CLÉMENT JEAN-BAPTISTE (1837-1903)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né de parents aisés, avec lesquels il a rompu très jeune, Jean-Baptiste Clément tire de son expérience champêtre et de ses lectures (surtout de Banville et Murger) la source d'inspiration de ses premières chansons. Avec ses Bergerettes et Villageoises, mises en musique par Joseph Darcier et interprétées par Jules Pacra et Thérésa, il introduit une note pastorale dans le répertoire du café-concert. Devenu républicain, il entame, en 1868, une carrière de journaliste politique qui le mène à Sainte-Pélagie. Libéré le 4 septembre, il est élu à la Commune de Paris, où il siège aux commissions des Subsistances et de l'Enseignement. Membre de la majorité, il vote pour le Comité de salut public. La victoire des versaillais lui donne la matière de La Semaine sanglante, qu'il écrivit depuis sa cachette à Paris et qui reste un des textes les plus forts inspirés par la Commune.

Rentré d'Angleterre en 1880, il se consacre alors à la propagation des idées socialistes, principalement dans les Ardennes, où il fonde la Fédération des travailleurs socialistes des Ardennes. Au congrès de Chatellerault, en 1890, il prend le parti de Jean Allemane contre Paul Brousse. En marge de son activité de militant, Clément poursuit son œuvre de chansonnier, mais les textes de cette période, s'ils gagnent en ferveur et en humanité, n'ont plus la légèreté de touche qui caractérise les Villageoises. À son enterrement, les 5 000 personnes présentes rendirent hommage au militant et à l'auteur du Temps des cerises. Écrite en 1866, cette romance mise en musique par Renard, fut dédiée en 1885 par son auteur à une ambulancière de la Commune, et prit ainsi une signification nouvelle qui ne fut pas étrangère à son succès.

—  Pierre Thomas CAMELOT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CLÉMENT JEAN-BAPTISTE (1837-1903)  » est également traité dans :

CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Hélène HAZERA
  •  • 5 012 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La chanson politique et sociale »  : […] et persécutée. Ce qui n'empêchera pas pour autant la création d'œuvres désormais mythiques comme, en 1866, Le Temps des cerises de Jean-Baptiste Clément (1836-1903) ou, en 1871, L'Internationale d'Eugène Pottier (1816-1887), dans la veine des Chants et chansons de Pierre Dupont (1821-1870), célébré par Baudelaire. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson-francaise/#i_6688

Pour citer l’article

Pierre Thomas CAMELOT, « CLÉMENT JEAN-BAPTISTE - (1837-1903) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-clement/