COLLEMBOLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Minuscule arthropode primitif, aptère, qui est un élément clé de l'écologie du sol.

Classe : Hexapodes ; super-ordre : Ellipoures ; ordre : Collemboles

Les collemboles vivent le plus souvent dans le sol. Ils possèdent un corps globuleux qui est pouvu, à l'extrémité de l'abdomen, d'un organe de saut, ou furca, caractéristique de cet ordre. Leur nom – qui dérive de kolla, colle, et de embolon, piston – est lié à la présence d'un tube rétractile enduit d'un liquide gluant sur leur premier segment abdominal. Ce tube semble participer à la fixation au substrat , et peut-être aussi à la respiration et à l'absorption d'eau.

Les collemboles sont apparus il y a au moins 400 millions d'années et le fossile Rhyniella praecursor, datant du Dévonien moyen, est le plus ancien hexapode connu. On en dénombre 6 000 espèces actuellement et ce sont certainement les hexapodes les plus abondants sur Terre (jusqu'à 400 000 au mètre carré). Ils peuplent toutes les régions du monde, y compris les zones polaires et les déserts chauds.

Les collemboles Neelidae sont parmi les plus petits des hexapodes avec une longueur de 0,2 millimètre, tandis que les plus grands, les Uchidanuridae, mesurent à peine 10 millimètres. La plupart ont un régime saprophage (végétaux en décomposition, moisissures, algues), mais certains sont carnivores comme Anurida maritima.

La majorité des espèces sont enfouies dans le sol, mais on en trouve également à la surface des eaux stagnantes (Podura aquatica), en zone littorale (Anurida maritima) ou maritime (Isotoma littoralis), dans les nids de termites ou de fourmis. Certaines espèces sont aussi cavernicoles, comme les Entomobryidae. Les collemboles vivant en profondeur dans les sols sont peu pigmentés et présentent une furca et des yeux réduits. Les espèces de surface ou de milieux plus ouverts sont au contraire diversement pigmentées et leur furca, plus allongée, leur permet parfois des sauts impressionnants, relativement à leur taille (jusqu'à 100 mm chez Orchesella).

Collemboles aquatiques

Dessin : Collemboles aquatiques

Dessin

Quelques Collemboles aquatiques (d'après Willem). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Leur durée de vie e [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Collemboles aquatiques

Collemboles aquatiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Collembole : Sminthurus

Collembole : Sminthurus
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  COLLEMBOLE  » est également traité dans :

APTÉRYGOTE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves TOULLEC
  •  • 424 mots
  •  • 3 médias

Le terme aptérygote a été utilisé en classification jusque dans les années 1980 pour désigner les insectes chez lesquels l'absence d'ailes est un caractère originel et non une perte secondaire liée au phénomène d'adaptation. S'opposant aux ptérygotes (insectes pourvus d'ailes), il comprenait les diploures, les protoures, les collemboles et les thysanoures, c'est-à-dire les insectes les plus […] Lire la suite

HEXAPODES

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 308 mots
  •  • 1 média

Les reconstructions phylogénétiques traitant des relations de parenté entre les grands groupes d'Insectes sont fondées sur des observations morpho-anatomiques, auxquelles s'ajoutent de plus en plus de résultats de phylogénie moléculaire. Il est évident que de nouvelles données sont sans cesse obtenues par les différents spécialistes des groupes, et ces données peuvent soit confirmer les schémas ex […] Lire la suite

TELLURIQUE MILIEU

  • Écrit par 
  • Roger DAJOZ
  •  • 4 881 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Biomasse »  : […] Les organismes vivants du sol représentent une biomasse importante. G. Bachelier donne les proportions suivantes dans le cas d'un sol de prairie : – matières minérales : 93 p. 100 ; – matières organiques totales : 7 p. 100, dont matières organiques : 85 p. 100 ; racines : 10 p. 100 ; êtres vivants : 5 p. 100 (dont champignons et algues : 40 p. 100 ; bactéries et actinomycètes : 40 p. 100 ; animaux […] Lire la suite

Pour citer l’article

Martine MAÏBECHE, « COLLEMBOLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/collembole/