JACOBI CARL (1804-1851)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mathématicien allemand Carl Jacobi fut, avec N. H. Abel, le fondateur de la théorie des fonctions elliptiques dont il donna de nombreuses applications aux branches les plus diverses des mathématiques. On lui doit également des exposés de mécanique théorique où il reprend les résultats de W. R. Hamilton, et des applications de la théorie des équations différentielles à la dynamique.

Éléments biographiques

Jacobi est né à Potsdam. À son entrée au gymnase, en 1816, il avait déjà achevé le cycle des études secondaires et, assez réfractaire à l'enseignement traditionnel, il étudia directement les œuvres des grands mathématiciens, particulièrement celles d'Euler et de Lagrange.

Inscrit en mai 1821 à l'université de Berlin, il y apprit la philologie et les mathématiques, auxquelles il se consacra bientôt uniquement. En 1825 il était docteur en philosophie avec une thèse où il démontrait ou généralisait certaines formules de Lagrange. Il enseigna à Berlin pendant une année environ, puis à Kœnigsberg où il fut transféré par décision ministérielle. En fin 1827, il fut nommé professeur extraordinaire à l'université de cette ville où il entra en contact avec l'astronome Bessel (1784-1846).

Pensionné par le gouvernement de Prusse, il fut, après un voyage en Italie, en 1843, nommé académicien à Berlin, dispensé de tout enseignement mais autorisé à traiter, à l'Université, tout sujet qui lui conviendrait. Présenté comme candidat aux élections de mai 1848, il fut persécuté un temps pour ses opinions libérales. Il mourut à Berlin à l'âge de quarante-sept ans.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, membre correspondant de l'Académie internationale d'histoire des sciences

Classification


Autres références

«  JACOBI CARL (1804-1851)  » est également traité dans :

ABEL NIELS HENRIK (1802-1829)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 1 309 mots

À l'aube du xix e  siècle, le mathématicien norvégien N. H. Abel allait révolutionner sa science, et Hermite a pu déclarer : « Il a laissé aux mathématiciens de quoi s'occuper pendant cinq cents ans. » D'abord algébriste, il établit l'impossibilité de résolution par radicaux des équations algébriques de degré ≥ 5 et sa méthode ouvrait la voie aux t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/niels-henrik-abel/#i_28128

ANALYSE MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 8 744 mots

Dans le chapitre « Fonctions elliptiques »  : […] Un des plus beaux exemples de l'élargissement apporté à l'analyse classique par la considération des fonctions de variables complexes est fourni par la théorie des fonctions elliptiques, développée par Abel et Jacobi indépendamment des premiers travaux de Cauchy (une bonne part de leurs résultats et même des développements plus tardifs sur la fonc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analyse-mathematique/#i_28128

ASTÉROÏDES

  • Écrit par 
  • Christiane FROESCHLÉ, 
  • Claude FROESCHLÉ, 
  • Patrick MICHEL
  •  • 10 660 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Classification des astéroïdes »  : […] Les perfectionnements de la spectroscopie et de la spectrophotométrie ont permis de développer une taxonomie des astéroïdes, c'est-à-dire une classification de ces objets selon divers types bien différenciés, à partir des propriétés optiques et spectroscopiques de leur surface. On distingue deux groupes principaux, qui correspondent aux classes C e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asteroides/#i_28128

CALCUL INFINITÉSIMAL - Calcul à plusieurs variables

  • Écrit par 
  • Georges GLAESER
  •  • 5 618 mots

Dans le chapitre « Le formalisme des dérivées partielles »  : […] Avant d'étudier le comportement d'une fonction f  ( x , y ) de deux variables, lorsque x et y varient simultanément et indépendamment , on commence par faire varier x et y successivement. Fixons la valeur de y  : la dérivée de la fonction x ↦ f  ( x , y ), lorsqu'elle existe, s'appelle la dérivée partielle ∂ f /∂ x ( x , y ) de f par rapport à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-infinitesimal-calcul-a-plusieurs-variables/#i_28128

CLEBSCH RUDOLF FRIEDRICH ALFRED (1833-1872)

  • Écrit par 
  • Jeanne PEIFFER
  •  • 836 mots

Le mathématicien allemand Rudolf Friedrich Alfred Clebsch est né le 19 janvier 1833 à Königsberg (auj. Kaliningrad) et mort le 7 novembre 1872 à Göttingen. Il fit ses études à l'université de sa ville natale (1850-1854). Quoique Jacobi ne donnât plus de cours, l'école qu'il avait fondée était toujours florissante et parmi les professeurs de Clebsch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-friedrich-alfred-clebsch/#i_28128

DIOPHANTIENNES APPROXIMATIONS

  • Écrit par 
  • Marcel DAVID
  •  • 4 883 mots

Dans le chapitre « Approximations simultanées »  : […] Étant donné k irrationnels τ 1 , τ 2 , ..., τ k , on peut soit chercher à les approcher par des fractions p 1 / r , p 2 / r , ..., p k / r de même dénominateur (pas obligatoirement toutes irréductibles), soit chercher à rendre minimum pour des entiers u i et w . Ces deux problèmes duals l'un de l'autre sont également délicats. Le premier problème […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/approximations-diophantiennes/#i_28128

FONCTIONS ANALYTIQUES - Fonctions elliptiques et modulaire

  • Écrit par 
  • Michel HERVÉ
  •  • 3 205 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Intégrales circulaires et elliptiques »  : […] Le calcul intégral classique montre qu'une intégrale de la forme : où P( x ) est un polynôme du 2 e  degré sans racine double, se calcule à l'aide de fonctions dites élémentaires, c'est-à-dire circulaires ou hyperboliques. Posons par exemple :   si x et t sont réels, ils doivent être compris entre ± 1, et l'on a u  = Arc sin  x , dont la fonction […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fonctions-analytiques-fonctions-elliptiques-et-modulaire/#i_28128

NOMBRES (THÉORIE DES) - Nombres algébriques

  • Écrit par 
  • Christian HOUZEL
  •  • 14 064 mots

Dans le chapitre « Réciprocité biquadratique »  : […] Les mêmes entiers de Gauss donnent le cadre où l'on peut étudier la loi de réciprocité biquadratique , qui relie la résolubilité des deux congruences x 4  ≡  p (mod q ) et x 4  ≡  q (mod p ), où p et q sont des nombres premiers. Dans un article de 1832, Gauss développe l'arithmétique de ces entiers généralisés, qui repose sur un algorithme de d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-theorie-des-nombres-algebriques/#i_28128

VARIATIONS CALCUL DES

  • Écrit par 
  • Claude GODBILLON
  •  • 3 804 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Conditions de Legendre et Jacobi »  : […] Soit f un minimum relatif faible de J dans D . Utilisant à nouveau la formule de Taylor, on peut écrire, toujours à des termes d'ordres supérieurs près, la variation de J correspondant à une variation ω de f sous la forme : où l'on a posé : La fonctionnelle : est une forme quadratique sur l'espace E que l'on peut interpréter comme la dérivée sec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-des-variations/#i_28128

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean ITARD, « JACOBI CARL - (1804-1851) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-jacobi/