RUGGLES CARL (1876-1971)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le compositeur américain Carl Ruggles appartient à la première avant-garde américaine. Ce créateur atypique s'avère particulièrement original par sa remise en question du matériau sonore : ses œuvres sont pour la plupart caractérisées par des combinaisons instrumentales étonnantes et une dynamique très importante ; atonales mais non sérielles au sens strict, elles usent d'une harmonie chromatique et d'un contrepoint dissonant, aux lignes mélodiques et aux rythmes mouvants. Malgré la dureté de ses sonorités, Ruggles n'en est pas moins parvenu à exprimer une austère beauté.

Charles Sprague Ruggles naît le 11 mars 1876 à East Marion, dans le Massachusetts. En grande partie autodidacte en matière de musique, il prend à Boston, où sa famille s'est établie, des leçons privées de violon auprès de Felix Winternitz. Toujours en privé, il étudie avec des professeurs de l'université Harvard, Josef Claus (théorie) et John Knowles Paine (composition), notamment. Sous l'influence de ce dernier, farouche partisan de l'école allemande de composition, il germanise son prénom Charles en Carl. De 1903 à 1906, Ruggles suit des cours de littérature anglaise à Harvard.

L'année 1907 marque un tournant dans sa carrière : il est nommé professeur dans une école privée de musique de Winona (Minnesota), où il fonde un orchestre, le Winona Symphony Orchestra, qu'il dirigera jusqu'en 1912, et produit ses premières œuvres ; c'est à Winona qu'il entreprend, vers 1916, de composer un opéra, The Sunken Bell, d'après Die versunkene Glocke, de Gerhart Hauptmann, ouvrage dont il détruira les esquisses en 1923. En 1917, il part pour New York, où il va fréquenter un groupe d'avant-garde placé sous la houlette de Wallingford Riegger et qui comprend notamment Charles Ives, Edgar Varèse, Henry Cowell, Nicolas Slonimsky, Charles Seeger. Il devient membre de l'International Composers' Guild fondée par Varèse et Carlos Salzedo, organisation qui donnera les premières auditions de ses œuvres les plus importantes, composées dans ses années new-yorkaises (1917-1937) ; il s'affilie également à la Pan American Association of Composers. De 1938 à 1943, Ruggles enseigne la composition à l'université de Miami. Il reçoit en 1953 le prix de la National Association for American Composers and Conductors et est élu membre du National Institute of Arts and Letters en 1954. Retiré à Arlington (Vermont), il se consacre de plus en plus à son autre passion, la peinture. Il entre en 1966 dans une maison de retraite de Bennington (Vermont), où il meurt le 24 octobre 1971.

Le catalogue de Ruggles est peu abondant, mais ses compositions connaissent de multiples versions : perfectionniste, il remaniera en effet inlassablement ses œuvres, dont il détruira parfois les premiers états. Sa passion pour la littérature anglaise et américaine transparaît dans son utilisation fréquente de textes de Robert Browning ou de Walt Whitman.

Ruggles atteint la notoriété avec Men and Angels, dont la première audition a lieu à New York le 17 décembre 1922. Cette pièce symphonique rassemble Men, pour orchestre, et Angels, originellement écrit pour six trompettes bouchées, deux compositions datant de 1920 et 1921 ; Angels sera révisé pour quatre trompettes bouchées et trois trombones bouchés en 1938. Vox clamans in deserto est créé à New York le 13 janvier 1924 ; cette pièce pour six mezzo-sopranos et petit orchestre avec piano est bâtie sur trois textes de Robert Browning, Walt Whitman et Charles Henry Meltzer. Men and Mountains, d'après une épigramme de William Blake, est créé dans sa version pour 31 instruments à New York le 7 décembre 1924 ; cette œuvre sera révisée pour grand orchestre en 1936 puis de nouveau en 1941. Portals, pour 13 instruments à cordes, d'après Walt Whitman, donné à New York le 24 janvier 1926, sera révisé pour orchestre à cordes en 1929, en 1941, en 1952 et en 1953.

Une des œuvres de Ruggles les plus importantes est Sun-Treader, pour grand orchestre, dont le titre est tiré d'un vers du poème Pauline, de Robert Browning : « Sun-treader, light and life be thine forever ». Prévue pour être exécutée en 1926 lors d'un concert de l'Internati [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Classification

Pour citer l’article

Alain FÉRON, « RUGGLES CARL - (1876-1971) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-ruggles/