CAMÕES LUÍS VAZ DE (1525?-1580)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Camões occupe chez les Portugais une place à part. Il est le prince des poètes, le classique par excellence. Il résume toute une littérature, et son œuvre est à la fois un sommet et une synthèse. Comment s'explique ce statut exceptionnel ?

Luis de Camões

Photographie : Luis de Camões

Avec les Lusiades (1572), Luis Vaz de Camões (1524 env.-1580) bâtit une épopée à la gloire du Portugal de la Renaissance, qui se situe dans le droit fil de l'Énéide. À partir de l'évocation du périple de Vasco de Gama, une généalogie mythique remonte jusqu'au premier ancêtre, Lusus,... 

Crédits : J. Martin/ AKG

Afficher

Vie de Camões

Sa vie est mal connue. Les documents d'archives sont à son sujet extrêmement rares. Camões a dû naître en 1524 ou en 1525, d'une famille noble, mais pauvre. Son père était cavaleiro fidalgo. Il s'appelait Simão Vaz de Camões, et sa mère Ana de Sá. Si l'on en juge par la culture dont il fait preuve, il a reçu une bonne éducation classique, fondée sur la connaissance du latin et la lecture des auteurs anciens. Il connaissait également les Italiens et les Espagnols. Mais son nom n'apparaît pas sur les registres de l'université de Coimbra. Camões a vécu quelque temps à Lisbonne, où il a fréquenté la société de la cour. On le trouve ensuite soldat au Maroc, où il perd l'œil droit dans un combat. En 1550, il s'engage pour aller servir en Inde, mais il ne s'embarque pas. En 1552, à Lisbonne, il est mis en prison pour avoir, le jour de la Fête-Dieu, participé à une bagarre. Il sera libéré l'année suivante. Nous possédons la « lettre de pardon », datée du 7 mars 1553, qui lui est accordée au nom du roi. Ce document précise que le prisonnier est « un jeune homme pauvre » et qu'il va « cette année me servir en Inde ». Camões s'embarque sur la flotte de Fernando Alvares Cabral, qui quitte Lisbonne en mars 1553 et arrive à Goa, capitale de l'Inde portugaise, en septembre. L'engagement contracté par Camões allait durer trois ans. Il participe, en novembre 1553, à une campagne dans le Malabar. On sait aussi par un de ses poèmes qu'il prit part à une expédition dans le golfe d'Aden. En 1556, il quitte le service. Alors commence une période de sa vie fort mal connue. Une fois démobilisés, les soldats portugais de l'Inde essayaient sinon de faire fortune, du moins d'amasser un pécule suffisant pour regagner l'Europe. Mais beaucoup végétaient lamentablement. Notre poète, pour sa part, ne manquait pas de relations : le gouverneur Francisco Barreto, les vice-rois Constantino de Bragança et Francisco de Sousa Coutinho, l'historien Diogo do Couto, le naturaliste Garcia da Orta. Ses biographes disent que Camões fut envoyé à Macao comme « contrôleur général des biens des morts et des absents », et qu'au retour il fit naufrage à l'embouchure du Mékong. Il aurait enfin, en arrivant à Goa, été emprisonné pour concussion. Un document atteste qu'il obtint cependant une charge dans la factorerie de Chaul, mais qu'il ne l'occupa pas.

Enfin, en 1567, il quitte l'Inde, aussi pauvre qu'à son arrivée, quatorze ans plus tôt. Un ami influent, Pero Barreto, lui paie le passage jusqu'à Mozambique. Camões végète deux ans dans cette place de l'Afrique orientale. Mais il y trouve un groupe d'amis (parmi lesquels Diogo do Couto, de qui nous tenons ces détails), qui se cotisent pour rembourser ses dettes et pour payer son voyage de retour vers l'Europe. Il débarque à Lisbonne en 1569. Il apporte dans ses bagages le manuscrit de son épopée, Les Lusiades, qu'il publie en 1572. Le roi lui accorde une petite pension de 15 000 réis. Son nom commence a être connu. Mais, si l'on en croit ses biographes, il n'en vécut pas moins dans la pauvreté. Il mourut de la peste en 1580.

Tels sont les éléments à peu près sûrs de la biographie de Camões. C'est peu, mais cela suffit néanmoins à camper la figure d'une sorte de soldat-poète « tenant d'une main l'épée et de l'autre la plume », d'aristocrate pauvre végétant dans des emplois subalternes, aventurier à ses heures, mais apprécié d'un petit nombre d'esprits d'élite. Sa vie, comme il l'a dit lui même, s'est « dispersée à travers le monde en mille morceaux », de l'Europe à la Chine. Mais sur ces éléments historiques se sont greffés des récits incontrôlables. C'est à propos de ses amours que les affabulations ont été les plus abondantes. Il aurait osé aimer une dame de grande naissance, et aurait été pour cette raison exilé de Lisbonne, d'abord à Santarém, ensuite au Maroc. Quelle était cette beauté inaccessible ? Peut-être, dit-on, une certaine Catarina de Ataïde. Selon d'autres, il s'agirait de l'infante Dona Maria, la propre fille du roi. Telle est la « théorie de l'Infante », qu'ont développée en 1932 José Maria Rodrigues et Afonso Lopes Vieira, auteurs d'une é [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CAMOES LUÍS VAZ DE (1525?-1580)  » est également traité dans :

ART COLONIAL

  • Écrit par 
  • Véronique GERARD-POWELL, 
  • Alexis SORNIN
  •  • 8 403 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Réception de l'art indien en Europe »  : […] Il appartient au Portugal d'avoir ouvert les chemins de la connaissance directe de l'Inde et d'en avoir fixé les représentations au xvi e  siècle. Les Lusiades de Luís Vaz Camões, plus encore que les récits de voyage au long cours de ses contemporains, Vasco de Gama, John Huygen van Lischoten ou Filippo Sassetti, inscrivent l'Inde dans l'imaginaire européen au confluent de trois courants littérai […] Lire la suite

LES LUSIADES, L. Vaz de Camões - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 998 mots
  •  • 1 média

Publiée en 1572, écrite en ottava rima (strophes de huit décasyllabes) par le poète Luiz Vaz de Camões (1524-1580), la grande épopée nationale du Portugal, comportant près de neuf mille vers, est divisée en dix chants. Le titre, Os Lusiadas ( Les Lusiades ), c'est-à-dire « les Lusitaniens », désigne les descendants de Lusus, fils et compagnon de Bacchus, considéré comme l'ancêtre mythique des Po […] Lire la suite

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Cristina CLIMACO, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 050 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Un genre nouveau : le théâtre »  : […] Ce fut durant la Renaissance qu'apparut le théâtre. Au Moyen Âge, le genre dramatique se réduisait à des sermons burlesques, de petites farces, des jeux et des autos (drames religieux), tous anonymes, des momos (ou pantomimes) sans dialogues. Le véritable créateur du théâtre est Gil Vicente, qui exprime dans ses œuvres les préoccupations de son temps. Il aura nombre de disciples et de continuate […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul TEYSSIER, « CAMÕES LUÍS VAZ DE (1525?-1580) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/camoes-luis-vaz-de/