CIRCONCISION & EXCISION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Depuis que la loi mosaïque a institué la circoncision comme signe de l'alliance entre l'homme juif et son Dieu, depuis que le fait d'être circoncis a pu devenir, pendant le génocide de la Seconde Guerre mondiale, le signe de la mort, on sait comment une marque sur le corps peut inscrire le symbolique dans la chair vive. En fait, un tel rite procède d'une pratique qui se retrouve dans toutes les cultures, à des degrés divers : partout, le passage à l'état d'homme se fait grâce à des rites initiatiques qui demandent, mystérieusement, que soient laissées des traces sur le corps, auquel on enlève un morceau : là, un bout de pénis ; ailleurs, un bout d'oreille ou un bout de chair sur le dos labouré de cicatrices définitives. Et, depuis que les mouvements de libération des femmes ont gagné les pays en voie de développement, l'opinion a été rendue sensible à la pratique de l'excision, courante dans une partie de l'Afrique : à la femme, en vertu des mêmes rites de passage, on enlève le clitoris. Mais cette pratique dévoile aussitôt ses objectifs secondaires, qui peuvent être moins apparents dans la circoncision : l'ablation du clitoris châtre la femme d'une partie du plaisir sexuel.

Cependant, la seule volonté d'abolir ces coutumes « barbares » ne permet pas de comprendre leur existence, justifiée, dans le cas de la circoncision, par le fait religieux et, dans le cas de l'excision, par la répression exercée sur la condition féminine. D'autres pratiques rendent l'ensemble des blessures symboliques encore plus énigmatiques : ainsi, la subincision, pratiquée par certaines tribus d'Australie décrites par l'anthropologue hongrois Géza Róheim, les Pitjentara, par exemple. Cette opération rituelle consiste à inciser le pénis sur toute sa longueur, en laissant l'urètre à découvert et le pénis définitivement fendu en deux par en dessous. C'est là une coutume d'autant plus complexe que, si la circoncision fabrique des « hommes » et l'excision des « femmes », la subincision, qui fait saigner les hommes et leur laisse une ouverture, les transforme, au moins symboliquement, en femmes.

Scène de circoncision

Photographie : Scène de circoncision

Marque de l'alliance avec Dieu depuis Abraham, le rituel de la circoncision est pratiqué tant dans la tradition juive que dans la tradition musulmane, comme le montre cette cérémonie se déroulant dans une mosquée d'Istanbul (Turquie). 

Crédits : Imka/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Cette constatation et d'autres, qui sont prises dans la clinique la plus quotidienne, ont conduit le psychanalyste Bruno Bettelheim à élaborer une théorie d'ensemble des « blessures symboliques », qui ont pour fonction d'assurer le passage d'un enfant à l'état d'homme dans le code culturel dont il relève. Bettelheim observe, dans la clinique qu'il dirige, des « rites d'initiation spontanés » au sein de groupes d'adolescents psychotiques. Dans l'un d'eux comprenant deux filles et deux garçons, ceux-ci, lorsque les filles eurent leurs premières règles, décidèrent que, chaque mois, ils allaient devoir se couper le doigt et mélanger leur sang au sang menstruel. À l'inverse, une fillette de douze ans simulait le coït avec un index et un objet annulaire : son index, devenu symboliquement pénis, était un « os-doigt », et, quand elle eut ses règles, elle parlait de le couper pour le faire saigner. Bettelheim signale qu'il fallait « intervenir » pour empêcher ces adolescents psychotiques de se mutiler. Il en déduit que les rites d'initiation relèvent de l'expression la plus profonde de la bisexualité de l'un et l'autre sexe, les filles étant pourvues de l'envie du pénis, ce qui est bien connu depuis Freud, et les garçons de l'envie d'un vagin, ce qui est encore à faire passer dans les esprits. L'axiome de Bettelheim s'énonce ainsi : « Un sexe éprouve de l'envie à l'égard des organes sexuels et des fonctions de l'autre sexe. »

Cet axiome s'accompagne d'une série d'hypothèses. Tous les rites de blessures devraient être étudiés dans le cadre des rites de fertilité ; ils symbolisent « une pleine acceptation du rôle sexuel que prescrit la société » ; du même coup, le rite de subincision tendrait à assigner à l'homme des fonctions d'enfantement. En revanche, la circoncision pourrait vouloir prouver la virilité et la maturité sexuelle de l'homme, cependant que la circoncision féminine, c'est-à-dire l'excision, en serait la contrepartie et résulterait de l'ambivalence des hommes à l'égard du sexe féminin. Hypothèses souvent confuses, les théories de Bettelheim ont au moins l'avantage de mettre en évidence la dominance du mâle, qui, non content de s'auto-mutil [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de l'Université

Classification

Autres références

«  CIRCONCISION & EXCISION  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Classes d'âges »  : […] Sans doute l'initiation est-elle d'abord un mode d' intégration à un groupe social et, la plupart du temps, elle coïncide avec les âges de la vie, notamment avec les passages de l'enfance à l'âge adulte. C'est un processus de socialisation des jeunes, qui peuvent, rassemblés en classes d'âges, passer un temps plus ou moins long, en dehors du village, à recevoir l'éducation que tout homme du grou […] Lire la suite

CORPS - Données anthropologiques

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 251 mots

Dans le chapitre « Surface corporelle et statut social »  : […] La surface externe du corps humain est aussi l'objet d'une évaluation sociale variable. Au-delà des systèmes esthétiques propres à une stratification sociale donnée, il existe universellement une pensée de la conformité corporelle, qui sépare le normal de l'anormal, les « membres » du groupe des « étrangers ». La sémiologie de l'appartenance sociale revêt ainsi des formes variées, qui consistent […] Lire la suite

DOGON

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 1 489 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Mythe, pensée et rituel »  : […] Selon une des versions, simplifiée, de la cosmogonie, Amma, dieu suprême, créa la terre et en fit son épouse. Une termitière, clitoris de la terre, se dressa en rivale du sexe mâle, et Amma dut l'abattre. Un fils unique naquit, Yurugu ou le Renard pâle. La terre excisée fut plus docile à son époux et mit au monde le Nommo, à la fois mâle et femelle, couple idéal, maître de l'eau et de la parole. L […] Lire la suite

INITIATION

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 7 139 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'interprétation psychanalytique »  : […] Parmi les théories les plus célèbres, il faut faire une place à part à la psychanalyse, qui a fait de l'interprétation des rites de l'initiation un de ses champs préférés d'étude. Les sévices que doit subir l'initié ne constituent pas, comme le prétendent les sociologues, une école d'endurance et de courage, mais ils expriment l'hostilité du père (ou de ses substituts) envers le fils ; la circonc […] Lire la suite

ISLAM (La religion musulmane) - Pratiques et rituels

  • Écrit par 
  • Toufic FAHD
  •  • 8 534 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Naissance et circoncision »  : […] Il existe plusieurs occasions, dans la vie d'un musulman qui ont un caractère de fête, tels le sacrifice de la chevelure, la circoncision et le mariage. La première fête, ‘aqīqa , consiste à raser la tête du nouveau-né au septième jour de sa naissance, à en peser les cheveux et à faire aumône de leur poids en argent ou en or, puis à choisir un nom pour l'enfant. La famille se réunit autour d'un re […] Lire la suite

MUTILATIONS RITUELLES

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 556 mots

Pratiques qui consistent à couper, séparer, détruire ou déformer de quelque manière une partie du corps , les mutilations rituelles modifient la situation sociale ou la personnalité d'un individu d'une façon visible et reconnaissable par les membres de la société à laquelle il appartient. Ces mutilations font généralement partie des rites qui accompagnent l'initiation, le mariage ou le deuil. L'in […] Lire la suite

Pour citer l’article

Catherine CLÉMENT, « CIRCONCISION & EXCISION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/circoncision-et-excision/