SYSTÉMATIQUE PHYLOGÉNÉTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 1950, l'entomologiste allemand Willi Hennig (1913-1976) publie son Grundzüge einer Theorie der Phylogenetischen Systematik, ouvrage dans lequel il expose sa méthode d'utilisation des caractères morphologiques afin d'élucider les relations de parenté entre les espèces ou les groupes d'espèces (taxons). Il propose que les classifications biologiques soient strictement hiérarchiques, reflétant les relations de parenté entre les taxons. La méthode de Hennig repose sur la distinction – pour un caractère donné – entre les états plésiomorphes (primitifs ou généraux) et apomorphes (évolués ou particuliers). L'état plésiomorphe est défini principalement par sa présence hors du taxon étudié (« extra-groupe »). L'état apomorphe caractérise alors des taxons monophylétiques ou clades (un ancêtre commun et tous ses descendants), les seuls que Hennig considère comme devant être nommés dans une classification. Les relations entre les espèces ou les taxons, indiquées par les états apomorphes qu'ils partagent, sont illustrées par un arbre dichotomique ou cladogramme. Lorsqu'une contradiction survient dans la répartition des états apomorphes de différents caractères, le cladogramme choisi est celui qui est dicté par le maximum d'états apomorphes congruents (présentant des répartitions non contradictoires) et qui implique donc le moins d'homoplasies (apparitions multiples du même caractère ou disparition de caractères). Ce choix est fait en vertu du principe de parcimonie, ou principe d'économie d'hypothèses ; à savoir, la théorie la plus aisément réfutable est celle qui présente le moins d'hypothèses ancillaires (ou hypothèses ad hoc). Ainsi un cladogramme (comme la classification qui le reflète) est-il une théorie accessible à la réfutation. La systématique phylogénétique, ou cladistique, est désormais un outil incontournable en biologie comparative, y compris en phylogénie moléculaire

—  Philippe JANVIER

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CLADISTIQUE ou SYSTÉMATIQUE PHYLOGÉNÉTIQUE  » est également traité dans :

CLADISTIQUE

  • Écrit par 
  • Pascal TASSY
  •  • 2 993 mots
  •  • 4 médias

La cladistique, ou cladisme, est une méthode de classification biologique qui exprime la phylogénie, c'est-à-dire les relations de parenté existant entre les êtres vivants. Elle repose sur le partage de caractères hérités d'une ascendance commune (ancêtre commun). Élaborée au cours du xxe siècle, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cladistique/

HISTOIRE DE LA CLADISTIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER, 
  • Michel LAURIN
  •  • 1 665 mots

1950 L'entomologiste allemand Willi Hennig (1913-1976) publie Grundzüge einer Theorie der Phylogenetischen Systematik, ouvrage dans lequel il propose une nouvelle méthode de reconstruction des relations de parenté entre les espèces fondée exclusivement sur les états apomorphes (évolués ou particuliers) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-la-cladistique-reperes-chronologiques/#i_88408

BIOGÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Pierre DANSEREAU, 
  • Daniel GOUJET
  •  • 11 058 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Reconstituer les géographies anciennes »  : […] Avec l'introduction des méthodes cladistiques, mises au point à partir de 1950 par l'entomologiste Willi Hennig puis par ses successeurs, les relations de parenté entre les organismes, présentées sous forme d'arbres (cladogrammes), sont établies à partir d'hypothèses fondées sur les caractères hérités d'une descendance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biogeographie/#i_88408

BOTANIQUE

  • Écrit par 
  • Sophie NADOT, 
  • Hervé SAUQUET
  •  • 5 630 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Botanique et systématique »  : […] évolutive d'un groupe d'organismes, c'est-à-dire sa phylogénie. On parle alors de classification phylogénétique. Au-delà de son intérêt scientifique, une telle classification répond à deux qualités pratiques : unicité, parce que l'évolution ne s'est déroulée qu'une seule fois ; stabilité, parce que la reconstruction des relations de parenté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/botanique/#i_88408

CLASSIFICATION DU VIVANT

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS, 
  • Pascal TASSY
  •  • 7 195 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'évolutionnisme au XXe siècle  »  : […] C'est au milieu du xxe siècle qu'un entomologiste allemand, Willi Hennig, proposa une théorisation de la systématique dite phylogénétique qui s'est surtout répandue à partir des années 1970, sous le nom de « cladisme » ou « cladistique », à la suite de la publication, en 1966, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classification-du-vivant/#i_88408

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 100 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La macroévolution »  : […] Jay Gould et Elisabeth S. Vrba pour tenter de dépasser ce point de vue. L'apport du cladisme à cette question est important. Dans la mesure où les clades sont des entités monophylétiques strictes (l'ancêtre commun et tous ses descendants), ils constituent bien des entités historico-généalogiques et génétiques naturelles, celles-là mêmes que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution/#i_88408

HENNIG WILLI (1913-1976)

  • Écrit par 
  • Pascal TASSY
  •  • 1 088 mots
  •  • 2 médias

du xxe siècle la pratique de la classification biologique en jetant les bases de ce que l’on appellera la cladistique, ou cladisme. Cette nouvelle méthode de classification repose sur les relations de parenté entre les êtres vivants et non plus sur leurs simples ressemblances (classification classique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/willi-hennig/#i_88408

HEXAPODES

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 309 mots
  •  • 1 média

Les reconstructions phylogénétiques traitant des relations de parenté entre les grands groupes d'Insectes sont fondées sur des observations morpho-anatomiques, auxquelles s'ajoutent de plus en plus de résultats de phylogénie moléculaire. Il est évident que de nouvelles données sont sans cesse obtenues par les différents […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hexapodes/#i_88408

PHYLOGÉNIE ANIMALE

  • Écrit par 
  • Michaël MANUEL
  •  • 11 675 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le renouveau des études  »  : […] Outre l'apport de ces données nouvelles, le renouveau est également dû à de profondes mutations des concepts et méthodes de la phylogénie, conséquences notamment de l'adoption progressive, entre les années 1960 et 1980, des principes et des méthodes de la systématique phylogénétique ou cladistique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phylogenie-animale/#i_88408

PHYLOGÉNOMIQUE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 3 010 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la phylogénie à la phylogénétique moléculaire »  : […] Willi Hennig (1913-1976), une nouvelle manière de traiter les caractères s'est rapidement imposée. Appelée cladistique, cette méthode établit les relations de parenté entre les divers groupes par tri entre les caractères dits primitifs et les caractères dits dérivés, et sur l'estimation du nombre minimal d'événements permettant de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phylogenomique/#i_88408

PLACODERMES

  • Écrit par 
  • Hervé Léo LELIÈVRE
  •  • 1 797 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Phylogénie »  : […] en systématique à partir des années 1950 a permis le développement d'une nouvelle méthode d'analyse phylogénétique (la cladistique) que viendra parfaire le développement de la micro-informatique au début des années 1980. Les logiciels d'analyse phylogénétique peuvent produire en un temps très court des arbres parcimonieux (ou schéma de relations de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/placodermes/#i_88408

REPTILES FOSSILES

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 11 608 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « La classe des Reptiles est-elle un groupe naturel ? »  : […] Actuellement, les Reptiles nous apparaissent donc comme l'exemple même de ce que les « cladistes » appellent un groupe paraphylétique, et c'est ce statut qui est sans nul doute à l'origine des multiples ambiguïtés et difficultés soulignées ci-dessus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reptiles-fossiles/#i_88408

VERTÉBRÉS

  • Écrit par 
  • Charles DEVILLERS, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 9 712 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Morphologie »  : […] montrant les groupes « primitifs » en position de souche des groupes plus spécialisés. Avec l'analyse cladistique, la construction d'un arbre phylogénétique précède la classification et se fait sur la base de la distribution la plus parcimonieuse possible des caractères partagés (c'est-à-dire impliquant le moins de convergences entre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vertebres/#i_88408

VICARIANCE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 163 mots

Comme il est dit du vicaire, le vicariant tient — géographiquement — la place d'un autre. Plus exactement, il s'agit d'une espèce animale occupant la niche écologique dans laquelle, ailleurs, une autre espèce, voisine, parfois presque quasiment identique, est installée. Des exemples nombreux peuvent être proposés, tels ceux des cervidés d'Amérique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vicariance/#i_88408

Pour citer l’article

Philippe JANVIER, « SYSTÉMATIQUE PHYLOGÉNÉTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cladistique-systematique-phylogenetique/