CATALYSEURS MÉTALLOCÈNES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Catalyseurs métallocènes : ferrocène et zirconocène

Catalyseurs métallocènes : ferrocène et zirconocène
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Catalyseurs métallocènes : obtention du cyclopentadiényle

Catalyseurs métallocènes : obtention du cyclopentadiényle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Catalyseurs métallocènes : le méthylaluminoxane

Catalyseurs métallocènes : le méthylaluminoxane
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Catalyseurs métallocènes : structure d'un métallocène

Catalyseurs métallocènes : structure d'un métallocène
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Les polymères connaissent un développement de plus en plus important, prenant progressivement la place d'autres matériaux, comme les métaux, pour des applications à température modérée et exigeant à la fois une bonne tenue mécanique et une certaine légèreté. Grâce à l'agencement de nombreux types de briques élémentaires – les monomères –, il est possible d'obtenir une grande diversité de propriétés. Ainsi, on est capable aujourd'hui de réaliser en polymères l'équivalent des alliages en construisant une chaîne par association de différents monomères, processus que l'on appelle la copolymérisation. L'optimisation de la structure des diverses chaînes est à l'origine de progrès constants. Parmi les évolutions les plus récentes, la catalyse utilisant des complexes de type métallocènes du titane et du zirconium permet de perfectionner les polyoléfines, c'est-à-dire les polyéthylènes et les polypropylènes. Ces produits représentent la moitié des polymères synthétiques ; ils sont présents dans de nombreux objets de la vie quotidienne tels que les emballages, les isolants, les tuyaux, les fibres, les jouets, les pièces d'automobile...

La chimie de la polymérisation

Les polymères produits par réactions en chaîne, en particulier l'essentiel des polymères thermoplastiques, se sont développés en deux temps : il a fallu tout d'abord connaître les réactions, puis les contrôler parfaitement. Pour la polymérisation, on peut utiliser les outils de base de la synthèse organique, par exemple en faisant interagir une espèce électrophile, pauvre en électrons, et une espèce nucléophile, riche en électrons. C'est le point de départ des polymérisations ioniques. On peut aussi avoir recours aux espèces très réactives à nombre impair d'électrons que sont les radicaux libres. Ceux-ci, en voulant s'apparier, propagent la réaction. Enfin, il est possible d'affaiblir la barrière d'énergie qui s'oppose à la réaction par l'utilisation d'un catalyseur.

Quelle que soit la méthode u [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur de l'UMR 140 du C.N.R.S., laboratoire de chimie et procédés de polymérisation

Classification


Autres références

«  CATALYSEURS MÉTALLOCÈNES  » est également traité dans :

CHIMIE - La chimie aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 10 832 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Chimie d'organométalliques »  : […] Dans un complexe, un ou des atomes métalliques sont liés à des groupes d'atomes de nature organique : carbone, hydrogène, oxygène, azote, phosphore... Il s'agit surtout des métaux de transition, ceux du bloc  d de la classification périodique. La chimie d'organométalliques tire son importance de la catalyse homogène. Durant la seconde moitié du xx […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-la-chimie-aujourd-hui/#i_32717

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger SPITZ, « CATALYSEURS MÉTALLOCÈNES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/catalyseurs-metallocenes/