CHOLEM-ALEIKHEM ou SHOLEM ALEICHEM (1859-1916)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Son itinéraire en littérature

À la suite de Mendélé Moher Seforim, son devancier direct, Cholem-Aleikhem contribue à immortaliser le chtettl, cette bourgade juive classique de la « zone de résidence » assignée aux Juifs de l'Empire des tsars. Il lui donne le nom générique de kasrilevké ; il en décrit la vie patriarcale persistante en dépit des multiples sévices et du paupérisme endémique, les fêtes traditionnelles avec leur antique saveur, les hommes perpétuellement en recherche d'un aléatoire gagne-pain, les femmes vertueuses par vocation, les écoliers perdus dans des rêves d'enfants pauvres qui se dissipent brutalement, les animaux domestiques, « judaïsés à souhait », qui partagent le sort de leurs maîtres infortunés... Tout cela est présenté dans le cadre du train-train quotidien avec une richesse d'observation, un humour inné et dans un langage si délectable que le plus irréductible des lecteurs en est séduit.

Cholem-Aleikhem, à cheval sur le xixe et le xxe siècle, transporte ensuite ses héros de la petite ville dans la grande, puis hors d'Europe, et nous fait assister aux mésaventures de ces déracinés en plein désarroi. Nous découvrons alors Ménahem-Mendel, le malchanceux famélique, le schlemihl par excellence, qui se lance, poursuivi par la même guigne, au-devant de tous les mirages et dont l'odyssée se clôt par un constat de faillite complète. À l'opposé de ce chasseur de chimères – promu à la dignité d'un type national –, Cholem-Aleikhem nous présente l'inoubliable Juif rural qui a nom Tévié le laitier, sorte de Job moderne paraphrasant innocemment et à tout propos Psaumes, Prophètes et Talmud. C'est un philosophe au cœur simple, à la parole douce, optimiste dans sa résignation. Père de sept filles, il les voit prises, l'une après l'autre, dans les griffes de ce nouveau siècle auquel le biblique Tévié reste réfractaire.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHOLEM-ALEIKHEM ou SHOLEM ALEICHEM (1859-1916)  » est également traité dans :

HÉBRAÏQUES LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY, 
  • René Samuel SIRAT
  •  • 8 503 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les Maskilim : espoirs et illusions perdues »  : […] Le mouvement général des idées qui, en Europe occidentale, avait mis en avant les notions de liberté, de fraternité humaine, d'égalité, de progrès..., trouva un écho immédiat chez les intellectuels juifs, si complètement privés de tout ce qui constituait leurs aspirations les plus ardentes, depuis des siècles, et pourtant si avides de tout étudier, de tout apprendre. Cette « soif de connaître », d […] Lire la suite

YIDDISH

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yitzhok NIBORSKI
  •  • 13 954 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le répertoire »  : […] Aux États-Unis, au tournant du siècle, la personnalité la plus marquante fut celle de Jacob Gordin (1853-1909). Tenant des Lumières, disciple de Tolstoï, autodidacte, il consacra son inépuisable énergie au journalisme et au théâtre. En s'appuyant sur une pléiade d'acteurs, il donna un essor sans précédent à la scène yiddish de New York et d'Europe par la traduction et l'adaptation d'innombrables […] Lire la suite

Pour citer l’article

Isaac POUGATCH, « CHOLEM-ALEIKHEM ou SHOLEM ALEICHEM (1859-1916) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cholem-aleikhem-sholem-aleichem/