SYSTÉMATIQUE PHYLOGÉNÉTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 1950, l'entomologiste allemand Willi Hennig (1913-1976) publie son Grundzüge einer Theorie der Phylogenetischen Systematik, ouvrage dans lequel il expose sa méthode d'utilisation des caractères morphologiques afin d'élucider les relations de parenté entre les espèces ou les groupes d'espèces (taxons). Il propose que les classifications biologiques soient strictement hiérarchiques, reflétant les relations de parenté entre les taxons. La méthode de Hennig repose sur la distinction – pour un caractère donné – entre les états plésiomorphes (primitifs ou généraux) et apomorphes (évolués ou particuliers). L'état plésiomorphe est défini principalement par sa présence hors du taxon étudié (« extra-groupe »). L'état apomorphe caractérise alors des taxons monophylétiques ou clades (un ancêtre commun et tous ses descendants), les seuls que Hennig considère comme devant être nommés dans une classification. Les relations entre les espèces ou les taxons, indiquées par les états apomorphes qu'ils partagent, sont illustrées par un arbre dichotomique ou cladogramme. Lorsqu'une contradiction survient dans la répartition des états apomorphes de différents caractères, le cladogramme choisi est celui qui est dicté par le maximum d'états apomorphes congruents (présentant des répartitions non contradictoires) et qui implique donc le moins d'homoplasies (apparitions multiples du même caractère ou disparition de caractères). Ce choix est fait en vertu du principe de parcimonie, ou principe d'économie d'hypothèses ; à savoir, la théorie la plus aisément réfutable est celle qui présente le moins d'hypothèses ancillaires (ou hypothèses ad hoc). Ainsi un cladogramme (comme la classification qui le reflète) est-il une théorie accessible à la réfutation. La systématique phylogénétique, ou cladistique, est désormais un outil incontournable en biologie comparative, y compris en phylogénie moléculaire

—  Philippe JANVIER

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CLADISTIQUE ou SYSTÉMATIQUE PHYLOGÉNÉTIQUE  » est également traité dans :

CLADISTIQUE

  • Écrit par 
  • Pascal TASSY
  •  • 2 992 mots
  •  • 4 médias

La cladistique, ou cladisme, est une méthode de classification biologique qui exprime la phylogénie, c'est-à-dire les relations de parenté existant entre les êtres vivants. Elle repose sur le partage de caractères hérités d'une ascendance commune (ancêtre commun). Élaborée au cours du xxe siècle, la cladistique est venue bouleverser la classification […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cladistique/

HISTOIRE DE LA CLADISTIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER, 
  • Michel LAURIN
  •  • 1 665 mots

1950 L'entomologiste allemand Willi Hennig (1913-1976) publie Grundzüge einer Theorie der Phylogenetischen Systematik, ouvrage dans lequel il propose une nouvelle méthode de reconstruction des relations de parenté entre les espèces fondée exclusivement sur les états apomorphes (évolués ou particuliers) des ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-la-cladistique-reperes-chronologiques/#i_88408

BIOGÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Pierre DANSEREAU, 
  • Daniel GOUJET
  •  • 11 054 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Reconstituer les géographies anciennes »  : […] Le botaniste Leon Croizat, dans sa Panbiogeography (1958), définit des tracés biogéographiques réunissant les lieux d'endémisme d'espèces proches parentes. Pour chaque composant des biotes, il trace une piste ( track ) entre les lieux où vivent les espèces endémiques d'un même genre ou les genres endémiques d'une même famille. Constatant que ces tracés individuels se superposent souvent, il défini […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biogeographie/#i_88408

BOTANIQUE

  • Écrit par 
  • Sophie NADOT, 
  • Hervé SAUQUET
  •  • 5 627 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Botanique et systématique »  : […] La systématique est une discipline vaste qui a pour objet d'inventorier, de nommer, de classer et, dans sa signification actuelle, de reconstruire l'histoire évolutive des organismes vivants et disparus. Contrairement à une idée largement répandue, la botanique ne se limite pas à la systématique des plantes et la systématique des plantes (ou botanique systématique) n'est pas une discipline du pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/botanique/#i_88408

CLASSIFICATION DU VIVANT

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS, 
  • Pascal TASSY
  •  • 7 194 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'évolutionnisme au XXe siècle  »  : […] La systématique qui s'est construite autour de la théorie synthétique de l'évolution (ou néodarwinisme) des années 1930-1940 s'est non seulement grandement accommodée du dualisme « somme des modifications » et « indications de descendance » mais elle a même privilégié la somme des modifications. Tel est le paradoxe d'une systématique qui s'est pourtant toujours référée à Darwin. On peut être sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classification-du-vivant/#i_88408

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 097 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La macroévolution »  : […] En théorie synthétique classique, la macroévolution est comprise comme l'expression à grande échelle, par la systématique, des résultats de l'évolution ( patterns évolutifs) découlant de l'action de mécanismes évolutifs ( process évolutifs) qui interviennent exclusivement aux niveaux populationnel (sélection entre individus) et spécifique (spéciation). En d'autres termes, si populations et espèc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution/#i_88408

HENNIG WILLI (1913-1976)

  • Écrit par 
  • Pascal TASSY
  •  • 1 087 mots
  •  • 2 médias

Entomologiste allemand, Emil Hans Willi Hennig, au-delà de ses recherches sur les insectes, a révolutionné au milieu du xx e   siècle la pratique de la classification biologique en jetant les bases de ce que l’on appellera la cladistique, ou cladisme. Cette nouvelle méthode de classification repose sur les relations de parenté entre les êtres vivants et non plus sur leurs simples ressemblances (c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/willi-hennig/#i_88408

HEXAPODES

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 308 mots
  •  • 1 média

Les reconstructions phylogénétiques traitant des relations de parenté entre les grands groupes d'Insectes sont fondées sur des observations morpho-anatomiques, auxquelles s'ajoutent de plus en plus de résultats de phylogénie moléculaire. Il est évident que de nouvelles données sont sans cesse obtenues par les différents spécialistes des groupes, et ces données peuvent soit confirmer les schémas ex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hexapodes/#i_88408

MONILOPHYTES ou POLYPODIOPHYTES

  • Écrit par 
  • Jean-Yves DUBUISSON, 
  • Sabine HENNEQUIN
  •  • 6 518 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Diversité actuelle et classification des Monilophytes »  : […] Dans la classification phylogénétique proposée par le Pteridophyte Phylogeny Group (PPG), les Monilophytes représentent la classe des Polypodiopsida et comprennent quatre sous-classes : les Equisetidae, les Ophioglossidae, les Marattiidae et les Polypodiidae . Dans la littérature, on peut trouver pour ces groupes les termes respectifs de Sphénophytes ou Équisétophytes ou encore prêles, Ophioglosso […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monilophytes-polypodiophytes/#i_88408

PHYLOGÉNIE ANIMALE

  • Écrit par 
  • Michaël MANUEL
  •  • 11 672 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le renouveau des études  »  : […] Après un siècle de piétinement, l'évolution animale est redevenue, depuis le milieu des années 1980, un thème de recherche particulièrement productif et à la mode. Le phénomène se manifeste notamment par l'abondance considérable des publications consacrées à la phylogénie des métazoaires, y compris dans des revues scientifiques de très haut niveau. Le domaine a été redynamisé par l'arrivée de tech […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phylogenie-animale/#i_88408

PHYLOGÉNOMIQUE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 3 010 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la phylogénie à la phylogénétique moléculaire »  : […] Jusque dans les années 1950, les débats sur la construction des arbres phylogéniques ont porté sur les caractères physiques des organismes, dont la présence ou l'absence était suffisamment informative, ainsi que sur les méthodes utilisées pour la construction de la phylogénie. La démarche s'appuyait essentiellement sur les homologies entre organes déduites de l'anatomie et de l'embryologie compar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phylogenomique/#i_88408

PLACODERMES

  • Écrit par 
  • Hervé Léo LELIÈVRE
  •  • 1 796 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Phylogénie »  : […] C'est le naturaliste suisse Louis Agassiz (1807-1873) qui reconnut le premier, en 1844, la nature ichthyenne des placodermes – ils étaient jusqu'alors confondus avec des tortues. De nos jours, ils sont considérés comme un groupe naturel (monophylétique), bien que leurs affinités soient régulièrement revisitées. Ainsi, dans les années 1960, les paléontologues suédois Erick Stensiö (1891-1984) et T […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/placodermes/#i_88408

REPTILES FOSSILES

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 11 604 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La classe des Reptiles est-elle un groupe naturel ? »  : […] Où commencent les Reptiles ? Leur origine est-elle unique ou multiple ? Les caractères qui permettent de définir les Reptiles actuels sont-ils applicables aux formes fossiles ? Où finissent les Reptiles par rapport aux Mammifères ? Ces questions, qui sont celles de l'origine, de l'homogénéité, des limites de la classe vers le bas et vers le haut, sont en somme absolument parallèles à celles que l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reptiles-fossiles/#i_88408

VERTÉBRÉS

  • Écrit par 
  • Charles DEVILLERS, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 9 711 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Morphologie »  : […] Jadis, et jusque dans les années 1960, les classifications étaient fondées sur la ressemblance globale, et beaucoup de groupes zoologiques dits primitifs étaient constitués sur la base de caractères généraux présents également dans d'autres groupes, mais sous une forme modifiée. Puis un arbre évolutif était construit à partir de cette classification, montrant les groupes « primitifs » en position […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vertebres/#i_88408

VICARIANCE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 163 mots

Comme il est dit du vicaire, le vicariant tient — géographiquement — la place d'un autre. Plus exactement, il s'agit d'une espèce animale occupant la niche écologique dans laquelle, ailleurs, une autre espèce, voisine, parfois presque quasiment identique, est installée. Des exemples nombreux peuvent être proposés, tels ceux des cervidés d'Amérique du Nord et d'Eurasie. Ce sont des cas de spéciatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vicariance/#i_88408

Pour citer l’article

Philippe JANVIER, « SYSTÉMATIQUE PHYLOGÉNÉTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cladistique-systematique-phylogenetique/