CLARENDON EDWARD HYDE 1er comte de (1609-1674)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme d'État anglais et principal serviteur de la monarchie entre 1643 et 1667, bien connu grâce à son Histoire de la rébellion (History of the Great Rebellion and Civil Wars in England), rédigée en deux temps, avant 1660 et après 1667, et à son Autobiographie (Life), en partie intégrée à l'ouvrage précédent. Homme de loi, élu aux deux parlements de 1640, Edward Hyde a commencé par partager les rancœurs des juristes contre les empiétements du Conseil et des cours de justice extraordinaires ; il a probablement voté la condamnation de Strafford. Rapproché de Charles Ier par son souci de préserver l'Église anglicane et par une foi absolue dans une constitution traditionnelle, il devient conseiller privé du roi, chancelier de l'Échiquier en 1643. À partir de 1645, il mène une vie d'exil, jouissant de la confiance absolue du prétendant Charles qui en fait, en 1658, son lord-chancelier ; il saisit, en 1660, l'occasion offerte par le choix du général Monk et persuade Charles de souscrire à la déclaration de Breda. Dès la restauration accomplie, il est le principal personnage du gouvernement, exerçant une véritable tutelle spirituelle sur son souverain qui ne sera pas sans en souffrir. Il entend préserver l'essentiel des prérogatives du pouvoir exécutif au profit du Conseil royal, mais croit sincèrement à la nécessité de collaborer avec le Parlement. Son caractère rigide et jaloux, sa méfiance envers tous les conseils extérieurs garantissent son autorité et l'efficacité de son action, mais lui valent aussi de dangereuses inimitiés et l'amènent à suivre une politique sans nuances. Fait comte de Clarendon en 1661, maintenu comme chancelier, devenu le beau-père du duc d'York, élu chancelier de l'université d'Oxford, il dispose d'une énorme influence. Il en use pour consolider les finances royales, en partie libérées de l'approbation parlementaire par l'obtention de droits d'excise héréditaires ; il est l'homme du rétablissement de l'ancien ordre religieux après quelques vaines négociations avec les puritains ; il fait approuver des lois discriminatoires contre les non-confor [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  CLARENDON EDWARD HYDE 1 er comte de (1609-1674)  » est également traité dans :

HABEAS CORPUS

  • Écrit par 
  • André BOURDE
  •  • 2 220 mots

Dans le chapitre « Controverses institutionnelles et triomphe de l'habeas corpus »  : […] Sur le trône d'Angleterre, les premiers Stuarts, imprégnés des traditions administratives et juridiques de leur pays d'Écosse, ont apporté leur idéologie absolutiste, leurs méthodes arbitraires, leur souci d'étendre la prérogative royale par le moyen des organismes de gouvernement direct (Conseil privé, « cours de prérogative » et notamment Chambre étoilée), en négligeant le Parlement ou en faisa […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland MARX, « CLARENDON EDWARD HYDE 1er comte de (1609-1674) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-clarendon/