CHLORITES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Structure des chlorites

L'arrangement des atomes dans les chlorites a été élucidé dès 1930 par Pauling. Il s'agit de phyllosilicates constitués par l'alternance de feuillets à structure de brucite Mg(OH)2 et de feuillets analogues à ceux de micas trioctaédriques. La maille contient huit atomes tétracoordonnés (Si et Al) et douze atomes hexacoordonnés (Mg, Fe, Al) situés au centre d'octaèdres à sommets O ou OH ; l'écart réticulaire est de 1,43 nm. Le déficit de charge correspondant au remplacement des ions Si4+ par des ions Al3+ en position tétraédique est compensé par le remplacement en nombre égal d'ions Mg2+ ou Fe2+ par des ions Al3+ en position octaédrique.

Chlorite : structure

Dessin : Chlorite : structure

Schéma de la structure d'une chlorite (d'après Pauling). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La formule générale des chlorites, en ce qui concerne les seuls éléments majeurs, s'établit ainsi :

Dans la plupart des cas, x est compris entre 1 et 4, alors que le rapport :

peut varier de 0 à 1 ; ces deux paramètres sont utilisés pour la nomenclature des chlorites, qui est complexe. Parmi les minéraux les plus classiques, on peut citer le clinochlore, aluminomagnésien, et la pennine, surtout magnésienne. On ne sait pas dans quelle mesure les substitutions Al-Mg qui assurent la neutralité de l'édifice se font au sein même de la couche trioctaédrique ou dans les sites interfoliaires de la couche « brucitique », mais cette dernière a certainement une forte charge positive en raison de la grande stabilité de l'ensemble, qui est tout à fait comparable à celle des micas (où ce sont des ions K+ qui assurent la liaison entre feuillets silicoalumineux).

À l'inverse d'autres phyllites ayant un écart réticulaire voisin de 1,4 nm (vermiculites, montmorillonites), les chlorites vraies se distinguent en effet par le caractère non échangeable de leurs ions interfoliaires, par l'absence de propriétés gonflantes sous l'action de polyalcools et par la stabilité de la structure jusqu'à 500 0C. C'est à 600 0C que se déshydrate le feuillet brucitique, et à 800 0C le feuillet micacé. Ces caractères sont essentiels pour l'identification d'une phase chlorite dans un mélange argileux.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur de géologie à l'université de Bretagne-Occidentale, Brest

Classification

Autres références

«  CHLORITES  » est également traité dans :

ARGILES

  • Écrit par 
  • Daniel BEAUFORT, 
  • Maurice PAGEL
  •  • 2 646 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  Argiles, pédogenèse et climatologie »  : […] Les minéraux des roches plutoniques, volcaniques et métamorphiques étant pour la plupart instables dans les conditions superficielles, ils se transforment lors des interactions entre la roche, l'air, l'eau et les organismes et donnent des minéraux argileux. La réaction principale étant l'hydrolyse c'est-à-dire l'altération par l'eau d'un minéral primaire pour donner un minéral secondaire et une s […] Lire la suite

CHAMOSITE

  • Écrit par 
  • Yannick LOZAC'H
  •  • 250 mots

Minéral monoclinique (appelé aussi chamoisite ou berthiérine), qui fait partie du groupe des chlorites. Sa couleur habituelle, verdâtre, varie en fonction de la composition chimique. Sa dureté (3) et sa masse volumique (de 3,03 à 3,40 g/cm 3 ) sont ses principaux caractères physiques. Au point de vue chimique, la chamosite est un aluminosilicate de fer hydraté de formule : Fe 4 ++ Al(Si 3 AlO 10 ) […] Lire la suite

CLINOCHLORE

  • Écrit par 
  • Guy TAMAIN
  •  • 412 mots

Minéral vert de la famille des chlorites, typiquement monoclinique, d'où son nom, le clinochlore est un aluminosilicate hydraté. Bien qu'à l'analyse chimique, les pourcentages en oxydes puissent varier, sa formule chimique peut s'écrire : (Mg,Al) 3 Mg 3 [Si 3 AlO 10 (OH) 2 ](OH) 6 . Il peut contenir sous forme d'impuretés Ca, Mn et Cr. On en connaît deux variétés ; l'une pauvre en fer, blanchâtre, […] Lire la suite

SILICATES

  • Écrit par 
  • Jean WYART
  •  • 8 510 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Groupe des chlorites (1,4 nm) »  : […] Le feuillet élémentaire comprend deux couches tétraédriques incluant une couche octaédrique comme dans la phlogopite, auxquelles succède une couche complète du type brucite Mg(OH) 2 dans laquelle une partie de Mg 2+ est remplacée par Al 3+  ; le symbole est 2/1/1. L'épaisseur du feuillet est de 1,4 nm, d'où la désignation de « phyllites à 1,4 nm » . La formule générale est : Les chlorites bien c […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul CARRON, « CHLORITES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chlorites/