LEFORT CLAUDE (1924-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La différence démocratique

Comme peu d'autres philosophes français, Claude Lefort aura pris la mesure des mutations politiques du xxe siècle. Après la Seconde Guerre mondiale, et au temps de la guerre froide, être lucide sur le totalitarisme soviétique, c'était se heurter au Parti communiste français. Dans sa Préface à la réédition, en 1979, de Éléments d'une critique de la bureaucratie, Lefort évoque « la terreur idéologique que faisait peser sur la gauche le Parti communiste dans les années d'après-guerre », et la façon dont « s'agglutinaient autour du stalinisme les écrivains progressistes ». Aussi s'attache-t-il à analyser – par exemple dans une fameuse polémique avec Sartre – « la cécité devant le totalitarisme ».

Si la pensée de Lefort s'est déplacée, ce ne fut pas par inconséquence. Il lui fallut de difficiles retours critiques sur ses premières positions (par rapport à Trotski ou, bientôt, à Marx), en même temps que la capacité de discerner la portée des événements (celle, par exemple, de la révolution hongroise de 1956).

Faire place à la dimension politique, que Marx « avait méconnue », c'était rompre avec le mythe révolutionnaire d'une « indivision » et d'une « transparence à soi de la société ». C'était reconnaître, dans la démocratie, ce que les totalitarismes avaient justement cherché à détruire : « la désintrication du politique de l'économique, du juridique, du scientifique, de l'esthétique », « la libre différenciation des modes d'existence, des modes d'agir, des modes de connaissance, du déploiement et du conflit des opinions », « la distinction du public et du privé », « l'affirmation de l'individu et de la créativité individuelle ».

Cependant, la distance prise avec Marx n'induisait pas Lefort « à réhabiliter les thèses d'idéologues de la bourgeoisie », dans la mesure où ces derniers « se sont employés à masquer la relation qu'entretient la démocratie avec la division sociale, alors qu'il convient de la mettre au centre de la réflexion politique ». La « division sociale » ? Pour la penser – et d'abord po [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  LEFORT CLAUDE (1924-2010)  » est également traité dans :

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Marxisme et structuralisme »  : […] La seconde précision concerne cette bipolarité marxisme-structuralisme à partir de laquelle, dans les années 1970, se serait organisé le débat intellectuel à l'intérieur du champ disciplinaire. En ce qu'elle appelle l'image de deux bastions séparés par un no man's land , cette représentation apparaît comme notoirement réductrice, dans la mesure notamment où elle fait passer p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structuralisme/#i_85958

MACHIAVEL (1469-1527)

  • Écrit par 
  • Jean-François DUVERNOY
  •  • 6 688 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Fortuna » »  : […] La nature des choses est neutre en ce qui touche l'organisation politique des groupes humains. Il n'existe évidemment que « la nature » – en ce sens précis que n'existe aucun « arrière-monde » –, mais cette nature ne décide ni ne prédétermine rien. La notion de fortune remplit donc dans le système une fonction complexe, destinée à dégager le champ de l'action. On peut essayer de la caractériser, m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/machiavel/#i_85958

Pour citer l’article

Claude MOUCHARD, « LEFORT CLAUDE - (1924-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-lefort/