CISELURE, orfèvrerie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Intimement liée aux techniques de l'art des métaux précieux, l'or ou l'argent, la ciselure, phase terminale de la réalisation d'un ouvrage d'orfèvrerie, consiste à décorer celui-ci en y exécutant divers ornements, selon un relief plus ou moins accentué.

Le principe de la ciselure repose sur la ductilité des métaux précieux, qualité qui leur est propre et selon laquelle ils peuvent être travaillés à froid.

La ciselure s'effectue à l'aide de ciselets, mis en mouvement par l'action d'un marteau. Les ciselets sont de petits outils d'acier, longs d'environ 10 centimètres, dont l'extrémité présente une terminaison particulière à chacun d'entre eux, en fonction du motif désiré. Les ciselets, d'une infinie variété, ne doivent pas être confondus avec divers instruments tranchants, tels que les ciseaux ou les burins ; en effet, contrairement au sculpteur ou au graveur, l'orfèvre ne travaille pas par enlèvement de matière mais par simple déplacement de celle-ci ; une telle précision se comprend davantage si l'on considère le caractère précieux de la matière mise en œuvre : l'orfèvre a toujours pour préoccupation de ne pas diminuer le poids final de son ouvrage.

La ciselure s'effectue sur l'objet précédemment mis en forme et immobilisé sur le boulet, à l'aide du ciment, composé de suif, de résine et de goudron. La ciselure peut s'effectuer de deux manières : soit en attaquant le métal par la face qui devra rester visible, c'est le défoncé, soit par le revers, c'est le repoussé. Dans le premier cas, le décor présentera un relief en creux, dans le second cas, au contraire, on obtiendra un relief saillant.

Une des applications les plus caractéristiques de la ciselure au défoncé est le décor au tracé-mati, ainsi désigné car il combine le dessin au trait avec des effets de surfaces amaties ; celles-ci ont été rendues mates par la création d'innombrables petits creux contigus, effectués à l'aide de ciselets particuliers, les matoirs, ou outils mats. De tels décors, particulièrement en vogue en France, durant le premier tiers du xviiie siècle, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : conservateur en chef au département des Objets d'art du musée du Louvre

Classification


Autres références

«  CISELURE, orfèvrerie  » est également traité dans :

CAFFIERI LES

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 652 mots
  •  • 2 médias

Famille de sculpteurs et de bronziers d'origine italienne de la seconde moitié du xvii e  siècle et du xviii e  siècle. Les membres les plus marquants de cette nombreuse famille sont tout d'abord son fondateur Philippe I er (1634-1716). Originaire de Naples, Caffieri trav […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-caffieri/#i_27799

GOUTHIÈRE PIERRE (1732-env. 1814)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 398 mots

On sait peu de chose sur les débuts et la formation de Pierre Gouthière. Grâce aux recherches de J. Robiquet ( Vie et œuvre de Pierre Gouthière , 1920), on sait qu'il était fils d'un sellier de Bar-sur-Aube. On ignore où il fit son apprentissage de ciseleur-doreur, sans doute à Paris puisque, dès 1758, il épouse la veuve du doreur François Ceriset, dont il reprend l'atelier. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-gouthiere/#i_27799

MÉTAL ARTS DU

  • Écrit par 
  • Catherine ARMINJON
  •  • 11 119 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les techniques du décor »  : […] Ces techniques peuvent être exécutées en même temps que la mise en forme, mais, la plupart du temps, elles relèvent d'opérations distinctes. La gravure regroupe plusieurs types de décor par enlèvement de matière, soit à la pointe, soit au trait avec le burin, soit encore au champlevé : dans ce dernier cas, le métal est enlevé au burin, non plus suivant un trait, mais sur une certaine surface. Ai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-du-metal/#i_27799

ORFÈVRERIE

  • Écrit par 
  • Gérard MABILLE
  •  • 5 567 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « De l'Antiquité au Moyen Âge »  : […] L'existence de l'orfèvrerie est attestée dans le monde antique à la fois par le témoignage des textes et par les découvertes de l'archéologie. L'histoire de l'orfèvrerie semble débuter vers le milieu du III e  siècle avant J.-C., avec l'exploitation des gisements d'or et d' argent d'Anatolie. En Égypte, les sépultures ont livré un matériel suffisamment abondant pour nous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orfevrerie/#i_27799

THOMIRE PIERRE PHILIPPE (1751-1843)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 299 mots
  •  • 1 média

Fils d'un ciseleur parisien, Thomire bénéficia d'une formation très complète. Il travailla la sculpture à l'Académie de Saint-Luc, à Rome, avec Pajou et Houdon. Ce dernier aurait voulu en faire un fondeur, mais Thomire se spécialise dans la ciselure et entre dans l'atelier de Gouthière. Il acquiert très vite auprès de celui-ci une parfaite connaissance des secrets du métier, particulièrement de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-philippe-thomire/#i_27799

Pour citer l’article

Gérard MABILLE, « CISELURE, orfèvrerie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ciselure-orfevrerie/