LOMBROSO CESARE (1836-1909)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cesare Lombroso est né à Vérone en 1835. Sa famille, d'origine juive, a toujours vécu dans le nord de l'Italie. Lombroso a fait des études de médecine à Pavie puis à Padoue et Vienne, pour finalement revenir à Pavie où il a passé son doctorat en 1858. De 1863 à 1872, il a effectué une carrière hospitalière à Pavie, Pesaro et Reggio d'Emilia.

Il a enseigné la médecine légale et l'hygiène publique à l'université de Turin à partir de 1876, où il fut nommé professeur de psychiatrie en 1896, puis professeur d'anthropologie criminelle en 1906. Il est mort à Turin en 1909.

Sous l'influence des positivistes français et de la théorie évolutionniste de Darwin, il aboutit à la conclusion que la déviance et le crime sont des phénomènes biologiques. Pour lui, les caractères anatomiques et physiologiques du criminel permettent de le différencier nettement. Celui-ci est d'ailleurs considéré plutôt comme une survivance du « sauvage primitif » que comme un déviant social. Utilisant la méthode expérimentale pour recenser les caractères du criminel, dans son ouvrage L'Homme criminel (L'Uomo delinquente, 1876), Lombroso dresse une typologie et distingue cinq types : les criminels aliénés, les criminels d'habitude, les criminels d'occasion, les criminels par passion et les criminels-nés, auxquels il s'intéresse le plus.

Le positivisme extrême de son analyse est cependant nuancé, d'une part par la relativisation qu'il opère de ses découvertes, dans la mesure où sa typologie ne recouvre que 40 p. 100 des cas observés, et d'autre part par l'influence du milieu social qu'il est obligé de reconnaître (alcoolisme, misère).

De ses nombreuses publications, citons L'Homme de génie (L'Uomo di genio, 1888), publié en France chez Alcan en 1889, avec une Préface de Charles Richet, Nouvelles Recherches de psychiatrie et d'anthropologie criminelle (Alcan, Paris, 1892), Le Crime politique et les révolutions (Alcan, 1892), La Femme criminelle et la prostituée (Alcan, 1896), Le Crime : causes et remèdes (version française parue à Paris chez Schleicher, 1899).

Dans ce dernier ouvrage, Lombroso propose de remplacer les prisons, « le pire de tous les remèdes », par des institutions utilisant « le criminel au même degré que l'homme normal, au grand avantage de tous les deux ».

Par contre, dans L'Homme de génie, Lombroso s'intéresse à un autre type de déviant : le fou de génie. Fous et hommes de génie sont très proches, mais au fou manque cet « esprit de révision et de critique » qui seul peut faire d'une création originale une œuvre supérieure.

—  Annick OPINEL

Écrit par :

  • : conservateur (musée Claude-Bernard, fondation Marcel-Mérieux), chargée de cours (histoire de l'art) à l'université de Lyon-II-Lumière

Classification


Autres références

«  LOMBROSO CESARE (1836-1909)  » est également traité dans :

L'HOMME CRIMINEL, Cesare Lombroso - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annick OPINEL
  •  • 777 mots

Cesare Lombroso reste le criminologiste le plus connu du dernier quart du xixe siècle et le plus contesté après sa mort. Sa théorie repose moins sur la notion de déterminisme biologique du crime et de caractère inné de la déviance criminelle que sur les caractéristiques physiologiques et anatomiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-homme-criminel/#i_32517

CRÂNE

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 5 239 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Variations morphologiques du crâne »  : […] crânienne : la fameuse « bosse des maths » a servi à ridiculiser ces tentatives. Les obsessions de Cesare Lombroso (1836-1909) étaient beaucoup moins ludiques (cf. encadré : L'homme criminel). À la suite d'un travail acharné sur ce qu'il considérait comme détail pathologique, le chercheur italien avait développé une méthode […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crane/#i_32517

CRIMINOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques LÉAUTÉ
  •  • 8 832 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une discipline en crise d'identité »  : […] Le commencement de la vraie recherche scientifique remonte au moins à 1876, quand le fondateur de cette discipline, le médecin militaire italien Lombroso (1836-1909) publia la première édition de L'Homme criminel (1875-1876), qui attira l'attention des contemporains sur la possibilité d'appliquer l'esprit du positivisme scientifique à ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/criminologie/#i_32517

FOUS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques LECERCLE
  •  • 5 640 mots

Dans le chapitre « Génie et folie »  : […] littéraire » a son origine dans le mythe de la parenté entre le génie et la folie. C'est le psychiatre et criminologiste italien Lombroso qui en a donné la formulation la plus claire, dans L'Homme de génie (traduit en 1899) : la folie génère et nourrit le génie. Derrière cette tentative, sinon de psychiatriser la création littéraire, du moins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fous-litteraires/#i_32517

Pour citer l’article

Annick OPINEL, « LOMBROSO CESARE - (1836-1909) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cesare-lombroso/