CAPUCINS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ordre religieux dont le groupe constitue l’une des trois branches actuelles de la famille franciscaine, les deux autres étant celle des franciscains et celle des conventuels. Cette congrégation a été fondée en 1525 à Ancône par un jeune « observant », Matthieu de Bascio. Prétendant restaurer la vie franciscaine primitive jusque dans la manière de se vêtir, les premiers « frères mineurs de la vie érémitique » attirèrent immédiatement l’attention par la forme originale de leur capuce, long et pointu. Le sobriquet populaire de capuccini devint rapidement, dès le milieu du xvie siècle, leur nom officiel.

Clément VII, en les approuvant le 13 juillet 1528, les avait maintenus dans une certaine soumission au ministre général des Conventuels ; la pleine autonomie leur fut accordée par Paul V le 23 janvier 1619. Les premiers capucins s’établissent en France à partir de 1570. Au début du xxie siècle, il y avait environ 12 000 capucins dans le monde.

Branche de l’ordre des Clarisses, un ordre de religieuses capucines a également été fondé en 1538 à Naples par Maria Lorenza Longo (1463-1539). Les capucines s’installent en France à partir de 1602. On en dénombrait près de 2 500 dans le monde au début du xxie siècle.

Un moine capucin est devenu particulièrement célèbre en Italie et, au-delà, dans le monde de la dévotion catholique. Il s’agit de Francesco Forgione, le Padre Pio de Pietrelcina (1885-1968), auteur, d’après ses hagiographes, de nombreux miracles et qui aurait porté, d’après les mêmes, les stigmates du Christ de 1918 jusqu’à sa mort. Il a été canonisé par Jean-Paul II en 2002.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  CAPUCINS  » est également traité dans :

BENOÎT DE CANFELD ou CANFIELD WILLIAM FITCH dit (1562-1610)

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 347 mots

Capucin anglais, auteur spirituel. D'origine protestante, converti au catholicisme, il doit émigrer et se réfugier à Douai ; son entrée chez les Capucins parisiens (1587) coïncide avec le renouveau de l'ordre en France (Ange de Joyeuse, Léonard de Paris, Honoré de Champigny). Ordonné en 1593, il devient le conseiller des mystiques parisiens groupés autour de M me  Acarie. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benoit-de-canfeld-canfield/#i_34811

FRANCISCAINS

  • Écrit par 
  • Willibrord-Christiaan VAN DIJK
  •  • 3 386 mots

Dans le chapitre « L'époque moderne »  : […] Certes la bulle de Léon X ne met pas plus un terme aux querelles qu'aux scrupules ! Des Observants accusent les Conventuels d'avoir divisé l'ordre ; beaucoup de « réformés » supportent mal d'être réunis aux Observants, dont ils regrettent l'esprit uniformisant ; partout on trouve que l'idéal de François est trahi d'une manière ou d'une autre. Aussi un observant de vingt-huit ans, Matthieu de Basc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franciscains/#i_34811

JOSEPH FRANÇOIS JOSEPH LECLERC DU TREMBLAY dit LE PÈRE (1577-1638)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 434 mots

Issu d'une bonne famille de parlementaires (son père a été président aux requêtes du Parlement de Paris, puis ambassadeur à Venise, enfin chancelier de François d'Alençon), le père Joseph se situe donc dans un milieu étonnamment ouvert, marqué à la fois par le service de l'État et par l'intérêt profond pour les questions religieuses. Capucin en 1599, il se consacre à la réforme de son ordre, fonde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-francois-joseph-leclerc-du-tremblay-dit-le-pere/#i_34811

Pour citer l’article

« CAPUCINS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/capucins/