REED CAROL (1906-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le Troisième Homme

Le Troisième Homme
Crédits : Hulton Getty

photographie

Reed and Welles, E. Haas

Reed and Welles, E. Haas
Crédits : Ernst Haas / Hulton Getty

photographie


Ancien acteur, secrétaire et conseiller théâtral de l'infatigable romancier Edgar Wallace, Carol Reed débute au cinéma comme assistant de David Lean, puis dirige de 1942 à 1945 l'Army Film Unit. À la tradition quasi légendaire du documentaire britannique, à la fois objectif et soigné, Reed ajoutera d'évidence la vision des films expressionnistes allemands, mais aussi des bandes scandinaves, françaises et plus tard américaines. Les éclairages et la tendance mystique des premières, le « réalisme poétique » des secondes, la vivacité technique des troisièmes trouvent en Graham Greene le littérateur qui permet à Reed d'aborder sa carrière spécifique. Celle-ci se résume en quelques titres : Sous le regard des étoiles (1939) ; Huit Heures de sursis (1947), dont l'invraisemblance est sauvée par deux acteurs que le film révéla (James Mason et Robert Newton) ; Première Désillusion (1948) ; Le Troisième Homme (1949). Il est difficile de savoir quelle est la part d'Orson Welles, interprète principal et pour un temps bénéficiaire de ce salmigondis symbolique, dont l'efficacité fut d'ailleurs certaine et sanctionnée par une pluie de récompenses. L'antinazi convaincu qu'était Reed concocte ici une parabole humanitaire qui s'achève, grâce à un air de cithare destiné à faire le tour du monde, sur un éloge des amitiés perdues présenté d'une façon qui laisse le dernier mot à un criminel de guerre. Le succès du film fut maléfique à son auteur : après une très pesante adaptation de Conrad (Le Banni des îles, 1951), il s'essaya désespérément à retrouver la recette policière du Troisième Homme. Notre Agent à La Havane (1959) ne fait que rassembler le « gratin » de la scène anglaise, dominé par Noël Coward, dans un « cinémascope » où Reed se montre d'une incroyable maladresse. Chose curieuse : de ces dernières mornes productions, la seule à retenir serait la plus hollywoodienne, L'Agonie et l'Extase (1965), biographie très adoucie mais non inexacte de Michel-Ange. L'abdication que représente la carrière de Carol Reed est moins rare qu'on ne croit, mais son obstination à poursuivre un certain genre de situation (l'homme pris entre deux feux) révèle peut-être un drame secret.

Le Troisième Homme

Le Troisième Homme

photographie

Carol Reed (1906-1976), à la caméra, dirige Le Troisième Homme à partir d'un scénario original de Graham Greene, en 1948. Le film obtient le grand prix du festival de Cannes en 1949. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Reed and Welles, E. Haas

Reed and Welles, E. Haas

photographie

Le metteur en scène Carol Reed et l'acteur Orson Welles pendant le tournage du Troisième Homme à Vienne en 1947. Photographie en noir et blanc de Ernst Haas (1921-1986). 

Crédits : Ernst Haas / Hulton Getty

Afficher

—  Gérard LEGRAND

Écrit par :

Classification


Autres références

«  REED CAROL (1906-1976)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Cinéma

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 3 484 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une floraison de genres »  : […] Sans être aussi marquée que dans le cinéma américain, la division du cinéma britannique en genres précis s'est vite imposée. Si les Anglais sont connus pour leur sens de l'humour « à froid », la comédie britannique offre une belle variété de sous-genres. Les artistes burlesques venus de la scène, au temps du muet, firent carrière outre-Atlantique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-cinema/#i_89409

CANNES FESTIVAL DE

  • Écrit par 
  • Philippe d' HUGUES
  •  • 2 157 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Des débuts difficiles »  : […] Tout a commencé à cause de Venise et de sa biennale, premier festival cinématographique mondial créé en 1932. Après quelques belles années, l'influence de Mussolini et de son encombrant allié allemand y étant devenue envahissante, Français, Britanniques et Américains décidèrent de créer un autre festival, qui ne serait plus tributaire des impératif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/festival-de-cannes/#i_89409

MASON JAMES (1909-1984)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 696 mots

Né dans le Yorkshire en 1909, James Mason découvre le théâtre à Cambridge où il fait de solides études. S'écartant très vite du style de théâtre qui faisait fureur dans le West End, il devient pensionnaire de l'Old Vic, et interprète Shakespeare et Pirandello aux côtés de Charles Laughton et d'Elsa Lanchester. Un des producteurs les plus important […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-mason/#i_89409

Pour citer l’article

Gérard LEGRAND, « REED CAROL - (1906-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carol-reed/