FRANCE CAMPAGNE DE (1814)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avant-dernière et, pour certains, la plus belle des campagnes de Napoléon, la campagne de France a fait l'objet d'études détaillées de Jomini et de Clausewitz qui ont analysé toutes les opérations de ce modèle de la « guerre de mouvement ». Lorsque la France est envahie en 1814, deux armées alliées totalisant 250 000 hommes jouent un rôle décisif : l'armée du général prussien Blücher et celle du général autrichien Schwarzenberg. Après avoir franchi le Rhin, elles tentent une manœuvre de conversion sur l'Aube. Napoléon n'a à leur opposer que 80 000 soldats.

Ayant vaincu l'Empereur à La Rothière, au début de février, les deux armées se séparent, Blücher longeant la Marne et le Petit Morin, Schwarzenberg l'Aube et la Seine. Pour les arrêter, Napoléon oppose à l'un son aile gauche, à l'autre son aile droite, lui-même avec le gros de ses troupes occupant le centre et se portant tantôt d'un côté, tantôt de l'autre. Il arrête Blücher aux combats de Champaubert (10 févr.), Montmirail, Château-Thierry et Vauchamps ; puis il frappe Schwarzenberg à Montereau, le 18 février. Ces succès démoralisent les Alliés, mais, le 9 mars, à Chaumont, Alexandre Ier fait signer à ses partenaires un nouveau pacte, par lequel ils s'engagent à ne pas signer de paix séparée. En mars, Blücher doit battre en retraite, après avoir été vaincu à Craonne le 7 mars, mais Napoléon ne peut l'emporter sur Schwarzenberg à Arcis-sur-Aube, le 20 mars. Il tente alors de couper les arrières des Alliés de façon à les détourner de la route de Paris en les obligeant à le poursuivre. Peut-être seraient-ils tombés dans le piège si n'avaient été interceptées des dépêches annonçant le développement d'intrigues dans la capitale visant à renverser le gouvernement impérial. Alexandre Ier, poussé par son conseiller Pozzo di Borgo, fait décider la marche sur la capitale, le 24 mars, sans souci des manœuvres de Napoléon. La défense de la ville est assurée par Marmont et Mortier, mais l'absence de fortifications ne permet pas une longue résistance. Le 31, les forces alliées entrent dans Paris, les habitants ayant préféré la capitulation au sort de Moscou. Napoléon arrive trop tard et doit se retirer à Fontainebleau avec 60 000 hommes. À Paris, le 1er avril, est constitué un gouvernement provisoire comprenant Talleyrand, Dalberg et Montesquiou. Le 3 avril, les sénateurs prononcent la déchéance de Napoléon. Celui-ci pourrait encore agir, mais ses maréchaux, las de la guerre, refusent de marcher et lui arrachent son abdication en faveur du roi de Rome. Alexandre l'eût acceptée si un aide de camp ne l'avait averti que Marmont s'était entendu avec Schwarzenberg pour conduire son corps d'armée hors du théâtre des opérations. Cette défection affaiblissait Napoléon et montrait que l'armée ne le suivait pas aveuglément. Le 6 avril, l'Empereur abdique sans condition.

La campagne de France fut une suite de victoires inutiles, manœuvres géniales qui bouleversaient les plans de l'adversaire sans pourtant le foudroyer ; Napoléon ne pouvait que retarder le moment où il succomberait sous le nombre.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  FRANCE CAMPAGNE DE (1814)  » est également traité dans :

BLÜCHER GEBHART LEBERECHT VON (1742-1819)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 470 mots
  •  • 1 média

La carrière de Blücher, général prussien qui attacha son nom à la défaite de Napoléon à Waterloo, se déroule en deux temps. Jusqu'à la soixantaine, il mène la vie assez obscure d'un officier de cavalerie. À partir de 1805 il est l'un des chefs du parti anti-français en Prusse. Né au Mecklembourg, il s'engage à quatorze ans au service de la Suède, comme simple hussard, car il n'a aucun goût pour le […] Lire la suite

COALITION GUERRES DE (1792-1815)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 1 058 mots
  •  • 1 média

Pendant dix années consécutives, de 1792 à 1802, puis pendant douze autres années consécutives, de 1803 à 1815, la France s'est trouvée en guerre avec les principales puissances de l'Europe. La guerre déclarée par Louis XVI et l'Assemblée législative au « roi de Hongrie et de Bohême » trouve son origine dans les rassemblements d'émigrés en territoire allemand et les réclamations des princes posses […] Lire la suite

MARMONT AUGUSTE FRÉDÉRIC LOUIS VIESSE DE (1774-1852) duc de Raguse

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 308 mots

Issu d'une famille noble de Bourgogne, jeune officier d'artillerie sous la Révolution, Marmont a la chance d'être remarqué par Bonaparte au siège de Toulon et d'être pris par lui comme aide de camp. En Italie, en Égypte, lors du 18-Brumaire, à Marengo enfin, il seconde intelligemment son maître. Napoléon a pour lui une affection presque paternelle, mais n'en fait pas un de ses premiers maréchaux e […] Lire la suite

Les derniers événements

7-30 juin 2022 France. Élections législatives.

Le 12, à l’issue d’une campagne électorale sans relief, le premier tour des élections législatives est marqué par un nouveau record d’abstention (52,5 %) et par les scores très proches, en nombre de voix, réalisés par les listes Ensemble !, qui regroupent les candidats de la majorité présidentielle (25,8 % des suffrages selon le décompte du ministère de l’Intérieur), et NUPES, qui rassemblent les candidats des principaux partis de gauche et écologistes autour de La France insoumise (LFI) (25,7 % des voix). […] Lire la suite

11 mai 2022 France. Arrêts de la Cour de cassation dans deux affaires liées à la campagne #BalanceTonPorc.

La Cour de cassation rejette les pourvois formés par l’ancien ministre Pierre Joxe et par l’ancien directeur général de la chaîne Equidia Éric Brion contre les arrêts de la cour d’appel de Paris relaxant de l’accusation de diffamation leurs accusatrices respectives dans le cadre de la campagne #BalanceTonPorc menée après l’affaire Harvey Weinstein. […] Lire la suite

10-24 avril 2022 France. Réélection du président Emmanuel Macron.

Parmi ces dernières formations, Reconquête ! est la seule à franchir le seuil de 5 % des voix qui donne droit au remboursement des frais de campagne. Les anciens partis de gouvernement, LR et le PS, sont de nouveau exclus du second tour de scrutin, avec des scores encore plus faibles qu’en 2017 – en chute de 15,2 points pour LR et de 4,6 points pour le PS. […] Lire la suite

3 mars - 7 avril 2022 France. Suspension du passe vaccinal.

Le 3, le Premier ministre Jean Castex annonce la levée de l’obligation du port du masque à compter du 14, sauf dans les transports collectifs. Le port du masque était imposé dans les espaces publics clos depuis juillet 2020. Il n’est plus obligatoire en extérieur depuis juin 2021. Jean Castex indique également que l’usage du passe vaccinal instauré en janvier sera suspendu à la même date, sauf pour l’accès aux établissements de santé. […] Lire la suite

8-29 mars 2022 France. Publication de rapports sévères contre le groupe Orpea.

Ils annoncent le lancement d’une campagne visant à « contrôler les sept mille cinq cents EHPAD de France dans les deux ans à venir » – les agences régionales de santé (ARS) contrôlent en moyenne 10 % des EHPAD chaque année. Les ministres annoncent l’élaboration d’une loi permettant à la Cour des comptes et aux chambres régionales des comptes de contrôler les comptes de la section hébergement des EHPAD privés, financée par les contributions des résidents. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean TULARD, « FRANCE CAMPAGNE DE (1814) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/campagne-de-france-1814/