BENOÎT DE CANFELD ou CANFIELD WILLIAM FITCH dit (1562-1610)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Capucin anglais, auteur spirituel. D'origine protestante, converti au catholicisme, il doit émigrer et se réfugier à Douai ; son entrée chez les Capucins parisiens (1587) coïncide avec le renouveau de l'ordre en France (Ange de Joyeuse, Léonard de Paris, Honoré de Champigny). Ordonné en 1593, il devient le conseiller des mystiques parisiens groupés autour de Mme Acarie. Emprisonné lors d'un séjour clandestin en Angleterre (1599), libéré sur l'intervention de Henri IV, il remplit diverses fonctions dans son ordre, tout en s'adonnant à la prédication et à la direction spirituelle (entre autres, celle de Marie de Beauvilliers, la grande abbesse bénédictine de Montmartre). Un an avant sa mort paraît son principal ouvrage, la Règle de perfection, composé vers 1593. Si les deux premières parties de ce livre n'offrent rien de nouveau par rapport à la tradition spirituelle franciscaine, il n'en est pas de même de la troisième partie, dont Canfield a dû désapprouver la publication, avant qu'il n'en ait remanié considérablement le texte. Il y enseigne que le troisième et plus haut état de l'âme mystique, la vie « suréminente », est caractérisé par l'union « superessentielle » avec la divinité ; aux mystiques rhéno-flamands (Tauler, Suso, Harphius) Canfield doit l'idée d'un « état continu et tranquille » de la vision béatifique dès cette vie ; à la tradition dionysienne (Balma, pour l'essentiel, reçu sous le nom et l'autorité de saint Bonaventure) il a emprunté l'idée de la simplicité de l'essence divine et le principe du dépouillement de toutes les images, y compris le réalisme du Christ incarné. Connue de quelques mystiques français, dont madame Guyon, la Règle de perfection est, dans son premier état, un des textes les plus originaux du réveil spirituel au xviie siècle ; mais la condamnation du quiétisme (1699) a jeté sur son auteur des soupçons d'hérésie « préquiétiste ».

—  Jean-Robert ARMOGATHE

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean-Robert ARMOGATHE, « BENOÎT DE CANFELD ou CANFIELD WILLIAM FITCH dit (1562-1610) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/benoit-de-canfeld-canfield/