CHEVALLEY CLAUDE (1909-1984)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'ambassadeur, né à Johannesburg, Chevalley a fait la plus grande partie de ses études à Paris, où il fut élève de l'École normale supérieure, de 1926 à 1929. Il a enseigné à l'université de Rennes, puis aux États-Unis, aux universités de Princeton et de Columbia (New York). Il termina sa carrière comme professeur et correspondant de l'Académie des sciences à l'université de Paris.

Ses travaux principaux portent sur la théorie des nombres, la géométrie algébrique et la théorie des groupes de Lie. Sa thèse et les travaux qui l'ont suivie sont consacrés à la théorie du corps de classes (local et global), où il a introduit de nouvelles méthodes, notamment la théorie des idèles. En géométrie algébrique, il a participé activement au développement de la géométrie algébrique sur un corps quelconque, notamment en ce qui concerne la théorie des anneaux locaux et la théorie des intersections. Il a considérablement étendu la théorie des groupes de Lie : d'une part, il a montré qu'à toute algèbre de Lie simple complexe on peut associer canoniquement un groupe « abstrait » défini sur un corps quelconque, et qui est simple, sauf dans un petit nombre de cas ; en particulier, si le corps est fini, on obtient des groupes finis simples, appelés « groupes de Chevalley ». D'autre part, il a obtenu une classification complète des groupes linéaires algébriques semi-simples sur un corps algébriquement clos quelconque.

—  Jean DIEUDONNÉ

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CHEVALLEY CLAUDE (1909-1984)  » est également traité dans :

BOURBAKI NICOLAS (XXe s.)

  • Écrit par 
  • André MARTINEAU
  •  • 1 734 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Unité de la mathématique »  : […] La première originalité de Bourbaki, et qui est sans doute dans une large mesure la raison de son succès, est dans sa constitution polycéphale. Ce nom recouvre en effet une libre association de mathématiciens, presque tous français, qui ont accepté de travailler ensemble à la composition des « éléments ». On y entre par cooptation, mais on en sort librement, et, en principe, automatiquement dès qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bourbaki-nicolas/#i_24586

DIOPHANTIENNES ÉQUATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COLLIOT-THÉLÈNE, 
  • Marcel DAVID, 
  • Universalis
  •  • 6 374 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Coniques »  : […] L'équation : où l'on peut supposer a , b et c sans facteurs carrés et premiers entre eux deux à deux, conduit à un théorème de Legendre : une condition nécessaire et suffisante de résolubilité est que a , b , c ne soient pas de même signe et que −  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equations-diophantiennes/#i_24586

GROUPES (mathématiques) - Groupes finis

  • Écrit par 
  • Everett DADE
  •  • 5 062 mots

Dans le chapitre « Groupes simples »  : […] Si H est un sous-groupe distingué d'un groupe fini G, le morphisme surjectif naturel de G sur le groupe quotient G/H, ayant H pour noyau, nous donne une sorte d'analyse du groupe G en les deux groupes H et G/H. Les deux cas H = {1}, et H = G sont triviaux, le groupe G étant alors isomorphe à l'un des deux groupes H et G/H. Dans tous les autres cas, les ordres |G/H| et |H| sont strictement plus pet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupes-mathematiques-groupes-finis/#i_24586

NICOLAS BOURBAKI (A. Aczel)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 894 mots

Sous-titré « Histoire d'un génie des mathématiques qui n'a jamais existé », le livre (éd. J.-C. Lattès, Paris, 2009) qu'Amir Aczel – chercheur au Centre d'histoire des sciences de l'université de Boston (États-Unis) – consacre au groupe Bourbaki et à son influence sur les mathématiques du xx e  siècle est un hommage objectif et fort documenté aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-bourbaki/#i_24586

NOMBRES (THÉORIE DES) - Nombres algébriques

  • Écrit par 
  • Christian HOUZEL
  •  • 14 064 mots

Dans le chapitre « Idèles et adèles »  : […] Dans ses recherches sur les formes quadratiques à coefficients dans un corps de nombres algébriques k , en vue d'étendre un résultat de Minkowski, Hilbert avait été conduit à considérer simultanément des congruences modulo les puissances des idéaux premiers du corps, et les équations correspondantes dans R ou dans C , provenant des divers plongements de k […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-theorie-des-nombres-algebriques/#i_24586

Pour citer l’article

Jean DIEUDONNÉ, « CHEVALLEY CLAUDE - (1909-1984) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-chevalley/