BUDDHAGHOSA (Ve s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le plus grand commentateur bouddhique de langue pâli. L'histoire de la vie de Buddhaghosa est difficile à démêler des légendes qui ont été tissées autour de lui.

Né au Magadha, dans une famille brahmanique, il est converti au bouddhisme par Revata. Arrivé à Ceylan pour y étudier les commentaires de Mahinda, il s'établit au Mahâvihâra où les moines le mettent à l'épreuve avant de lui confier les textes sacrés. Buddhaghosa compose alors le Visuddhimagga (Le Chemin de la purification). Des circonstances merveilleuses accompagnant la récitation de cette œuvre devant l'assemblée des moines achèvent de convaincre ceux-ci. Ils confient leurs commentaires à Buddhaghosa, qui les traduit.

De nombreuses polémiques se sont élevées sur l'authenticité des données qui nous sont parvenues concernant la vie de Buddhaghosa et son existence même.

Son œuvre fait preuve d'une grande unité et il est probable que les différents commentaires que Buddhaghosa a écrits sur les textes canoniques ont été composés concurremment. On y trouve, en effet, de nombreuses références de l'un à l'autre. Il reste probable que le Visuddhimagga fut une de ses premières œuvres. Traité magistral, il aborde tous les aspects de la doctrine bouddhique du Petit Véhicule et en donne une description systématique divisée en trois parties : shîla (moralité), samâdhi (concentration), prajnâ (sagesse).

Les commentaires les plus importants de Buddhaghosa sont la Samantapâsâdikâ sur le Vinaya, la Sumangalavilâsinî sur le Dîghanikâya, la Papancasûdanî sur le Majjhimanikâya, la Sâratthappakâsinî sur le Samyuttanîkâya, la Manorathapûranî sur l'Anguttaranikâya.

Buddhaghosa avait en horreur toute originalité ou toute opinion personnelle. Il se réfère toujours aux thèses admises par son entourage. C'est moins un auteur qu'un compilateur et un traducteur qui a remis au goût du jour l'énorme littérature conservée à Ceylan.

—  Jean-Christian COPPIETERS

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BUDDHAGHOSA ( V e s.)  » est également traité dans :

BOUDDHISME (Histoire) - Littératures et écoles bouddhiques

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 6 022 mots

Dans le chapitre « La littérature postcanonique »  : […] À part les œuvres des Theravādin, qui nous ont presque toutes été transmises dans leur pāli originel, et les plus importants ouvrages des Sarvāstivādin, ils ne nous reste presque rien de la littérature post-canonique du bouddhisme antique. Signalons seulement le Mahāvastu , une biographie légendaire du Buddha due aux Lokottaravādin, et le Satyasiddhi un gros traité doctrinal conservé en traductio […] Lire la suite

PĀLI LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Colette CAILLAT
  •  • 4 809 mots

Dans le chapitre « Traités techniques et florilèges »  : […] Il est impossible d'analyser ici la littérature technique en pāli : traités de métrique, de lexicographie, de grammaire surtout, destinés à faire prendre une meilleure connaissance des Écritures. Déjà Buddhaghosa se réfère à des systèmes grammaticaux élaborés avant son époque. Au xiii e  siècle, deux grandes ècoles s'étaient imposées à Ceylan : elles ont eu, en Birmanie, des élèves remarquables. C […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Christian COPPIETERS, « BUDDHAGHOSA (Ve s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/buddhaghosa/