises » écraser l'insurrection. Le bilan est de 25 000 morts. Le mouvement ouvrier français est décapité. Mais la Commune lui fournira, pour longtemps, une origine mythique, en même temps qu'elle accentuera la méfiance des socialistes envers la République.

— Sylvain VENAYRE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire contemporaine à l'université Grenoble Alpes

Classification

Pour citer cet article

Sylvain VENAYRE. COMMUNE DE PARIS, en bref [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Ruines de l'Hôtel de Ville de Paris - crédits : Alphonse Liebert/ Hulton Archive/ Getty Images

Ruines de l'Hôtel de Ville de Paris

Autres références

  • CLÉMENT JEAN-BAPTISTE (1837-1903)

    • Écrit par
    • 311 mots

    Né de parents aisés, avec lesquels il a rompu très jeune, Jean-Baptiste Clément tire de son expérience champêtre et de ses lectures (surtout de Banville et Murger) la source d'inspiration de ses premières chansons. Avec ses Bergerettes et Villageoises, mises en musique par Joseph Darcier...

  • CLUSERET GUSTAVE PAUL (1823-1920)

    • Écrit par
    • 397 mots

    Fils de militaire, Gustave Cluseret entre à Saint-Cyr et participe comme lieutenant à la répression des journées de juin 1848. À la suite de divers trafics en Algérie, il est obligé de démissionner de l'armée en 1858. Cet aventurier devient condottiere et révolutionnaire professionnel. Il se...

  • COURBET GUSTAVE (1819-1877)

    • Écrit par
    • 3 483 mots
    • 6 médias
    ...La Pauvresse du village (1867, coll. part.) et L'Aumône d'un mendiant, ultime résurgence de la veine inaugurée par Les Casseurs de pierre. À Paris, en 1870 et 1871, il est en première ligne pendant le Siège et la Commune, bien qu'il rêve de paix et réprouve la violence, et il exécute de...
  • DELESCLUZE LOUIS CHARLES (1809-1871)

    • Écrit par
    • 483 mots

    Cet homme, qui sera la plus grande autorité morale de la majorité communarde, est d'extraction bourgeoise. Ses luttes incessantes pour la République, son courage, sa volonté farouche, malgré ses multiples emprisonnements et ses épreuves, lui vaudront le surnom de Barre de fer. Étudiant en droit,...

  • Afficher les 29 références