CAYENNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cayenne est la préfecture du département-région d'Outremer (D.O.M.-R.O.M.) de Guyane. La ville compte près de 63 000 habitants en 2006, mais l'agglomération regroupe près de la moitié de la population du département estimée à 200 000 habitants en 2006. La ville a été construite sur un marécage, sur une presqu'île formée par la rivière de Cayenne et le fleuve Mahury. Ce site est justifié par des impératifs maritimes, puisque la ville occupe le seul pointement rocheux accessible aux navires de la côte Sauvage entre les fleuves Amazone (Brésil) et Orénoque (Venezuela). Occupée, dès 1604, par l'expédition menée par Daniel de La Ravardière, la ville ne fut fondée par Charles Poncet de Brétigny (lieutenant général du roi Louis XIII) qu'en 1643. Mal défendu et peu mis en valeur, le comptoir changea plusieurs fois de main, au profit des Britanniques (1667), des Hollandais (1676) et des Portugais (1809-1817). Son plan actuel en damier date de 1821.

Guyane [France] : carte administrative


			Guyane [France] : carte administrative

carte

Carte administrative de la Guyane [France]. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Après l'échec des tentatives de peuplement (10 000 morts à la suite de l'expédition de colonisation du duc de Choiseul entre 1763 et 1765) et l'abolition de l'esclavage (1848), Cayenne devint, entre 1852 et 1946, une colonie pénitentiaire. Puis l'installation, en 1964, à Kourou, du Centre spatial guyanais ouvrit une ère nouvelle pour la ville qui connut une croissance record dans les dernières années du xxe siècle (3,5 p. 100 par an entre 1990 et 1999).

Cette croissance, nourrie par un taux de natalité élevé et par une forte immigration, n'est pas sans poser de nombreux problèmes. Les infrastructures d'assainissement des eaux usées et pluviales sont insuffisantes, les axes de transports saturés, les ports obsolètes (Dégrad-des-Cannes sur le Mahury et Le Larivot sur la rivière Cayenne). Les besoins de logements et surtout de logements sociaux ne sont pas satisfaits. Il en résulte un fort accroissement de la construction informelle en milieu périurbain et rural (7 500 logements illicites et insalubres sur un parc de 39 000 logements en 2005).

Cayenne concentre le deux tiers de l'industrie guyanaise (métallurgie, agro-alimentaire), mais le taux de chômage sur l'île de Cayenne (plus de 90 000 habitants en 2005 sur les trois communes de Cayenne, Rémire et Matoury) atteignait 44 p. 100 en 2005. Le contraste est fort entre le centre-ville historique dégradé, sa proche périphérie de cités et d'habitats de fortune (Mont-Baduel), et les bourgs résidentiels de Rémire-Montjoly et Matoury, où le chômage et la précarité sont moins importants.

—  Emmanuel LÉZY

Écrit par :

  • : maître de conférences en géographie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  CAYENNE  » est également traité dans :

GUYANE

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉZY
  •  • 2 342 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Étonnante longévité de cette possession française outre-mer »  : […] On estime que 70 000 personnes, autant les condamnés de droit commun que les déportés politiques (le capitaine Dreyfus fut interné à l'île du Diable entre 1895 et 1899), furent envoyées dans des établissements pénitenciers à Cayenne, à Saint-Laurent-du-Maroni et sur l'Opayock, ternissant ainsi pendant plus d'un siècle l'image de la colonie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guyane/#i_35849

Pour citer l’article

Emmanuel LÉZY, « CAYENNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cayenne/