Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CALORIMÉTRIE & MICROCALORIMÉTRIE

Du point de vue des phénomènes à notre échelle, la chaleur s'interprète comme la manifestation d'un flux d'énergie échangé entre un corps et son environnement. L'action de ce flux pendant une durée déterminée représente la quantité de chaleur échangée. Elle est définie par sa mesure qui peut être fondée sur la fusion de la glace hydrique ou sur toute opération indirecte jugée équivalente. À cette fin, l'environnement occasionnel est remplacé par un environnement métrologique constitué du dispositif approprié et appelé calorimètre. Lorsque la précision exigée est importante, et pratiquement de l'ordre de la microcalorie, comme pour la mesure de certaines chaleurs de réactions en phase solide ou pour quelques processus biologiques, l'instrumentation est beaucoup plus sophistiquée ; elle est alors dénommée microcalorimètre.

Le premier calorimètre date de 1780. Il est dû à Lavoisier et à Laplace. Il est fondé sur la pesée de la glace fondue et se trouve décrit en détail dans leur Mémoire sur la chaleur. Le premier microcalorimètre est beaucoup plus récent et remonte aux travaux de Tian en 1922. Indépendamment de ses multiples interventions dans le cadre de la thermodynamique, la calorimétrie possède ses problèmes propres, relatifs, par exemple, à la mesure des chaleurs spécifiques en phase gazeuse, liquide ou solide, des chaleurs de réaction, ou encore des énergies intramoléculaires.

— Paul GLANSDORFF

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite de la faculté des sciences à l'université de Bruxelles, président d'honneur de l'Institut international du froid, membre de l'Académie royale

Classification

Pour citer cet article

Paul GLANSDORFF. CALORIMÉTRIE & MICROCALORIMÉTRIE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Autres références

  • BERTHELOT MARCELIN (1827-1907)

    • Écrit par
    • 2 618 mots
    • 1 média
    ...dégagement ou à une absorption de chaleur, compte tenu du travail relatif aux variations de volume. Les mesures thermochimiques sont une application de la calorimétrie ; elles ont atteint aujourd'hui une extrême finesse (microcalorimétrie de Tian et Calvet), à la suite de Berthelot, qui les a développées...
  • MÉTABOLISME

    • Écrit par , et
    • 8 386 mots
    • 9 médias
    On dispose de deux voies différentes pour mesurer la dépense d'énergie d'un être vivant : la calorimétrie directe et la calorimétrie indirecte.
  • MÉTALLOGRAPHIE - Essais physiques

    • Écrit par
    • 7 298 mots
    • 11 médias
    La méthode des mélanges est fondée sur la détermination précise de l'élévation de température d'une enceinte (calorimètre) qui se produit lorsque l'on y introduit l'échantillon à étudier préchauffé à une température donnée.
  • TEMPÉRATURES PHYSICO-CHIMIE DES HAUTES

    • Écrit par
    • 3 831 mots
    • 11 médias
    ...chaleurs de transformation ou de réaction, et les constantes d'équilibre. Aux hautes températures, on effectue ces mesures par différence en utilisant un calorimètre à chute : on chauffe dans un four un échantillon de masse connue, à une température T, puis on laisse choir l'échantillon dans un calorimètre...