COEURVue d'ensemble

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La tradition a, pendant des siècles, fait du cœur le viscère noble, parfois même pieusement recueilli après la mort, puis embaumé, pour être offert à la vénération. Un transfert suggestif lui a valu d'être paré des qualités de l'âme, pour laquelle la molle cervelle paraissait un indigne habitacle : il symbolise encore aujourd'hui le sens moral, le courage, les vertus, l'ardeur des passions.

Pour la médecine moderne, ce n'est qu'un muscle creux, dont les contractions rythmées assurent la circulation du sang. À cet effet le cœur est doté de propriétés spécifiques, dont la plus remarquable est sa relative autonomie fonctionnelle ou automatisme cardiaque. Celui-ci lui permet d'entretenir la vie végétative, celle du sujet qui se repose ou qui dort.

En cours d'effort, les conditions physiologiques varient brusquement au niveau des grands systèmes de l'organisme – musculaire, respiratoire et nerveux notamment – de telle sorte que l'activité cardiaque doit s'adapter à une situation nouvelle. Dans cette adaptation du rythme et de la force des battements du cœur, le système nerveux joue un rôle essentiel, d'une part en agissant sur le muscle cardiaque, d'autre part en contrôlant son irrigation sanguine par les vaisseaux coronaires et en réglant le débit sanguin à la périphérie du corps.

On comprend ainsi pourquoi les maladies du cœur apparaissent souvent comme des inadaptations fonctionnelles à l'effort physique. Elles sont, à ce titre, connues depuis l'Antiquité. Naguère encore, les anomalies congénitales de la structure du cœur, cause de mortalité précoce, étaient pratiquement ignorées. De même, la pathologie cardio-vasculaire n'affectait autrefois dans un pays comme la France qu'une proportion restreinte de la population, puisque l'âge moyen de celle-ci, il y a deux cents ans, était près de deux fois inférieur à celui des habitants d'un pays développé moderne. L'extraordinaire accroissement des cardiopathies, qui rend compte de plus du tiers de la mortalité, s'explique donc en partie par l'accroissement de la longévité moyenne.

Mais d'autres facteurs contribuent à accentue [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  COEUR  » est également traité dans :

CŒUR - Anatomie du cœur humain

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 2 940 mots
  •  • 5 médias

Le mot « cœur » désigne en anatomie animale les sacs contractiles placés sur le trajet des vaisseaux dans l'appareil circulatoire. La présence d'un sac contractile unique implique en général des différenciations complexes, et il est préférable de réserver le nom de cœur à un organe de ce type : par exemple, celui des crustacés, placé sur le vaisseau dorsal, […] Lire la suite

CŒUR - Chirurgie cardiaque

  • Écrit par 
  • Claude d' ALLAINES, 
  • Christian CABROL
  •  • 6 514 mots
  •  • 2 médias

La chirurgie, qui ne formait qu'un tout au début du xxe siècle, a dû, à mesure qu'elle progressait, se diviser en spécialités attachées à un organe ou à un système d'organes (chirurgie urinaire, chirurgie digestive, etc.).Ayant pour but la guérison des maladies cardiaques, la chirurgie du cœur est la dernière- […] Lire la suite

CŒUR - Maladies cardio-vasculaires

  • Écrit par 
  • Jean-Yves ARTIGOU, 
  • Yves GROSGOGEAT, 
  • Paul PUECH
  •  • 16 124 mots
  •  • 4 médias

Les maladies du cœur (cardiopathies) et celles des vaisseaux représentent actuellement en France et dans les pays industrialisés la première cause de mortalité, avant le cancer et les accidents de la circulation. Au cours des dernières décennies, le profil général des maladies cardio-vasculaires s'est modifié. Les affections des valves cardiaques d'origine rhumatismale ont presque disparu dans les […] Lire la suite

ADRÉNALINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Physiologie »  : […] Le rôle respectif des différents types de récepteurs adrénergiques dans les effets tissulaires intégrés des catécholamines est parfois difficile à élucider. En effet, ces récepteurs transmettent le plus souvent des messages divergents et modulent de manière opposée l'activité de la cellule cible. Dans beaucoup de systèmes expérimentaux, le type d'effet observé dépend de la concentration en adréna […] Lire la suite

ANGOR

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 224 mots

Un angor pectoris , ou angine de poitrine, est une manifestation clinique qui traduit une anoxie transitoire du muscle cardiaque. Le diagnostic se fonde sur la nature des crises, que caractérisent des douleurs rétrosternales survenant typiquement à l'effort, brèves, constrictives. L'électrocardiogramme est utile au diagnostic en permettant l'étude des troubles de la repolarisation myocardique. L'é […] Lire la suite

ANTIANGOREUX

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT
  •  • 766 mots

Les médicaments qui appartiennent à plusieurs classes chimiques concourant, par des mécanismes parfois multiples, à s'opposer à la crise d'angor, ou angine de poitrine ou coronarite, sont appelés antiangoreux. La coronarite résulte d'une anoxie brutale et transitoire qui traduit un déséquilibre entre les besoins en oxygène du muscle cardiaque (myocarde) et les apports de sang oxygéné réalisés par […] Lire la suite

ANTIARYTHMIQUES

  • Écrit par 
  • François LHOSTE
  •  • 368 mots

Par définition, les médicaments antiarythmiques sont des substances susceptibles de prévenir ou de réduire un trouble du rythme cardiaque. Ces médicaments sont nombreux, leurs structures biochimiques très différentes, leurs classifications pharmacologiques diverses, mais tous se caractérisent par une toxicité potentielle capable de réduire, à faibles doses, l'activité d'un groupe cellulaire respon […] Lire la suite

ARRÊT CARDIAQUE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 331 mots

On définit par arrêt cardio-circulatoire la suspension brutale de l'activité cardiaque efficace d'un sujet, chez qui tel événement n'était pas prévisible. Du point de vue médico-légal, l'arrêt cardiaque est synonyme de mort subite. Les causes les plus importantes d'arrêt cardio-circulatoire sont : les troubles aigus du rythme cardiaque survenant le plus souvent dans le contexte d'une maladie coron […] Lire la suite

ARYTHMIE CARDIAQUE ou TROUBLE DU RYTHME CARDIAQUE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 395 mots

L'arythmie cardiaque désigne un défaut de la régularité des battements du cœur, habituellement causé par des anomalies du système de conduction des impulsions qui commandent ces battements. Affectant aussi bien le cœur sain que le cœur malade, l'arythmie n'a pas en elle-même de signification pathologique, mais elle fragilisera la fonction cardiaque d'autant plus qu'elle se trouvera associée à d'au […] Lire la suite

BÊTABLOQUANTS

  • Écrit par 
  • François LHOSTE
  •  • 812 mots

Les récepteurs membranaires de la cellule stimulés par des catécholamines, comme l'adrénaline ou la noradrénaline, portent le nom de récepteurs adrénergiques. Depuis les travaux d'Ahlquist, en 1948, les récepteurs adrénergiques ont été divisés en deux groupes, récepteurs alpha et récepteurs bêta. Classiquement, la stimulation des récepteurs alpha engendre des effets moteurs sur les fibres musculai […] Lire la suite

Pour citer l’article

Didier LAVERGNE, « COEUR - Vue d'ensemble », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/coeur-vue-d-ensemble/