CÉLINE LOUIS-FERDINAND(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

27 mai 1894 Naissance à Courbevoie, en banlieue parisienne, de Louis Ferdinand Destouches, nom de baptême de Céline.

1899 Sa famille s'installe passage Choiseul, à Paris. Elle y restera huit ans.

1900 Exposition universelle de Paris.

1912 S'engage pour trois ans dans un régiment de cuirassiers.

1914-1918 Première Guerre mondiale. Le 27 octobre 1914, Céline est blessé au bras droit. Il reçoit la médaille militaire et la croix de guerre.

1916 Se marie avec Suzanne Nebout. De juin 1916 à avril 1917, séjourne au Cameroun comme surveillant de plantation.

1919 Se marie avec Édith Follet. Inscription à l'École de médecine.

1924 Soutenance de la thèse pour le doctorat en médecine : La Vie et l'œuvre de Philippe-Ignace Semmelweis sera publiée en 1936. Céline travaille, jusqu'en 1927, à la section d'hygiène de la Société des Nations.

1926 Second divorce.

1928 Élu membre de la Société de médecine de Paris. De janvier 1929 à décembre 1937, il assure une vacation quotidienne au dispensaire municipal de Clichy.

1932 Publié en octobre chez Denoël, Voyage au bout de la nuit obtient le prix Renaudot.

1933 Publication de L'Église, comédie en cinq actes. Le 1er octobre, Céline prononce son Hommage à Zola, à Médan, pour l'anniversaire de la mort de l'écrivain.

1936 Victoire électorale du Front populaire. Publication de Mort à crédit. En décembre, création de L'Église.

1937 Chute du gouvernement Blum. Publication de Bagatelles pour un massacre.

1938 Accords de Munich. Publication de L'École des cadavres.

1939 L'École des cadavres vaut à Céline et à son éditeur Denoël une condamnation pour diffamation.

1939-1945 Seconde Guerre mondiale.

1941 Publication de Les Beaux Dr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé d'histoire, docteur ès lettres, professeur au lycée Jean-Monnet, Franconville

Classification


Autres références

«  CÉLINE LOUIS-FERDINAND (1894-1961)  » est également traité dans :

CÉLINE LOUIS-FERDINAND

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 5 006 mots

Longtemps après sa mort, Céline ne se laisse toujours pas ranger parmi ceux que l'on a coutume d'appeler les « classiques de notre temps ». Classiques et bien de notre époque, Camus, Malraux et Sartre – écrivains humanistes et mesurés dans leurs novations langagières – le sont depuis longtemps déjà. Giono, Gracq ou Yourcenar connaissent un même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-ferdinand-celine/

MORT À CRÉDIT, Louis-Ferdinand Céline - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 169 mots
  •  • 1 média

Paru en mai 1936, Mort à crédit est le deuxième roman de Louis-Ferdinand Céline (1894-1961). Quatre ans plus tôt, ce médecin de banlieue, tard venu à l'écriture, avait créé l'événement littéraire avec Voyage au bout de la nuit . Ce livre coup de poing, d'une rare violence de ton et de vision, avait divisé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-a-credit/#i_10585

VOYAGE AU BOUT DE LA NUIT, Louis-Ferdinand Céline - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 069 mots
  •  • 1 média

Lancé en 1932 par le jeune éditeur Denoël, Voyage au bout de la nuit eut aussitôt sur la vie littéraire française l'impact d'une météorite et laissa la critique abasourdie. Ce gros roman touffu, témoignant d'une rare maîtrise d'écriture était l'œuvre d'un écrivain inconnu, n'ayant encore rien publié et dissimulé par un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/voyage-au-bout-de-la-nuit/#i_10585

PASSAGES, architecture

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 7 079 mots

Dans le chapitre « Le passage comme thème littéraire »  : […] prochaine. « C'est aujourd'hui seulement, écrit Aragon, que la pioche les menace, qu'ils sont devenus les sanctuaires d'un culte de l'éphémère. » Dans Mort à crédit, Louis-Ferdinand Céline, dont la mère réparait des dentelles dans le passage Choiseul, dépeint le passage comme un lieu infect, malsain, où mijotent les haines entre voisins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/passages-architecture/#i_10585

ROMAN - Roman et société

  • Écrit par 
  • Michel ZÉRAFFA
  •  • 6 702 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La société dans le roman »  : […] conformisme et l'anonymat. Chacun à leur manière, et en fonction des groupes qu'ils peuvent étudier, Virginia Woolf, Bernanos, Céline ne recueillent et ne transcrivent des langages particuliers qu'afin de dévoiler à quel point la communication est absente des rapports humains. Mais en 1933 (Voyage au bout de la nuit), le sens de ce dévoilement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-roman-et-societe/#i_10585

VITOUX FRÉDÉRIC (1944-    )

  • Écrit par 
  • Véronique HOTTE
  •  • 732 mots

l'I.D.H.E.C., puis de s'orienter vers des études littéraires conduites à la Sorbonne. Elles se concluent avec une thèse sur Céline soutenue en 1968 et qui paraîtra sous forme d'essai (Louis-Ferdinand Céline. Misère et parole, 1973), en même temps que son premier roman, Cartes postales. Vitoux consacrera par la suite de nombreux ouvrages, dont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-vitoux/#i_10585

Pour citer l’article

Jean-François PÉPIN, « CÉLINE LOUIS-FERDINAND - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/celine-reperes-chronologiques/