COMMUNE DE PARIS (1792)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Municipalité insurrectionnelle qui siégea à l'Hôtel de Ville de Paris du 10 août au 2 décembre 1792, poussa au renversement de la royauté et à diverses mesures révolutionnaires, avant de s'incliner devant la Convention, nouvellement élue. La Commune de 1792 illustre le rôle de Paris dans les moments les plus dramatiques de la Révolution.

À l'écart de la municipalité légale, une violente agitation antiroyaliste s'organise dans les assemblées de section en juillet 1792. Le 25 juillet, l'Assemblée législative autorise la permanence des sections. À l'initiative de la section de Mauconseil, le 3 août, une délégation de quarante-sept sections vint se présenter à la barre de l'Assemblée, demandant la déchéance du roi. Conduite par le maire Pétion, cette délégation comprenait déjà tout le personnel de la future Commune insurrectionnelle.

L'Assemblée s'efforça de briser le mouvement sectionnaire en cassant un arrêté de la section Mauconseil, mais l'effervescence, sous la menace du danger extérieur, jointe à la crainte d'une trahison du roi, était trop forte. L'occasion de l'insurrection fut fournie par la municipalité légale qui avait invité chaque section à envoyer trois délégués à la maison commune pour délibérer de la défense de Paris et de la formation d'un camp retranché sous ses murailles.

Les sections résolurent d'attribuer à leurs délégués des fonctions beaucoup plus amples. Dans la nuit du 9 au 10 août, la section des Quinze-Vingts prit l'arrêté suivant : « Attendu qu'il s'agit de sauver la patrie et la chose publique, la section nomme trois commissaires pour se rendre à la maison commune et, conjointement avec ceux qui seront nommés par les autres sections, aviser au moyen de se concerter sur les mesures à prendre dans les circonstances actuelles. »

Les délégations se rendent à l'Hôtel de Ville dans la nuit et, à sept heures du matin, le 10 août, vingt-huit sections sont représentées. Sous la présidence de Huguenin, la Commune insurrectionnelle t [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, bibliothécaire à la bibliothèque historique de la Ville de Paris

Classification


Autres références

«  COMMUNE DE PARIS (1792)  » est également traité dans :

CHAUMETTE PIERRE GASPARD dit ANAXAGORAS (1763-1794)

  • Écrit par 
  • Roger DUFRAISSE
  •  • 291 mots

Né à Nevers, Chaumette navigue comme mousse puis comme timonier. Il étudie la médecine à Paris en 1789, puis devient rédacteur aux Révolutions de Paris en 1790. Entré au club des Cordeliers, il s'y fait, comme à la section du Théâtre-Français, le porte-parole des couches les plus déshéritées de la population des faubourgs. Après la fuite à Varennes en juin 1791, il participe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chaumette-pierre-gaspard-dit-anaxagoras/#i_41252

DANTON GEORGES JACQUES (1759-1794)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 1 980 mots

Dans le chapitre « Le tribun populaire »  : […] Né à Arcis-sur-Aube, avocat au Conseil du roi, Danton ne joue aucun rôle dominant avant le 10 août 1792. Il est d'abord une notabilité de quartier, mis en vedette comme président du district des Cordeliers ; il se fait remarquer ensuite par sa fougueuse éloquence (« le Mirabeau de la populace ») au club des Jacobins (et non au club des Cordeliers, qu'il fréquentera fort peu). Déjà se marque en lu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-jacques-danton/#i_41252

GIRONDINS ET MONTAGNARDS

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 2 553 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'histoire »  : […] Quelques mots sur les termes, d'abord. L'usage d'appeler Montagne (dans un sens d'origine maçonnique, selon Ferdinand Brunot : allusion au mont Sinaï où Israël reçut ses lois) le rassemblement des patriotes les plus « prononcés » est attesté depuis le printemps de 1792. L'appellation antagoniste apparaît plus tardivement ; les contemporains parlent d'abord des « brissotins » au temps de la Législa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/girondins-et-montagnards/#i_41252

HÉBERT JACQUES RENÉ (1757-1794)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 625 mots

Avec Marat et Desmoulins, Hébert a été le plus célèbre journaliste de la Révolution française, le plus discuté aussi. Fils d'un bourgeois aisé et d'une mère d'origine noble, il ne parvint jamais, contrairement à la légende qui l'assimile à son personnage, le Père Duchesne, à se débarrasser de ses origines. Le journaliste Fiévée, qui l'entendit aux Jacobins, note : « Le Père Duchesne parut plus pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-rene-hebert/#i_41252

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les éliminations internes (printemps-été de 1793) »  : […] Les Girondins, qui détiennent les ministères, voient la réalité du pouvoir leur échapper, les nouvelles institutions (Tribunal révolutionnaire, Comité de salut public, le 5 avril) étant contrôlées par les Montagnards. Ils sont en outre menacés de mort le 5 avril, lorsque est mise au vote une motion contre les députés ayant proposé, en décembre 1792, l'appel au peuple pour tenter d'éviter la mort d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_41252

SEPTEMBRE MASSACRES DE (1792)

  • Écrit par 
  • Bernard PLONGERON
  •  • 912 mots

Rien de plus ambigu que le cri, lancé à Paris, au mois d'août 1792 : « La patrie en danger ! » Le péril est-il à l'intérieur, où de nombreuses perquisitions, chez les prêtres réfractaires, débusquent des agences royalistes et prouvent les complicités épistolaires avec les émigrés ? Est-il à l'extérieur, d'où parviennent de sinistres nouvelles : passage de la frontière du duc de Brunswick à la tête […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/massacres-de-septembre/#i_41252

THERMIDOR AN II JOURNÉE DU 9 (27 juill. 1794)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 801 mots

À l'inverse des journées révolutionnaires du 10 août 1792 ou du 2 juin 1793, le peuple n'eut aucune part dans la journée du 9 thermidor qui vit la chute de Robespierre. On a pu dire que le 9-Thermidor correspondait à un simple changement de majorité parlementaire. Robespierre a succombé en effet devant une coalition hétéroclite qui comprenait d'anciens représentants en mission rappelés en raison d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/journee-du-thermidor-an-ii/#i_41252

Pour citer l’article

Jean DÉRENS, « COMMUNE DE PARIS (1792) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/commune-de-paris-1792/