VILLARS CLAUDE LOUIS HECTOR duc de (1653-1734) maréchal de France

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« À la guerre, tout dépend d'imposer à son ennemi et, dès qu'on a gagné ce point, de ne lui plus donner le temps de reprendre du cœur. » Cette maxime de Villars peint bien les qualités foncières de l'homme de guerre qu'il fut : esprit d'entreprise et ardeur, à quoi il faut ajouter la faculté de ne se point décourager et une jeunesse de caractère conservée intacte dans la plus extrême vieillesse.

Sa carrière ne prend un tournant exceptionnel qu'à partir de la guerre de Succession d'Espagne. Il a cinquante ans. Le roi se proposait, profitant de l'alliance bavaroise, de prendre une offensive énergique en Allemagne pour imposer dans Vienne même la paix à l'Autriche. Villars est nommé, pour remplacer Catinat jugé trop timoré, au commandement de l'armée chargée de cette mission.

Forçant les passages du Rhin, Villars bat Louis de Bade à Friedlingen (1702). Ses soldats l'acclament maréchal de France sur le champ de bataille, ce que ratifie aussitôt Louis XIV (18 oct. 1702). Encore vainqueur à Höchstädt en 1703, mais en totale mésentente avec l'Électeur de Bavière, Villars obtient d'être rappelé en France.

C'est alors qu'il est envoyé dans les Cévennes pour mettre fin à l'insurrection des camisards. Villars bénéficie d'une chance insolente : son prédécesseur, Montrevel, qui allait d'échec en échec, obtient, dans les derniers jours de son commandement, un succès éclatant sur les troupes de Cavalier qui sont cernées. Si Cavalier s'échappe, ses troupes sont disloquées et tous ses dépôts saisis. La situation du chef camisard est telle que Villars se fait entendre aisément quand il promet la clémence du roi et prend sur lui de satisfaire les « justes demandes » des rebelles. Sa politique apaise une partie de la population. Contre ceux qui, comme Roland, refusent de se soumettre, Villars reprend vigoureusement les opérations. Quand il repart aux frontières, la situation des Cévennes est nettement améliorée.

Pendant les années les plus critiques du règne de Louis XIV, Villars est le dernier rempart opposé à l'invasion. Avec une armée en haillons et mal nourrie, mais galvanisée, Villars, secondé par Boufflers, livre la bataille de Malplaquet contre Marlborough. S'il succombe sous le nombre et si lui-même est blessé, il inflige de telles pertes à l'adversaire que Boufflers peut diriger une retraite parfaitement ordonnée et telle qu'aucune poursuite n'est tentée (1709).

Bataille de Malplaquet

Photographie : Bataille de Malplaquet

Le dispositif en ligne mince des Français (en habit blanc) à Malplaquet, petit village au situé sud de Mons, le 11 septembre 1709. Leur résistance face à l'armée des coalisés (Anglais, Hollandais, Portugais) supérieure en nombre permit de stabiliser une situation compromise dans le Nord... 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Trois ans plus tard, nouvelle menace : le prince Eugène assiège Landrecies avant de marcher sur Paris, dont aucune place forte ne le sépare plus. Villars reçoit le commandement de la dernière armée française et, profitant de la trop grande dispersion des forces d'Eugène, il attaque vigoureusement à Denain l'aile droite ennemie et la détruit complètement (24 juill. 1712). Cette victoire devait hâter la conclusion des traités d'Utrecht. De nombreuses controverses ont éclaté sur la paternité de la manœuvre de Denain, attribuée à tel ou tel lieutenant de Villars. Celui-ci aurait pu déclarer comme Joffre après la Marne : « Je ne sais pas qui a gagné la bataille, mais je sais bien qui l'aurait perdue. »

Villars meurt à quatre-vingt-un ans à Turin, alors qu'il venait encore de recevoir le commandement de l'armée d'Italie, pendant la guerre de Succession de Pologne.

Célèbre aussi par sa vantardise et quelques campagnes « financières », Villars avait su obtenir à la fois l'estime de son roi, qui le couvrit de donations (dont Vaux-le-Vicomte), et celle de ses soldats, qui appréciaient sa gaieté et sa hardiesse sur le terrain.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur habilité à la recherche, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, ancien chef du service historique de l'Armée de terre

Classification

Autres références

«  VILLARS CLAUDE LOUIS HECTOR duc de (1653-1734) maréchal de France  » est également traité dans :

LOUIS XIV (1638-1715) roi de France (1643-1715)

  • Écrit par 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 10 396 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La plus terrible guerre »  : […] Louis XIV prit l'avis de son conseil et de Mme de Maintenon avant de décider s'il accepterait ou non le testament. Il sentait le risque d'une guerre avec l'empereur qui venait de conclure une paix avec les Turcs. Il pensait que les puissances maritimes et l'Angleterre apprécieraient qu'il renonçât pour la France à tout bénéfice territorial. Mais il n'appliquait pas des traités qu'il avait signés e […] Lire la suite

MALPLAQUET BATAILLE DE (1709)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BOIS
  •  • 180 mots
  •  • 1 média

Le 11 septembre 1709, La bataille de Malplaquet, entre les 65 000 Français de Villars et les 75 000 alliés de Marlborough et du prince Eugène, est indécise, mais elle sauve la France d'une invasion. C'est la confrontation, sur un front de 5 kilomètres à la frontière des Pays-Bas, de deux lignes d'infanterie de faible profondeur, donc sans véritable force de choc, et immobilisées par leur trop long […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean DELMAS, « VILLARS CLAUDE LOUIS HECTOR duc de (1653-1734) maréchal de France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-louis-hector-villars/