CHOLEM-ALEIKHEM ou SHOLEM ALEICHEM (1859-1916)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Son humour

Ces deux héros (dont le second est considéré par Romain Rolland comme le digne compère de son Colas Breugnon) émergent d'une vaste galerie de « petites gens à la petite mentalité » qui font rire sans cesse. On rit des situations absurdes dans lesquelles les met leur condition de parias. On rit aussi du langage spontané, pittoresque, souvent irrésistible que leur prête l'auteur dans ses « romans juifs », nouvelles, comédies, et surtout dans ses innombrables et désopilants monologues.

La langue de Cholem-Aleikhem est essentiellement parlée. Son yiddish, comme son humour, est populaire sans vulgarité, enjoué sans complexe ; il est riche, coloré, inépuisable ; il coule comme l'eau de source, comme la musique de Haydn et de Schubert. L'auteur laisse ses personnages se raconter avec leurs accents respectifs, leurs manies, leurs tics. Il s'en dégage une vitalité tragi-comique.

Le public non averti est souvent abusé par ce qu'on appelle couramment l'humour juif, qui se traduit par des anecdotes plus ou moins spirituelles où la cocasserie voisine avec la trivialité. C'est là un sous-produit frelaté, abâtardi, qui est aussi loin de Cholem-Aleikhem que les gauloiseries sont loin de Molière.

Car le véritable humour juif plonge ses racines dans la Bible, le Talmud, la vie traditionnelle, la longue errance parmi des peuples hostiles où il fallait lutter chaque jour pour sa survie. Il est sensible et discret, imprévu et humain. Il n'est pas satisfait et encore moins vengeur ; il est fait d'émotion, de pitié solidaire. Il « célèbre tragiquement les noces du rire et des larmes », selon le mot de Henri Heine.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  CHOLEM-ALEIKHEM ou SHOLEM ALEICHEM (1859-1916)  » est également traité dans :

HÉBRAÏQUES LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY, 
  • René Samuel SIRAT
  •  • 8 503 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les Maskilim : espoirs et illusions perdues »  : […] Le mouvement général des idées qui, en Europe occidentale, avait mis en avant les notions de liberté, de fraternité humaine, d'égalité, de progrès..., trouva un écho immédiat chez les intellectuels juifs, si complètement privés de tout ce qui constituait leurs aspirations les plus ardentes, depuis des siècles, et pourtant si avides de tout étudier, de tout apprendre. Cette « soif de connaître », d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-hebraiques/#i_12406

YIDDISH

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yitzhok NIBORSKI
  •  • 13 954 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le répertoire »  : […] Aux États-Unis, au tournant du siècle, la personnalité la plus marquante fut celle de Jacob Gordin (1853-1909). Tenant des Lumières, disciple de Tolstoï, autodidacte, il consacra son inépuisable énergie au journalisme et au théâtre. En s'appuyant sur une pléiade d'acteurs, il donna un essor sans précédent à la scène yiddish de New York et d'Europe par la traduction et l'adaptation d'innombrables […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yiddish/#i_12406

Voir aussi

Pour citer l’article

Isaac POUGATCH, « CHOLEM-ALEIKHEM ou SHOLEM ALEICHEM (1859-1916) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cholem-aleikhem-sholem-aleichem/