CHINEPolitique religieuse

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nature du religieux, recensement des fidèles

Comme il a déjà été noté plus haut, la nature même du cadre institutionnel fourni par les associations-relais renvoie à l'histoire des cent dernières années, laquelle a connu la constitution progressive de religions « nationales » et « modernes » : des associations religieuses nationales voient le jour dès 1912 et sont cooptées par l'État au cours des années 1930 : constitution de deux associations bouddhistes concurrentes vers 1912, l'une d'orientation plus laïque et l'autre plus monastique ; situation à peu près similaire pour la structuration nationale du taoïsme ; création d'une association islamique nationale ; floraison des tentatives d'organisation nationale du confucianisme ; structuration nationale plus tardive des églises chrétiennes, du fait des divisions confessionnelles, des influences étrangères et du poids des associations spécialisées déjà existantes. La rupture de 1949 ne doit donc pas dissimuler la constitution d'une sphère « moderne » du religieux dès la fin du xixe siècle.

Le contrôle étatique des expressions religieuses ne va pas de pair avec la collecte de données statistiques. Les recensements officiels ne comprennent pas de questions sur l'appartenance religieuse. Le décompte de fidèles soulève donc d'intéressantes questions, qui méritent un développement particulier. Depuis 2005, une série d'enquêtes d'opinion, essentiellement réalisées en milieu urbain, permet pourtant de se faire une idée plus précise de la population considérée. Les variations statistiques restent considérables : selon les enquêtes, entre 14 et 32 p. 100 des personnes interrogées revendiquent une appartenance religieuse. Les bouddhistes forment le premier groupe religieux en Chine – entre 11 p. 100 et 16 p. 100 de la population adulte. Ces études confirment aussi la répugnance de la population chinoise à s'identifier comme « taoïste », puisque cette appartenance est revendiquée par moins de 1 p. 100 des sondés, la faiblesse de l'appartenance revendiquée ne préjugeant en rien de la prévalence des pratiques taoïstes. Elles indiquent qu'environ 4 p. 100 des sondés se revendiquent chrétiens. Les réticences associées à la revendication de cette appartenance dans le cas de sondés n'appartenant pas à des groupes ou églises officiellement reconnus permettent de supposer que ce chiffre minore le pourcentage effectif. Les mêmes enquêtes livrent le chiffre de 1 p. 100 de la population adulte déclarant son appartenance à la religion musulmane, probablement une forte sous-estimation liée aux limites géographiques des enquêtes. Une estimation de l'appartenance à l'islam basée sur les données ethniques (c'est-à-dire sur le décompte des populations des minorités ethniques chinoises appartenant historiquement à l'islam) livre un chiffre compris entre 20 et 23 millions de personnes – encore que cette base d'estimation soit, bien entendu, elle aussi sujette à critique.

Une enquête parallèle aux précédentes et menée en avril et mai 2005 ne décèle pas de différence dans l'intérêt manifesté envers la religion par les hommes et les femmes, ni de variation significative en fonction des groupes d'âge (mais d'autres sondages relèvent un intérêt beaucoup plus vif des catégories les plus jeunes). Elle constate aussi un intérêt plus élevé chez les citadins (24 p .100) que parmi la population rurale (18 p .100 ; mais l'enquête est probablement limitée à la périphérie immédiate des villes et aux ruraux vivant en milieu urbain). Les titulaires d'un diplôme universitaire expriment un intérêt religieux plus marqué (26 p .100) que chez les détenteurs d'un diplôme d'un collège d'enseignement professionnel (18 p .100). Les fonctionnaires de l'État et du parti expriment l'intérêt le plus fort (33 p .100). En termes de catégories de revenu, l'intérêt pour le sujet est presque identique dans tous les groupes, sauf pour ceux qui n'ont pas de revenu ou aucun revenu fixe (15 p .100). Enfin, l'intérêt pour la religion est beaucoup plus marqué dans l'ouest de la Chine que dans les zones côtières (de 30 p .100 dans les provinces de Sichuan, Qinghai et Gansu à 11 p .100 dans les provinces du sud-est).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHINE  » est également traité dans :

CHINE - Cadre naturel

  • Écrit par 
  • Guy MENNESSIER, 
  • Thierry SANJUAN, 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 5 866 mots
  •  • 7 médias

La République populaire de Chine est un des plus grands États du monde (9 561 240 km2) et le plus peuplé (1 307 560 000 habitants à la fin de 2005, hors Hong Kong, Macao et Taïwan). À côté d'une immense majorité Han (ou chinoise proprement dite), la population comprend 54 nationalités minoritaire […] Lire la suite

CHINE - Hommes et dynamiques territoriales

  • Écrit par 
  • Thierry SANJUAN
  •  • 9 794 mots
  •  • 5 médias

La Chine a choisi, dès la création de l'Empire au iiie siècle avant J.-C., une configuration politique d'unité pour répondre à l'immensité de son territoire. Identifiant son berceau historique à la moyenne vallée du fleuve Jaune, l'histoire officielle pose la Chine comme un foyer de civilisation central qui […] Lire la suite

CHINE - Les régions chinoises

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 11 736 mots
  •  • 3 médias

Au fil des siècles, la Chine impériale a étendu sa domination politique et militaire jusqu'au cœur de l'Asie centrale. Les territoires conquis, à l'exception de la république de Mongolie, indépendante depuis 1921, font aujourd'hui partie de la République populaire. La Chine s'étend en conséquence sur deux domaines géographiques entièrement différents : […] Lire la suite

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Comme les pays du bassin méditerranéen et de l'Europe, la Chine d'aujourd'hui est le point d'aboutissement d'une très longue évolution où les facteurs de continuité ne sont sans doute pas plus significatifs pour l'historien que ceux que l'on rencontre en Occident dans le domaine des institutions, du droit, des traditions culturelles et religieuses. C'est par étapes que les populations de langue et […] Lire la suite

CHINE, histoire, de 1949 à nos jours

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BÉJA, 
  • François GODEMENT
  •  • 19 155 mots
  •  • 14 médias

Soixante dix ans après la naissance dans la violence de la république populaire de Chine, le cours de l'histoire chinoise apparaît plus stable, mais non dépourvu d'interrogations multiples. Symbole de la plus grande révolution communiste survenue dans le Tiers Monde, et réceptacle de nombreux espoirs révolutionnai […] Lire la suite

CHINE - Politique étrangère contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 7 620 mots
  •  • 6 médias

Depuis 1979, la diplomatie de la République populaire de Chine est au service des quatre objectifs majeurs suivants : le développement économique du pays, l'affirmation et la consolidation de son statut de grande puissance, la réunification de la nation chinoise et la survie du régime actuel. Ces objectifs peuvent sembler contradictoires, et le dernier – la stabilité du système politique dirigé pa […] Lire la suite

CHINE - Économie

  • Écrit par 
  • Françoise LEMOINE, 
  • Thomas VENDRYES
  •  • 8 218 mots
  •  • 6 médias

À partir de la fin des années 1970, la Chine a fait de la modernisation de son économie une priorité qui l'a conduite à abandonner progressivement les principes de planification et d'autarcie en vigueur pendant la période maoïste et post-maoïste (1949-1978), pour faire place aux mécanismes de marché et s'ouvrir aux échanges internationaux. La transition est e […] Lire la suite

CHINE - Droit

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 10 297 mots
  •  • 1 média

La Chine connaît une tradition juridique ancienne mais avant tout pénale. Ce n'est qu'à la fin du xixe siècle qu'elle a commencé à introduire le droit occidental et en particulier le modèle allemand. Bien que celui-ci ait servi de base à la codification engagée par Tchang Kaï-shek dans les années 1920-1930, […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10-24 mars 2008 Chine. Émeutes au Tibet

Le 10, à l'occasion du quarante-neuvième anniversaire de sa fuite de Lhassa, le dalaï-lama Tenzin Gyatso, chef spirituel des Tibétains, dénonce la politique de la Chine au Tibet dans un discours prononcé à Dharamsala, en Inde, où il vit en exil. Il accuse Pékin de « violations énormes et inimaginables des droits de l'homme », de « négation de la liberté religieuse » et de « génocide culturel ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Benoît VERMANDER, « CHINE - Politique religieuse », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-politique-religieuse/