CHOLEM-ALEIKHEM ou SHOLEM ALEICHEM (1859-1916)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cholem-Aleikhem, l'un des quatre classiques – avec Asch, Mendélé et Peretz – de la néo-littérature yiddish, en affirma le caractère original et contribua largement à lui susciter à la fois un public de lecteurs et une pléiade d'écrivains. De son vrai nom Chalom Rabinovitch, il n'osait pas signer ses premières productions dans une langue qui était considérée à l'époque, par bon nombre d'intellectuels, comme un méprisable jargon... Aussi prit-il pour pseudonyme Cholem-Aleikhem, « Paix sur vous ». Sous cette fraternelle appellation, il ne tarda pas à devenir l'écrivain le plus populaire, le plus aimé parmi les Juifs yiddishisants.

Ses tribulations

Les tribulations du Molière yiddish se confondent si souvent avec celles de ses héros qu'elles constituent, en somme, une table des matières de son œuvre littéraire.

Né à Péréiaslav (Petite Russie), orphelin à treize ans, Cholem-Aleikhem est doté d'une marâtre qui lui inspire son premier « ouvrage » : un recueil des malédictions dont elle abreuvait sa bruyante maisonnée. Deux ans plus tard, il publie, dans un journal, des poèmes hébraïques. À vingt et un ans, muni de solides connaissances juives et universelles, il est nommé rabbin d'État, c'est-à-dire secrétaire communal, mais n'abandonne pas sa muse pour autant. Quelques poèmes et feuilletons – yiddish, cette fois –, parus dans divers journaux et périodiques, attirent l'attention d'un critique avisé qui lui prédit une carrière littéraire brillante. Le voilà lancé.

Ayant épousé, entre-temps, la fille d'un riche administrateur de biens, dont il devient l'héritier, il se trouve, un beau jour, à la tête d'une petite fortune. Il en fera l'usage le plus inconsidéré qui soit, en créant aussitôt, à Kiev, un important annuaire de littérature yiddish, avec la participation des meilleurs écrivains du cru, auxquels il octroie des honoraires princiers. Lui-même en est le rédacteur et le mécène. Cette vie de château ne devait pas durer. Après la parution du deuxième tome, et aussi par suite de spéculations boursières malheureuses, Cholem-Aleikhem est [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CHOLEM-ALEIKHEM ou SHOLEM ALEICHEM (1859-1916)  » est également traité dans :

HÉBRAÏQUES LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY, 
  • René Samuel SIRAT
  •  • 8 502 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les Maskilim : espoirs et illusions perdues »  : […] Le mouvement général des idées qui, en Europe occidentale, avait mis en avant les notions de liberté, de fraternité humaine, d'égalité, de progrès..., trouva un écho immédiat chez les intellectuels juifs, si complètement privés de tout ce qui constituait leurs aspirations les plus ardentes, depuis des siècles, et pourtant si avides de tout étudier, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-hebraiques/#i_12406

YIDDISH

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yitzhok NIBORSKI
  •  • 13 954 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le répertoire »  : […] Aux États-Unis, au tournant du siècle, la personnalité la plus marquante fut celle de Jacob Gordin (1853-1909). Tenant des Lumières, disciple de Tolstoï, autodidacte, il consacra son inépuisable énergie au journalisme et au théâtre. En s'appuyant sur une pléiade d'acteurs, il donna un essor sans précédent à la scène yiddish de New York et d'Europe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yiddish/#i_12406

Voir aussi

Pour citer l’article

Isaac POUGATCH, « CHOLEM-ALEIKHEM ou SHOLEM ALEICHEM (1859-1916) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cholem-aleikhem-sholem-aleichem/