CHAMPFLEURY JULES FLEURY HUSSON dit (1821-1889)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Laon (Aisne), fils d'un secrétaire de mairie, Jules Fleury Husson commence des études classiques, puis entre comme commis dans une librairie de gros. Il donne des articles à L'Artiste — c'est le directeur, Arsène Houssaye, qui lui conseille en 1844 d'adopter le pseudonyme de Champfleury —, à La Revue de Paris, au Messager de l'Assemblée. Le succès vient en 1847 avec ses recueils de nouvelles : Chien-Caillou, Fantaisies d'hiver, Pauvre Trompette, Fantaisies de printemps, Feu Miette, Fantaisies d'été, histoires véridiques où la mélancolie le dispute à la gaieté. En même temps, il donne au théâtre des Funambules des pantomimes interprétées par Paul Legrand. Une première ébauche sur Les Frères Le Nain (1852) marque le début de la grande bataille du réalisme, qui s'engage tout d'abord dans le domaine de la peinture dont Courbet est la figure de proue. Champfleury écrit un livre sur le réalisme, et toutes les œuvres de cette période laissent transparaître ses préoccupations d'école : Les Oies de Noël (1853) roman rustique, Les Aventures de Mlle Mariette, Les Souffrances du professeur Delteil, Les Bourgeois de Molinchart, La Succession Le Camus (1858), Les Amoureux de Sainte-Perrine (1859) sont l'application des théories de la vérité dans l'art et de l'observation minutieuse en réaction aux outrances du romantisme. Mais la reproduction scrupuleuse et méthodique des situations et des personnages ne va pas chez Champfleury sans beaucoup de fantaisie et de gaieté. Les Excentriques (1855), les Souvenirs et portraits de jeunesse (1877) le rattachent aux « petits romantiques », et montrent, comme l'a souligné Baudelaire, ce que les classifications par écoles ont de trop arbitraire.

Après 1860, Champfleury se consacre surtout à des travaux sur la critique d'art : littérature (Recherches sur les origines et les variations de la légende du bonhomme Misère, 1861), peinture (nouvelle édition des Frères Le Nain, 1862), imagerie et chanson populaires, céramique. Il sera nommé, en 1872, conservateur d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CHAMPFLEURY JULES FLEURY HUSSON dit (1821-1889)  » est également traité dans :

BRESDIN RODOLPHE (1822-1885)

  • Écrit par 
  • Maxime PRÉAUD
  •  • 1 034 mots

Fils d'un ouvrier tanneur, Rodolphe Bresdin naît au Fresne (Loire-Atlantique) le 12 août 1822. Après 1830, les Bresdin partent pour Nogent-le-Rotrou, puis pour Paris. Rodolphe aurait quitté très jeune la maison paternelle pour se livrer à l'exercice du dessin et de l'eau-forte. Sa première estampe datée que l'on connaisse, de 1838, figurant un buste de personnage barbu, est une petite pièce mal mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rodolphe-bresdin/#i_8411

CRITIQUE D'ART EN FRANCE AU XIXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Christine PELTRE
  •  • 6 626 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Critique d'art et histoire de l'art »  : […] Si la critique d'art du xix e  siècle a pu parfois s'apparenter à un genre littéraire, elle recourt cependant à des instruments spécifiques. Il n'est pas d'« articlier », pour reprendre le terme condescendant de Baudelaire, qui n'ait eu à cœur de justifier sa compétence en établissant des rapprochements avec l'art du passé. Ce mode d'approche est de plus inscrit dans les mentalités du temps : l' h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-d-art-en-france-au-xixe-siecle/#i_8411

SATIRIQUE DESSIN

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 2 880 mots

Dans le chapitre « Le citoyen contre les pouvoirs »  : […] Midas, le roi Midas, a des oreilles d'âne. Louis-Philippe a pour tête une poire ; chirurgien sadique, il est le grand saigneur . Marie-Thérèse d'Autriche urine sur une meule pendant que ses soldats aiguisent leurs sabres. Marie-Antoinette nue se livre aux caresses précises de La Fayette. Talleyrand est un monstre à six têtes dont chacune glorifie un régime différent. Jouant aux cartes avec la Mort […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dessin-satirique/#i_8411

Pour citer l’article

France CANH-GRUYER, « CHAMPFLEURY JULES FLEURY HUSSON dit (1821-1889) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/champfleury/