CENTURIE ROMAINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La notion de centurie, dans le monde romain, présentait l'étonnante particularité de ne jamais correspondre au nombre cent ; elle désignait un ordre de grandeur qui se situait le plus souvent entre soixante et quatre-vingts, parfois bien au-delà. On peut se demander ce qui expliquerait une telle imprécision.

Ce terme était employé dans trois contextes différents, et tout d'abord dans le domaine militaire. À l'armée, on désignait ainsi un groupe de soixante à quatre-vingts soldats placés sous les ordres d'un gradé appelé précisément « centurion », reconnaissable à son bâton de commandement, un cep de vigne ; il s'agissait d'une unité à la fois disciplinaire, administrative et tactique. Deux centuries constituaient un manipule, et, à partir de l'époque de Marius, trois manipules firent une cohorte, dix cohortes représentant une légion. Sous le Haut-Empire, toute l'armée était organisée en centuries, même la marine et la cavalerie légionnaire, à l'exception des auxiliaires montés regroupés en turmes confiées à des décurions.

Les assemblées du peuple ou comices pouvaient être également organisées en centuries : dans ce cas elles représentaient le peuple en armes, alors que les comices tributes rassemblaient les citoyens. Le corps électoral comprenait dix-huit centuries de cavaliers-chevaliers, cent soixante-dix centuries de fantassins divisées en cinq classes censitaires, respectivement de quatre-vingts, vingt, vingt, vingt et trente centuries pour les première, deuxième, troisième, quatrième et cinquième classes, plus cinq centuries hors classes, soit au total cent quatre-vingt-treize centuries distinguées en fonction des revenus. Les comices centuriates, qui se rassemblaient au Champ de Mars, élisaient les magistrats supérieurs et votaient les lois qui avaient des implications militaires ou politiques ; ils sont attestés jusqu'à l'époque de Nerva.

Le même mot était enfin employé par les arpenteurs appelés gromatici : une centuri [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  CENTURIE ROMAINE  » est également traité dans :

COMICES CENTURIATES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MARTIN
  •  • 387 mots

Assemblée créée au ~ vi e siècle à Rome pour les besoins de la nouvelle armée hoplitique et reposant sur des bases censitaires. À l'époque royale, elle ne groupe que ceux qui peuvent être mobilisés. À l'époque républicaine, elle représente l'ensemble du peuple en armes et, à cause de son caractère militaire, ne peut se réunir qu'en dehors de l'enceinte sacrée de Rome, sur le champ de Mars. Les ci […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Les origines

  • Écrit par 
  • Raymond BLOCH
  •  • 5 635 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La tradition et la royauté étrusque »  : […] L'annalistique présente le règne des souverains étrusques comme il suit. Un Corinthien, du nom de Démarate, exilé de sa patrie, s'était installé à Tarquinies. Son fils, Lucumon, époux d'une Étrusque de haut rang, Tanaquil, vient à son tour s'établir à Rome où les présages les plus favorables marquent son arrivée. Après avoir pris le nom de Lucius Tarquinius, il se fait élire roi par le peuple à la […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les types d'unités »  : […] L'état d'élaboration assez poussée de cette armée se marque d'abord dans son organisation, tant du point de vue des types d'unités que de celui de la spécialisation des hommes. Ici aussi, comme souvent, il faut partir de l'organisation augustéenne. Le fondateur de l'Empire installa les troupes pour l'essentiel aux frontières, mais il ne négligea ni la sécurité de Rome ni, contrairement à ce qui a […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yann LE BOHEC, « CENTURIE ROMAINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/centurie-romaine/