CHARLES II (1630-1685) roi d'Angleterre (1660-1685)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils aîné du roi décapité, privé du trône d'Angleterre en 1649, chassé en 1651 de l'Écosse qui l'avait reconnu roi en janvier de la même année, Charles doit mener une longue vie d'exilé, plus ou moins bienvenu dans les pays de l'Europe occidentale, en particulier en Hollande ; il doit au choix de Monk, en 1660, de retrouver ses droits légitimes, au prix de la déclaration de Breda qui garantit la liberté religieuse, reconnaît les prérogatives du Parlement et promet une amnistie générale. Sceptique et prudent, avide de plaisirs, profondément tolérant, trop peu sûr de son trône pour oser afficher sa conversion in pectore au catholicisme, il cherche à développer l'autorité royale, mais refuse de soutenir les doctrines politiques de Hobbes, son ancien précepteur. L'intransigeance d'un Parlement ultra-royaliste et intégriste dans le domaine religieux limite le champ de l'amnistie et entraîne la condamnation à mort des régicides ; elle empêche toute tolérance au profit même des non-conformistes protestants et, en 1673, l'adoption du bill du Test, douze ans après le vote de la loi sur les municipalités, achève d'écarter des fonctions publiques ceux qui ne communieraient pas au sein de l'Église établie ; Charles II a quelque peine à prévenir l'adoption, après 1679, du bill d'Exclusion qui aurait privé son frère, Jacques d'York, catholique, de la possibilité de lui succéder. Le souvenir de la sanglante révolution et de l'anarchie des années 1658-1660 assure à Charles II des relations paisibles avec le Parlement, au moins pendant la première décennie de son règne, et la libre disposition d'importantes ressources fiscales indirectes prévient le retour des grands antagonismes financiers d'antan ; le roi peut aussi compter sur des subsides de Louis XIV, mais ils sont moins importants que nombre d'historiens ont paru le croire ; cette aisance financière explique que le souverain, lassé des controverses parlementaires et de l'opposition whig, ait pu se passer de Parlement pendant les trois dernières [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  CHARLES II (1630-1685) roi d'Angleterre (1660-1685)  » est également traité dans :

CLARENDON EDWARD HYDE 1er comte de (1609-1674)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 606 mots

Homme d'État anglais et principal serviteur de la monarchie entre 1643 et 1667, bien connu grâce à son Histoire de la rébellion ( History of the Great Rebellion and Civil Wars in England ), rédigée en deux temps, avant 1660 et après 1667, et à son Autobiographie ( Life ), en partie intégrée à l'ouvrage précéd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-clarendon/#i_14264

ÉCOSSE

  • Écrit par 
  • Edwige CAMP-PIETRAIN, 
  • Roland MARX
  •  • 6 824 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Réforme et conflits politiques »  : […] Les idées de John Wyclif et de Jan Hus sont relayées par celles de Luther. Patrick Hamilton est le premier martyr en 1528 ; il trouve un héritier spirituel en George Wishart qui, en 1544, revient d'un exil en Suisse et, des influences zurichoises, a retenu la nécessité de s'en tenir à la seule autorité des Écritures : il paye de sa vie, en 1546, ses « hérésies », mais lègue son message à son disc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecosse/#i_14264

JACQUES II (1633-1701) roi d'Angleterre (1685-1688) et roi d'Écosse sous le nom de JACQUES VII (1685-1688)

  • Écrit par 
  • John P. KENYON
  • , Universalis
  •  • 987 mots

Roi d'Angleterre (1685-1688) et roi d'Écosse sous le nom de Jacques VII (1685-1688), né le 14 octobre 1633 à Londres, mort le 16 septembre 1701 à Saint-Germain-en-Laye. Fils de Charles I er (1600-1649) et d'Henriette Marie de France (1609-1649, fille d'Henri IV et de Marie de Médicis), Jacques Stuart est fait duc d'York en janvier 1644. Pendant la guerre civile anglaise […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-ii-1633-1701-roi-d-angleterre-1685-1688-et-roi-d-ecosse-sous-le-nom-de-jacques-vii-1685-1688/#i_14264

MONK ou MONCK GEORGE, 1er duc d'Albermarle (1608-1670)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 347 mots

Né dans une famille de la gentry du Devonshire, attiré très jeune par la carrière des armes, combattant des armées royales au début de la première révolution anglaise, Monk devient, à partir de 1650, un des principaux généraux d'Olivier Cromwell et le chef de l'armée d'Écosse. Féru de discipline, il fait de cette armée un corps d'élite et, après la mort de Cromwell, une des rares forces encore bie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monk-monck/#i_14264

MONTROSE JAMES GRAHAM marquis de (1612-1650)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 327 mots

Membre de l'aristocratie écossaise, qui a pris une part active dans les événements révolutionnaires, de 1638 à sa mort. Partisan des libertés écossaises, hostile à l'extension en Écosse du système épiscopal, Montrose commence par combattre Charles I er et commande une partie des troupes levées pour s'opposer aux forces royales. Brouillé avec la puissante famille des Argyl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-montrose/#i_14264

RÉVOLUTIONS ANGLAISES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 486 mots

1629 Charles I er , roi depuis 1625, dissout son troisième Parlement et inaugure une période de gouvernement personnel. Signature de la paix avec la France et, l'année suivante, avec l'Espagne. 1637 Tentative d'introduction du Common Prayer Book anglican à Édimbourg. Les troubles religieux évolu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolutions-anglaises-reperes-chronologiques/#i_14264

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « La Grande Rébellion (1640-1660) »  : […] Sortant de ces tensions, la Grande Rébellion naît immédiatement de la nécessité pour Charles I er de répondre à la révolte de l' Écosse par l'appel à un Parlement censé lui voter les subsides nécessaires. En 1640, le « Court Parlement », réuni le 13 avril, est dissous dès le 5 mai ; le 3 novembre, on est obligé de réunir un nouveau Parlement auquel sa longévité fait donn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_14264

SHAFTESBURY ANTHONY ASHLEY COOPER 1er comte de (1621-1683)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 486 mots

Homme politique anglais de tout premier plan. La vie publique de Shaftesbury commence en 1640 par son élection au Parlement et elle est marquée par des retournements étonnants qui l'ont fait qualifier de « Jeckyll et Hyde de la vie politique anglaise » (David Ogg). Successivement partisan du roi, puis du Parlement au temps de la première Révolution anglaise, admis à siéger dans tous les parlements […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthony-ashley-cooper-1er-comte-de-shaftesbury/#i_14264

TEST ACT (1673)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 493 mots

Loi votée par le Parlement de Londres et promulguée par Charles II. Dû aux initiatives de lord Shaftesbury, le Test Act entendait opposer une barrière inexpugnable à toute tentative de restauration catholique en Angleterre, et cela après la décision royale de 1672 de concéder l'« indulgence » à tous les sujets catholiques et non-conformistes du royaume et alors que nombre de catholiques, dont le p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/test-act/#i_14264

Pour citer l’article

Roland MARX, « CHARLES II (1630-1685) - roi d'Angleterre (1660-1685) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-ii-1630-1685-roi-d-angleterre-1660-1685/