e siècle"/ >

CHÂTEAU FORT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Chroniques de Froissart

Chroniques de Froissart
Crédits : Rischgitz/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Staufen, XIe siècle

Staufen, XIe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Donjon de Loches

Donjon de Loches
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Douvres

Douvres
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Châteaux et maisons fortes du bas Moyen Âge

Caractères généraux

Les événements militaires et les guerres civiles du bas Moyen Âge se sont traduits par des modifications significatives dans la silhouette des châteaux. Les progrès de l'échelade, c'est-à-dire de l'attaque au moyen d'échelles employées massivement et simultanément, ainsi que le tir parabolique de la primitive artillerie à feu, ont eu pour conséquence la surélévation des courtines qui ont bientôt atteint la même hauteur que les tours. Désormais une terrasse, comme à Tarascon, ou un chemin de ronde continu, comme à Pierrefonds, se développe au sommet de l'enceinte, facilitant les déplacements de la garnison. Celle-ci peut s'étoffer à proportion des logements qui sont construits contre les courtines surélevées.

Pierrefonds

Pierrefonds

Dessin

Pierrefonds (début du XVe siècle). D'après J.F. Fino « Forteresses de la France médiévale », 2e éd., 1970. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Château de Pierrefonds

Château de Pierrefonds

Photographie

Château de Pierrefonds (Oise). Château fortifié reconstruit par Viollet-le-Duc à partir de 1863. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Dans le château transformé en caserne, le donjon retrouve son utilité. Il redevient le refuge du seigneur qui s'y met à l'abri des surprises tant de ses ennemis que des troupes qu'il a soldées. À Vincennes, le roi fait construire une tour résidentielle de 16 mètres de côté, cantonnée de tourelles cylindriques, haute de 52 mètres avec porte au premier étage, voûtes intermédiaires, cheminées, puits et latrines. Le plan pourrait être qualifié d'archaïque si la forme quadrangulaire n'était considérée à juste titre comme la mieux adaptée à l'habitation. L'empereur Charles IV devait agir de même à Karlstein en Bohême et Louis d'Orléans un peu plus tard à Pierrefonds.

Le resserrement et l'exhaussement des édifices fortifiés eurent un retentissement sur la construction des maisons fortes. Beaucoup de petits seigneurs adoptèrent la formule de la Wohnturm (tour d'habitation) compacte cantonnée de deux tours en diagonale ou de quatre tours aux angles. Les casteras de l'Aquitaine anglaise sont de ce type. Derrière la muraille en pierre baignant dans l'eau du fossé, ils comportent souvent une structure en bois à plusieurs étages, le rez-de-chaussée étant réservé à l'entrée et aux celliers, le premier, éclairé par quelques fenêtres, à la grande salle et aux chambres, comme à Carmasac. Autant qu'un phénomène françai [...]

Carmasac

Carmasac

Dessin

Carmasac (XIVe siècle). D'après E. Viollet-le-Duc, « Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle », t. VI. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : professeur d'histoire du Moyen Âge à l'université de Nancy-II, directeur de l'équipe de recherche associée au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  CHÂTEAU FORT  » est également traité dans :

CASTELLOLOGIE, architecture

  • Écrit par 
  • Philippe DURAND
  •  • 931 mots
  •  • 1 média

La castellologie (du latin castellum, château) est la discipline qui étudie le château du Moyen Âge et par extension l'architecture fortifiée de cette période. Le castellologue en est le spécialiste.Le terme « castellologie » a été créé dans les années 1960 par Michel de Bouärd et son équipe au Centre de recherches archéologiques médiévales (C.R.A.M.) de l'université de Caen. I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/castellologie-architecture/#i_25316

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Brique et pierre

  • Écrit par 
  • Josiane SARTRE
  •  • 4 582 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les origines de l'architecture « brique et pierre » »  : […] La brique est un matériau très ancien, fait à partir d'argile, que les hommes utilisèrent d'abord crue, séchée au soleil ; c'est elle que Vitruve loue dans son Traité . Mais la brique cuite était déjà connue dans l'Antiquité, et son emploi était même généralisé dans tout l'Empire romain à partir du ii e  siècle. La porte des Horrea Epagathiana à Ostie en est un exemple significatif. En France, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-materiaux-et-techniques-brique-et-pierre/#i_25316

CHAMBORD

  • Écrit par 
  • Gérard ROUSSET-CHARNY
  •  • 826 mots
  •  • 1 média

Demeure étrange, édifiée dans une plaine assez désolée, Chambord est un château, à la fois prodigieux et inhabitable, créé par François I er en 1519. La construction se prolongea jusqu'à la mort du roi pour ne prendre fin que sous Henri II. La grande activité du chantier se situe entre 1520 et 1536 ; mais François I er , d'abord impatient, paraît s'être désintéressé assez vite de son œuvre et, ve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chambord/#i_25316

CHÂTEAUX

  • Écrit par 
  • C.R.H.A.M.
  •  • 1 316 mots
  •  • 2 médias

Jusqu'au xix e siècle, on a construit des châteaux en Europe occidentale et surtout en France . Ce pays en possède une quantité et une variété encore extraordinaires malgré l'ampleur des destructions. Le phénomène est d'importance et intéresse l'histoire de l'architecture domestique, de la société, de l'économie du monde rural, du paysage. Nous envisagerons ici la « grande demeure » traditionnell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chateaux/#i_25316

FONCTIONNALISME, architecture

  • Écrit par 
  • Cariss BEAUNE
  •  • 875 mots
  •  • 2 médias

On pourrait définir le fonctionnalisme comme une réponse plus ou moins appropriée aux besoins spécifiques d'une époque ou d'une société donnée. Dans le domaine de l'art, en particulier, un objet est perçu comme un objet d'art, selon Panofsky, quand la forme l'emporte sur la fonction, c'est-à-dire quand la perception s'attache plus à l'analyse de ses composantes stylistiques qu'à celle de ses fins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fonctionnalisme-architecture/#i_25316

FORTIFICATIONS

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 5 535 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les murailles (de l'Antiquité au XVe siècle) »  : […] L'homme a toujours éprouvé le besoin de dresser un obstacle entre lui et une quelconque menace : les sociétés primitives se réfugient derrière un fossé, des abattis, des pieux fichés en terre. L'obstacle est alors passif ; pour être efficace, il doit être renforcé par une défense active, mais protégée. Fortifier, c'est combiner l'obstacle et le couvert que réclament les défenseurs. Pendant des siè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fortifications/#i_25316

ḤIṢN

  • Écrit par 
  • Nikita ELISSÉEFF
  •  • 254 mots
  •  • 1 média

Le terme, dont la racine évoque l'idée de sécurité, signifie en arabe « forteresse », lieu isolé retranché. On le retrouve dans la toponymie arabe en Orient, aux confins arabo-byzantins (Ḥiṣn Kayfa, Ḥiṣn Mansūr, Ḥiṣn Ziyad), au Séistan en Iran (Hisn at-Tak), et jusqu'en Castille (Isnal loz, de l'arabe Ḥiṣn al-Lawz ; Aznalcazar, de Ḥiṣn al-Qasr). C'est le nom donné par les textes arabes aux château […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hisn/#i_25316

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Le château fort (jōkaku) »  : […] Le château fort a connu un bref épanouissement entre la fin du xvi e  siècle et 1615, année où le gouvernement en limite le nombre à un par domaine. Cette architecture militaire diffère en tout des autres styles : soubassement et défenses en pierres, murs pleins en pisé ou en bois, plans tortueux et verticalité majestueuse du donjon ( tenshukaku ). Le château que se fit construire Oda Nobunaga (15 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-les-arts/#i_25316

NOBLESSE

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 4 944 mots

Dans le chapitre « La fusion des élites gallo-romaines et barbares (Ve-XIIe s.) »  : […] Les noblesses d'Europe occidentale semblent être nées des conséquences de la fusion des élites barbares et des élites gallo-romaines. Après une première réaction d'hostilité, dont le témoin est Sidoine Apollinaire, évêque de Clermont-Ferrand (v. 430-v. 487) et la panique une fois passée, les intérêts terriens communs, la nécessité d'employer les cadres traditionnels compétents, le rôle de l'Église […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/noblesse/#i_25316

PALAIS

  • Écrit par 
  • C.R.H.A.M.
  •  • 1 092 mots

Le besoin de protection, le désir d'ostentation, le plaisir de déployer l'espace architectural sont, à des degrés divers selon les époques, le principe des grandes demeures, quel que soit le lieu de leur implantation, rural ou urbain. On a pris l'habitude de parler dans le premier cas de « château » et dans le second de « palais ». L'étymologie palatium , résidence de l'empereur originellement sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palais/#i_25316

TIBET (XIZIANG)

  • Écrit par 
  • Chantal MASSONAUD, 
  • Luciano PETECH, 
  • David SNELLGROVE, 
  • Pierre TROLLIET
  • , Universalis
  •  • 26 824 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Architecture civile et militaire »  : […] Les sources chinoises mentionnent les importants châteaux que les rois et l'élite de l'aristocratie possédaient au Tibet avant l'arrivée du bouddhisme. Chaque roi construisait son palais que ses descendants abandonnaient à sa mort pour en élever un à leur tour. Les vestiges les plus importants se trouvent dans la région de Yar-klungs, siège de la dynastie. Le donjon de Yum-bu lha-mkar domine un e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tibet-xiziang/#i_25316

Voir aussi

ARTILLERIE    DONJON    ENCEINTE

Pour citer l’article

Michel BUR, « CHÂTEAU FORT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chateau-fort/