DE WAILLY CHARLES (1730-1798)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Urbaniste, architecte, décorateur et ornemaniste français. « De Wailly, disait-on à Paris, est un grand dessinateur, mais ce n'est pas un architecte. De Wailly répondit en bâtissant une ville. Port-Vendres et ses palais ; Port-Vendres et ses statues, et ses quais, et ses magasins ; Port-Vendres et ses obélisques, et ses places publiques... » L'emphase du biographe rend bien compte toutefois de la diversité des talents de Charles De Wailly et de l'ampleur de ses conceptions. Tous les projets de l'artiste donnent lieu à des présentations dessinées et peintes exceptionnelles tant par leur quantité, leur caractère inventif toujours renouvelé, que par la nouveauté du procédé lui-même. La publicité de ses œuvres, édifiées ou projetées, est ainsi assurée à travers toute l'Europe. En plus de ce goût pour le dessin coloré, qu'il acquiert au contact de ses premiers maîtres Legeay et Servandoni (avec qui il collabore aux décorations de l'Opéra), De Wailly découvre dans l'enseignement de Jacques-François Blondel les rigueurs d'une architecture rationnelle dont il deviendra un des plus hardis défenseurs. Le séjour qu'il effectue à Rome (1754-1756), après avoir remporté le grand prix d'architecture en 1752, est partagé entre l'étude des antiques et celle de l'art de l'Italie moderne : la fascination qu'exercent sur lui les œuvres de Bernin se traduira par l'exécution de dessins de vues de Rome (de la basilique Saint-Pierre en particulier) qui, accompagnés des relevés des thermes de Dioclétien, seront exposés à son retour à Paris. Les gazettes louent son talent de dessinateur et, grâce à la protection de personnes influentes, il commence une carrière fulgurante d'architecte. Contrôleur adjoint à Versailles, il collabore aux travaux de l'Opéra de Gabriel ; en 1767, il est reçu académicien, directement dans la première classe d'architecture ; en 1771, il est élu, fait exceptionnel pour un architecte, membre de l'Académie de peinture. Ce nouveau t [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Sorbonne, directeur du centre Ledoux

Classification


Autres références

«  DE WAILLY CHARLES (1730-1798)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La vocation pédagogique et édilitaire de l'architecture (1750-1867) »  : […] En un siècle, de la fin de l'Ancien Régime au second Empire, la profession d'architecte est agitée par une crise fondamentale, particulièrement sensible dans une déontologie si diversement et si difficilement formulée et pratiquée dans les siècles passés. Cette crise est la conséquence de la civilisation industrielle naissante et du formidable essor économique et démographique qui l'accompagne. El […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-l-architecte/#i_8143

Pour citer l’article

Daniel RABREAU, « DE WAILLY CHARLES - (1730-1798) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-de-wailly/