CATULLE (82-52 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un tissu d'antinomies ?

De prime abord, la vie, l'âme, l'art de Catulle semblent pétris de contradictions irréductibles. Contradictions entre le libertinage et la fidélité à la domina ; entre l'adhésion aux modes de vie très relâchés d'un cercle de viveurs et un attachement désespéré aux plus nobles valeurs morales de la tradition ; entre l'impulsivité sans contrôle et une autocritique non dénuée d'humour ; entre les raffinements aristocratiques du plus docte hellénisme et la pétulance d'un vérisme populaire nourri d'obscénités et prompt à la diffamation ; entre une combativité d'avant-garde ne respectant rien ni personne et la nostalgie d'un lointain passé idyllique unissant le Ciel et la Terre.

À coup sûr, ces conflits et cette tension confèrent au lyrisme catullien un caractère dramatique et, jusque dans ses « incohérences », un incontestable dynamisme juvénile. Au surplus, dépassant nettement les canons esthétiques alexandrins, l'art catullien se mue en instrument d'élucidation dans les dilemmes pathétiques : l'écartèlement odi et amo, « je hais et j'aime », est éclairé par l'antithèse (épigr. LXXII et LXXV) entre amare, le désir surexcité par la jalousie, et bene uelle minus, la réduction de la tendresse à base d'estime.

Tout bien considéré, quand on parle de Catulle, ce n'est pas le mot « antinomies » qu'il convient d'employer. Il est préférable de parler soit d'amples « oscillations » soit de « révisions déchirantes ». À n'en pas douter, goûtant dans toute leur plénitude les splendeurs de la nature (épithalame LXII, 39-42 et 49-53 ; poème LXIV, 269-275 et 278-291) et les charmes de la juvénilité (pièces V, VII, XLVIII et LXI, qu'on a comparée au Cantique des cantiques), Catulle a souvent essayé de faire sienne une philosophie de l'existence substituant l'intensité du plaisir à une impossible durée. Mais un grand besoin de sécurité dans les affections sentimentales et les exigences d'une sensibilité très fraternelle l'ont conduit, aux heures graves, à mesurer la vanité de cet hédonisme : sed totum hoc studium luctu fraterna mihi mors abstulit, « mais l'afflicti [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : agrégé de grammaire, docteur ès lettres, professeur émérite à l'université de Nice

Classification

Autres références

«  CATULLE (82-52 av. J.-C.)  » est également traité dans :

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 570 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un second souffle »  : […] De la foule des petits poètes qui, pendant la première moitié du i er siècle avant J.-C., occupent le devant de la scène, émergent deux grands noms : Catulle et Lucrèce . Catulle, venu d'Italie du Nord, commence par écrire de petits poèmes, des épigrammes et des pièces amoureuses. Mais, au lieu de les projeter dans un passé légendaire, il choisit pour héroïne celle qu'il appelle Lesbia, une « gra […] Lire la suite

POÉSIES, Catulle - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 850 mots

Les Poésies de Catulle, c'est-à-dire le Liber Valerii Catulli , est un recueil dû à Gaïus Valerius Catullus (82-52 av. J.-C.), comprenant cent seize pièces, ordonnées à la fois selon leur genre et leur structure métrique : au début et à la fin des poèmes plus courts, des sujets légers, le corps du texte étant formé d'œuvres savantes et plus développées. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean GRANAROLO, « CATULLE (82-52 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/catulle/