CALORIMÉTRIE & MICROCALORIMÉTRIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du point de vue des phénomènes à notre échelle, la chaleur s'interprète comme la manifestation d'un flux d'énergie échangé entre un corps et son environnement. L'action de ce flux pendant une durée déterminée représente la quantité de chaleur échangée. Elle est définie par sa mesure qui peut être fondée sur la fusion de la glace hydrique ou sur toute opération indirecte jugée équivalente. À cette fin, l'environnement occasionnel est remplacé par un environnement métrologique constitué du dispositif approprié et appelé calorimètre. Lorsque la précision exigée est importante, et pratiquement de l'ordre de la microcalorie, comme pour la mesure de certaines chaleurs de réactions en phase solide ou pour quelques processus biologiques, l'instrumentation est beaucoup plus sophistiquée ; elle est alors dénommée microcalorimètre.

Le premier calorimètre date de 1780. Il est dû à Lavoisier et à Laplace. Il est fondé sur la pesée de la glace fondue et se trouve décrit en détail dans leur Mémoire sur la chaleur. Le premier microcalorimètre est beaucoup plus récent et remonte aux travaux de Tian en 1922. Indépendamment de ses multiples interventions dans le cadre de la thermodynamique, la calorimétrie possède ses problèmes propres, relatifs, par exemple, à la mesure des chaleurs spécifiques en phase gazeuse, liquide ou solide, des chaleurs de réaction, ou encore des énergies intramoléculaires.

—  Paul GLANSDORFF

Écrit par :

  • : professeur émérite de la faculté des sciences à l'université de Bruxelles, président d'honneur de l'Institut international du froid, membre de l'Académie royale

Classification


Autres références

«  CALORIMÉTRIE & MICROCALORIMÉTRIE  » est également traité dans :

BERTHELOT MARCELIN (1827-1907)

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 2 605 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La « mécanique chimique » »  : […] Dans son désir d'unifier, dans un même régime théorique, les « cycles de réactions qui permettent de produire à volonté tel type chimique et tel composé déterminé soit naturel, soit artificiel », Berthelot ne pouvait manquer de rechercher un principe universel d'analyse des actions chimiques. Il crut le trouver dans la thermochimie. Les processus chimiques s'accompagnent généralement d'échanges th […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcelin-berthelot/#i_6781

MÉTABOLISME

  • Écrit par 
  • Paul DI COSTANZO, 
  • Charles KAYSER, 
  • Jo NORDMANN
  •  • 8 425 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les méthodes de mesure de la dépense d'énergie »  : […] On dispose de deux voies différentes pour mesurer la dépense d'énergie d'un être vivant : la calorimétrie directe et la calorimétrie indirecte. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metabolisme/#i_6781

MÉTALLOGRAPHIE - Essais physiques

  • Écrit par 
  • Georges CIZERON
  •  • 7 347 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Méthode des mélanges »  : […] La méthode des mélanges est fondée sur la détermination précise de l'élévation de température d'une enceinte ( calorimètre) qui se produit lorsque l'on y introduit l'échantillon à étudier préchauffé à une température donnée. Le calorimètre utilisé peut contenir de l'eau, de l'huile de paraffine... Ce mode opératoire ne convient que si la température de l'échantillon n'est pas trop élevée ; en effe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metallographie-essais-physiques/#i_6781

TEMPÉRATURES PHYSICO-CHIMIE DES HAUTES

  • Écrit par 
  • François CABANNES
  •  • 3 853 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Stabilité et réactivité des solides »  : […] La stabilité des matériaux dépend de leur pression de vapeur, s'il s'agit d'un élément, et de leur dissociation s'il s'agit d'un composé. Les températures maximales d'utilisation des métaux réfractaires et du graphite sont de plusieurs centaines de degrés plus faibles sous vide que sous atmosphère réductrice . Sous vide, le carbure de silicium est stable jusqu'à 1 700  0 C et les carbures du table […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physico-chimie-des-hautes-temperatures/#i_6781

THERMODYNAMIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Arthur BIREMBAUT
  •  • 8 830 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Évolution de la calorimétrie »  : […] Au xvii e  siècle, avant l'invention du thermomètre, les physiciens ne pouvaient avoir que des idées confuses en ce qui concerne la chaleur ; l'œuvre de Jean-Baptiste Morin (1583-1656), professeur de mathématiques et d'astronomie au Collège royal (l'actuel Collège de France), en témoigne. Dans son Astrologia gallica , publiée en 1661 à La Haye, Morin est tout fier de consacrer un chapitre à la dét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-histoire/#i_6781

Pour citer l’article

Paul GLANSDORFF, « CALORIMÉTRIE & MICROCALORIMÉTRIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/calorimetrie-et-microcalorimetrie/