MALET CLAUDE FRANÇOIS DE (1754-1812)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'origine noble, mousquetaire sous l'Ancien Régime, licencié par suite de compressions budgétaires, général de la Révolution, hostile à l'avènement du consulat à vie, nommé sous l'Empire gouverneur de Rome mais destitué pour propagande républicaine, Malet n'occuperait qu'une place restreinte dans l'histoire napoléonienne, celle d'un opposant, comme le général Delmas, s'il n'avait fomenté contre Napoléon deux complots dont l'un fut près de réussir.

En 1808, Malet noue des relations avec d'anciens jacobins (Démaillot) et des généraux en disgrâce (Guillet et Guillaume) en vue de profiter d'une absence de l'Empereur pour proclamer, à la faveur d'un faux sénatus-consulte, l'abolition de l'Empire et la constitution d'un gouvernement provisoire. Ce projet, d'inspiration républicaine, est découvert par le préfet de police Dubois et ses adjoints Bertrand et Boucheseiche, mais l'affaire est étouffée par Fouché pour des raisons d'amour-propre plutôt que par sympathie pour les conjurés. Incarcéré à Vienne, puis placé en résidence surveillée à la maison de santé du docteur Dubuisson, Malet entre en relation avec des membres de la société secrète des Chevaliers de la foi, constituée pour défendre le pape prisonnier de l'Empereur et favoriser la restauration de Louis XVIII. D'après les Mémoires de Villèle : « Les royalistes et les républicains se seraient entendus pour combiner leurs efforts jusqu'à la convocation des assemblées primaires qui, une fois Bonaparte renversé, devaient se prononcer souverainement entre le rétablissement de la République et le retour au pouvoir de Louis XVIII. » Malet aurait donc agi pour le compte des républicains, mais en accord avec les Chevaliers de la foi, l'abbé Lafon servant d'agent de liaison. Son plan est, avec quelques variantes, le même qu'en 1808 : profiter d'une absence de l'Empereur pour annoncer sa mort et la constitution d'un go [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  MALET CLAUDE FRANÇOIS DE (1754-1812)  » est également traité dans :

EMPIRE (PREMIER)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 7 976 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les réveils nationaux »  : […] Napoléon avait abandonné, le 5 décembre, le commandement de l'armée pour regagner la France où, il venait de l'apprendre, le général Malet avait tenté de s'emparer du pouvoir en faisant croire aux autorités que l'empereur était mort devant Moscou. Mal comprise, cette affaire est inséparable de la crise économique qui secoue alors la France et du malaise religieux. Des spéculations malheureuses né […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-premier/#i_22493

RÉPUBLICAINS (1789-1870)

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 996 mots
  •  • 1 média

Le nom de républicains a été donné aux partisans de la république, avec une signification différente selon les pays et selon les époques. En France, sous la Révolution et la I re  République, le terme de « patriote » est davantage utilisé. Bien que la République ait continué nominalement à exister sous le Consulat, on peut considérer comme républicai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republicains/#i_22493

Pour citer l’article

Jean TULARD, « MALET CLAUDE FRANÇOIS DE - (1754-1812) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-francois-de-malet/