CLARISSES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Moniales cloîtrées, les Clarisses, appelées aussi Pauvres Dames, furent fondées par sainte Claire d'Assise (1193/94-1253). À dix-huit ans, Claire Offreducio décide de suivre à sa manière l'exemple de saint François. Après quelques mois de séjour chez des bénédictines, elle s'installe avec quelques compagnes auprès d'une petite église dédiée à saint Damien, aux portes d'Assise. Partageant l'idéal de pauvreté absolue de saint François, sous une très stricte clôture, les sœurs vivent de leur travail et des aumônes que les Frères mineurs recueillent pour elles. L'existence d'une communauté féminine sans propriétés ni revenus est si étrangère aux mœurs du temps et au statut canonique des moniales qu'elle requiert une autorisation toute spéciale du pape. Le privilegium paupertatis ainsi obtenu d'Innocent III (1215 ou 1216) ne sera que pendant très peu de temps étendu aux autres monastères de Pauvres Dames, établis dès 1227 sous la juridiction des Frères mineurs et organisés selon une règle de vie promulguée en 1247 par Innocent IV.

L'expansion de l'ordre, installé peut-être dès 1220 à Reims, fut assez rapide en France. En 1255, Saint Louis contribua à la fondation, pour sa sœur Isabelle, d'un monastère à Longchamp. La règle de ces « sœurs mineures », un peu moins sévère, fut approuvée en 1263 par le pape Urbain IV.

Dans la suite du Moyen Âge, divers mouvements de réforme se développèrent dans les monastères de Pauvres Dames, comme dans toutes les familles religieuses. Avec sainte Catherine de Bologne (1413-1463), une des personnalités les plus marquantes de l'ordre est sainte Colette de Corbie (1381-1447), dont la réforme, codifiée dans des constitutions qui furent approuvées en 1458 par Pie II, s'étendit à de nombreux monastères de France et de Belgique.

Les Clarisses sont rattachées par affiliation spirituelle aux ordres des Franciscains, Capucins ou Conventuels. Selon la règle suivie, on distingue aujourd'hui clarisses urbanistes, clarisses colettines et clarisses capucines. Au début du xxie siècle, il y a environ 13 500 clarisses dans le monde, dont environ un millier en France.

—  André DUVAL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CLARISSES  » est également traité dans :

COLETTE DE CORBIE sainte (1381-1447)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 245 mots

Déjà âgés, Robert Boylet et Marguerite Moyon eurent une fille qu'en l'honneur de saint Nicolas ils appelèrent Nicolette, mais qui fut connue sous le diminutif de Colette. À sa mort en 1399, son père, charpentier de l'abbaye de Corbie, confia sa fille à l'abbé. Ce dernier voulut la marier, elle refusa. Après plusieurs essais de vie religieuse, elle devint recluse à Corbie en 1402. Quatre ans plus t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colette-de-corbie/#i_33966

Pour citer l’article

André DUVAL, « CLARISSES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/clarisses/