CHÔMAGELe chômeur dans la société

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La diversité des expériences vécues

C'est parmi les catégories sociales modestes que la norme du travail comme expression de l'honneur personnel s'impose de la manière la plus directe : l'estime que les individus ont d'eux-mêmes est fondée sur le travail. La crise d'identité et de statut tient à l'identification de l'honneur au travail et à une perception dichotomique du monde social, qui oppose les travailleurs aux fainéants sans honneur et sans dignité. L'humiliation est renouvelée et aggravée à l'occasion de chacun des échecs dans la recherche d'un emploi ou lorsque le chômeur doit se soumettre aux inévitables démarches administratives. Elle contribue à la désorganisation du rythme quotidien : c'était le travail qui définissait a contrario le temps libre et lui donnait son véritable sens. Le temps du chômage n'est pas disponible pour les activités légitimes du loisir (promenades, lectures, télévision) et de la retraite (jardinage, bricolage), c'est un temps vide qui nourrit et entretient le sentiment de l'ennui. Cet ennui est d'autant plus profond qu'un niveau culturel faible interdit de se consacrer à des activités sportives ou culturelles, de comprendre et d'analyser sa situation, qu'une faible insertion sociale rend difficile de compenser, au moins au début du chômage et provisoirement, l'inactivité professionnelle par la sociabilité. Cette compensation ne pourrait d'ailleurs être que provisoire, car l'humiliation et les difficultés financières limitent rapidement toute sociabilité. Dans les milieux sociaux où les conditions de travail, le niveau culturel et le système de valeurs privilégiant l'activité manuelle et pratique limitent les échanges verbaux, l'essentiel de la sociabilité s'exprimait à travers les liens de camaraderie qui s'établissaient à l'occasion et à la suite du travail en commun. Le lieu du travail était aussi un centre d'échanges, un milieu social. Cette forme de sociabilité disparue, la majorité vit le chômage en solitaire.

Alors qu'en 1932 les femmes privées d'emploi ne considéraient pas qu'elles étaient au chômage et se déclaraient « non payées mais pas chômeuses », elles connaissent aujourd'hui la même épreuve que les hommes. Les chômeuses, qui avaient intériorisé le statut de l'activité professionnelle, refusent l'identification au seul rôle de ménagère, dont l'activité est peu qualifiée et conduit à une solitude qu'elles jugent dramatique. Ce n'est pas un hasard si, dans tous les entretiens avec des chômeuses, l'expression « entre mes quatre murs » revient de manière lancinante : elle symbolise l'impression de solitude et d'emprisonnement que ressent la chômeuse qui a vu disparaître les échanges sociaux entretenus par l'activité professionnelle. Dans bien des cas s'ajoutent, pour les femmes seules, des conditions économiques difficiles ou dramatiques. Seules certaines jeunes femmes mariées de niveau modeste peuvent légitimer pour un temps leur non-travail au nom des charges et des joies de la maternité. L'expérience que font les femmes à l'occasion de leur chômage montre que la norme du travail et de l'emploi comme source privilégiée du statut social s'impose désormais également aux deux sexes.

Les cadres, eux, s'efforcent de lutter contre la déprofessionnalisation et la désocialisation spécifiques du chômage qu'on peut appeler « total ». Ils adoptent des activités de substitution en recherchant, de manière systématique et professionnelle, un nouvel emploi, en « profitant » de la période de chômage pour acquérir une formation complémentaire et augmenter leurs chances de se retrouver sur le marché du travail. Cherchant à se différencier des chômeurs de niveau social modeste, ils consacrent leur énergie et leur compétence à cette recherche dont ils affirment qu'elle exige plus de temps, de capacités et d'efforts que l'exercice même d'un métier. Ces activités, conseillées et légitimées par la littérature professionnelle, outre leur justification pratique, ont pour effet de permettre aux cadres chômeurs de se maintenir à l'intérieur des normes et des valeurs de l'univers professionnel auquel ils aspirent. Ils restent en activité sur le monde du « comme si » et s'efforcent ainsi de garder leur distance à l'égard du rôle de chômeur, inoccupé et humilié, de retourner, au moins symboliquement, le sens de leur épreuve. Grâce à cette expérience, qu'on peut qualifier de chômage « différé », ils ne connaissent pas le vide [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHÔMAGE  » est également traité dans :

CHÔMAGE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Denis CLERC
  •  • 1 616 mots
  •  • 1 média

Chômer, c'est ne pas travailler. Mais, alors qu'on s'en réjouit dans le cas d'un « jour chômé », qui désigne habituellement un jour férié, on s'en afflige dans le cas du chômage, puisque cela signifie recherche active, mais infructueuse, d'un emploi. Cette recherche active d'un emploi est, en effet, la condition nécessaire pour être considéré comme chômeur par le Bureau international du travail (B […] Lire la suite

CHÔMAGE - Définition et mesure

  • Écrit par 
  • Jean-Étienne MESTRE
  •  • 7 485 mots
  •  • 1 média

Bien que le statut de chômeur ne date que des années 1930, l'appréhension du phénomène paraît évidente : il suffit de compter ceux qui « ne travaillent pas » alors qu'ils « veulent travailler ». Les difficultés commencent quand on veut préciser les situations entre guillemets de manière à pouvoir isoler les individus correspondants et mesurer la grandeur ainsi définie. Il faut notamment distinguer […] Lire la suite

CHÔMAGE - Politiques de l'emploi

  • Écrit par 
  • Christine ERHEL
  •  • 7 267 mots
  •  • 2 médias

Les politiques de l'emploi, entendues comme mesures spécifiques de lutte contre le chômage et d'amélioration de la situation du marché du travail, existent dans tous les pays de l'O.C.D.E. Les débats sur leur bien-fondé et leur efficacité sont récurrents. Outre leur dimension politique, en tant qu'objet d'analyse scientifique, ces politiques posent aussi de n […] Lire la suite

CHÔMAGE - Sociologie du chômage

  • Écrit par 
  • Didier DEMAZIÈRE
  •  • 2 468 mots

À partir de la fin des années 1970, le chômage s'est durablement installé dans la société française. Ce phénomène a directement contribué au développement d'enquêtes sociologiques destinées à comprendre les chômeurs : parcours biographiques, conditions de vie, activités quotidiennes, adaptations à la privation d'emploi, reconversions identitaires, relations […] Lire la suite

CHÔMAGE (NOTION DE)

  • Écrit par 
  • Denis CLERC
  •  • 1 690 mots

Chômer, c'est ne pas travailler. Mais, alors qu'on s'en réjouit dans le cas d'un « jour chômé », qui désigne habituellement un jour férié, on s'en afflige dans le cas du chômage, puisque cela signifie recherche active, mais infructueuse, d'un emploi. Cette recherche active d'un emploi est, en effet, la condition nécessaire pour être considéré comme chômeur par le Bureau international du travail (B […] Lire la suite

ABSTENTIONNISME

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 6 286 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le renforcement de la désaffection politique »  : […] Les segments de la population les plus prédisposés à l'abstention sont ceux qui cumulent les handicaps sociaux les plus divers. Le chômage, la pauvreté, la précarité, la stagnation du pouvoir d'achat des salariés modestes, la violence physique ou symbolique dans les rapports sociaux, l'absence de perspective, la fatalité de l'échec scolaire, le durcissement des conditions de travail des titulaire […] Lire la suite

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Des inquiétudes pour le futur »  : […] Trois facteurs viennent pourtant pondérer ces résultats positifs. D'une part, l'investissement productif reste à un niveau insuffisant pour stimuler la croissance. La formation brute de capital fixe ne progresse plus significativement depuis 2009 et reste cantonnée autour de 20 p. 100 du PIB (19 p. 100 en 2010, 18 p. 100 en 2018) demeurant en deçà des taux supérieurs à 24 p. 100 qui caractérisent […] Lire la suite

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 085 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'Albanie face aux réalités économiques du marché mondial »  : […] Après trois années de croissance ralentie, 1979 était considérée comme la « meilleure année » du sixième plan, marqué par la rupture de l'aide chinoise. L'Albanie occupait alors le troisième rang mondial pour la production de chrome et le deuxième pour l'exportation de ce dernier. La construction de l'usine du Mat permettait l'exportation d'un nouveau produit, le ferrochrome. Une usine de fonte é […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La France dans le drame algérien »  : […] Un nouvel appel est lancé par Paris aux derniers Français résidant en Algérie. Mais l'alternative peut-elle aussi facilement se limiter à rester ou partir ? Rester, c'est exposer sa vie, voire celle des autres. Partir, c'est faire le jeu de ceux qui entendent tirer un trait définitif sur toute trace de présence française en Algérie. En juillet 1994, M gr  Pierre Claverie, archevêque d'Oran, exprim […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « La « remise en ordre » de l'économie »  : […] Celle-ci a été profondément marquée par le régime national-socialiste, et son organisation est un des traits les plus originaux du III e  Reich. Aussi bien s'agissait-il de redresser une situation très grave qui, depuis 1930, n'avait cessé de se détériorer. On y parvint en deux étapes : en 1933 la « remise en ordre », en 1936 le plan de quatre ans. Première urgence : réduire le nombre des chômeurs […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique SCHNAPPER, « CHÔMAGE - Le chômeur dans la société », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chomage-le-chomeur-dans-la-societe/